Kissin' Dynamite - Amaranthe - Powerwolf

le Dimanche 27 Janvier 2019, Espace Julien

Faire « Sold Out » pour un concert de Heavy Metal à Marseille est étonnant. Mais c'était sans compter sur la notoriété des trois groupes fantastiques de cette soirée. Sans dévoiler le pouvoir que ce genre a développé ce soir, il semblerait que la bête ait attiré nombre d'adeptes. A en juger, en tête de file depuis ce dimanche midi, une nonne en tenu de la nuit, trônera au centre de la salle « attachée » à la barrière de Metal.



Kissin' Dynamite

Ce soir, les Allemands du Glam Metal dont le nom est tiré du fameux titre de AC/DC, vient mettre en avant leur dernier album « Ecstasy », sorti en 2018. Le géant blond surplombe la scène et invective le public avec un charme prenant les jeunes femmes des premiers rangs de sa voix aiguë. Les refrains s’enchaînent et le public réceptif dès le second morceau chante et frappe des mains. Chaque titres est une raison de scander à tue tête contre un chant qui glisse, poussé par des riffs et des mélodies qui emmènent la bonne humeur.


Un Hard Rock « Hair » qui voit deux guitaristes dégainant les solos au même rythme que les cœurs. Dans un français fort honorable et pour intermède, le chanteur demande au public de chanter un joyeux anniversaire au guitariste à la barbiche.
La chaleur monte et les refrains sont repris par un public joyeux, alors que le chanteur pointe du doigt les jeunes femmes éclairées par quelques spots jaunes qui mettent en avant les fans. Les bras n’ont pas de mal à se lever pour accompagner les « mélodies du bonheur ».


Drapé d’une cape rouge soyeuse, armé d’un sceptre argenté, les riffs accueillant Hannes, se font plus appuyés.
Sur cette fin de set, c'est un grain de Heavy que la double grosse caisse fait rouler comme un ouragan magistral. Les Kissin' Dynamite finissent en emportant le public sur des ohoohhh, des jumps et un chanteur debout sur les jambes pliées des ses musiciens. Une musique débordante d'énergie et de bien-être a détoné dans la salle de l'Espace Julien (Marseille).

Set List : Intro – I've Got The Fire – Somebody's Gotta Do It – Sex Is War – Love Me – Waging War – You're Not Alone – KingFlying Colours

Amaranthe

Sortie le 19 octobre 2018, « Helix » est le cinquième album des Suédois de la soirée. Amaranthe mettra quelques titres de ce récent opus au centre de leur show. La puissance est au rendez-vous pour une musique qui casse les cous à chaque titre. Les cheveux des musiciens, chanteuse et chanteurs balayent les titres avec force et conviction.
Les morceaux sont courts et poussent le feu sur scène. Rouge, les spots soulignent un groupe fort en harmonies et en riffs efficaces. Comme ce titre au cœur du set qui est mené par Elize, une chanteuse au charme et à la voix qui brillent comme les lumières des portables dans le public.


La guitare rouge, comme les fonds d'Helix, qui trônent de chaque côté d’une batterie verte, décoche des solos qui piquent les titres. A ça, s'enchaîne la puissance de la basse et du chant à grosse voix d’un des deux guerriers.
Les samples électroniques rythment le chant saccadé et puissant.
Les canons à fumée crachent la brume brillante enveloppant les silhouettes noires des artistes qui bordent la scène.


Lorsque les maîtres et maîtresse du micro quittent la scène, les nuages rouges emmènent guitariste et bassiste au cœur d’une énorme rythmique.
Perçante, la voix de la déesse d’Amaranthe troue le nuage de vapeur et de plomb d’une musique syncopée et bordée par l’électronique. Ponctuée par trois tons de voix, le show a tenu la chaleur élevée dans une salle comble. La force des titres a fait bouger un public conquis par ce mélange provocant de Metal moderne.

Set List : Intro/Maximize – Digital World – Helix – 1000000 Light Years – Hunger – Amaranthine – GG6 – 365 – Drop Dead Cynical – Call Out My Name – The Nexus

Powerwolf

Alors que nous avions pu assister à la superbe prestation de Powerwolf au Download Festival, ou nous avions pu découvrir un titre de leur dernier album, ce soir, c'est presque deux tiers de « The Sacrament of Sin » qu'ils vont interpréter. Nous avions pu apprécier leur prestation en milieu d'après midi par un ciel laissant filtrer juste assez de soleil pour laisser à distance quelques créatures de la nuit non désirables. Mais ce soir, c'est dans une salle noire que nous avons le plaisir d'attendre un show entier des lycanthropes venus de Sarrebruck.

Décors de pierre supportant un clavier et une batterie surplombant un chanteur et deux six cordistes au jeu de scène toujours aussi expressif. La chaleur est toujours aussi intense jusqu’à l’allumage des flammes.
À genoux, les musiciens sacralisent un titre scandé par le maître de cérémonie au sommet du chant. Nous ne sommes pas là uniquement pour célébrer la messe du Heavy Metal mais aussi pour pêcher.


Alors Attila nous demande : « Voulez-vous pêcher avec moi ? »
Le public en liesse hurle l’intro de ce titre qui sera chanter par toute une scène emportée par la bête, devenue pour une soirée notre meilleure amie.
La Croix, symbole de tuerie du vampire, voit une salle croiser les poignées sur l’intro d’un titre avançant la force du Heavy, comme le Metal qui marquera la créature assoiffée de sang.


Petit intermède de chant en répartie avec le public qui hurlera le nom du maître en plus de reproduire avec perfection les ohohohoh d’une chanson qui promet une rythmique épique.
« Si nous sommes tous béni par le Heavy Metal, nous avons besoin d'une chanson ! » Un nouvel hymne du genre retentit dans le temple ce soir : « alléluia ! »
Les lumières portables et artificielles tapissent la salle alors que le piano couronné de feu est amené au centre de la scène pour un titre calme et puissant à la fois. Baignés d’une lumière bleutée, Attila, penché aux côtés de Falk Maria, porte ce titre qui calmera l'ardeur du spectacle.


Mais ce ne sera que de courte durée, car arrive la résurrection qui ravivera la puissance d’un Powerwolf étonnant.
Lorsque « All We Need is Blood » envahi la foule, la bataille fait rage sur scène comme dans la conviction du public qui déclame ce dont nous avons besoin.
Levant le graal, le magister remercie un public qui ne veut pas voir se terminer cette messe. Alors, la bonne parole est répandue pour deux chansons de plus et les hits d'antan vont battre leur plein. C’est alors que les vagues de fidèles déferlent du centre de la mêlée vers la scène.


Quel fanatisme allant vers un groupe qui aura fait un fantastique spectacle se terminant de façon flambante.

Set List : Fire & Forgive – Army of the Night – Incense & Iron (Attila/Weihrauchschwenker) – Amen and attack – Let There be Night (Feuertreppe/Feuerlinie) – Demons are a Girl's Best Friend – Killers With the Cross (Lichtkreuz) – Armata Strigoi (Backdropwechsel) – Blessed & Possessed (Fahne) – Where the Wild Wolves Have Gone (Feuer am Harmonuim + Schnee) – Resurrection by Erection – Stossgebet (Lichtkreuz) – All We Need is Blood (Backdropwechsel) – We Drink Your Blood – Lupus Dei ( Feuerlinie/Feuertreppe) Torches – Sanctified With Dynamite F (mit Intro/Fahne) – Coleus Sanctus – Werewolfes of America


0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Espace Julien

photo de Espace JulienMarseille, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, France
En savoir plus

Kissin' Dynamite

Heavy Metal - Allemagne
En savoir plus

Amaranthe

Metal Mélodique - Suède
En savoir plus

Powerwolf

Power Mélodique - Allemagne
En savoir plus