Hell'Oween Festival V (première journée)

le Vendredi 31 Octobre 2014, Théâtre Geoffroy Martel



Abhorrance (USA-1)

Place aux citrouilles, aux chauves-souris et aux sorcières. C'est Halloween. Cette importation des Etats-Unis a encore du mal à s'implanter dans l'hexagone. Mais malgré les réticences ou l'indifférence, on voit tout de même quelques enfants costumés réclamer des bonbons et aux friandises aux portes des maisons. Mon récit ne s'intéresse pas à eux ou à cette énième coutume arrivée et presque commercialement imposée d'Outre-Atlantique. Si j'ai à évoquer tout ceci, c'est que se tient précisément durant cette période de festivité macabre, un rendez-vous metal de premier ordre: Le Hell'Oween Fest à Saintes.
Parvenu aujourd'hui à sa cinquième édition, le Hell'Oween Fest a grandi et dévoile ses ambitions. Il propose ce coup-ci des groupes de légendes sur son affiche de 2014. Nous retrouvons au sommet la véritable star du hard rock français des années 80, "Vulcain"; "Mercyless", autre ancien, qui fut un des pionniers du death metal made in France; mais également les étoiles montantes que sont "Seth", "T.A.N.K", et bien d'autres encore. L'ancienne garde s'associe à la nouvelle lors de cette édition, qui se tient comme chaque année sur deux soirées dans la petite salle du Théâtre Geoffroy Martel.

Vendredi 31 Octobre

Il y avait un peu plus de monde que l'année dernière, et encore davantage qu'il y a deux ans. Cela prend de l'importance d'année en année, on dirait. Et le public ne se limite plus forcément à la seule région du Poitou-Charentes. La publicité autour de l'événement me semblait toujours aussi limitée au vue du faible nombres d'affiches croisées à Saintes, ou dans les villes de Charente et de Vienne, où j'ai l'habitude de m'aventurer. Par contre, les organisateurs, bien que n'ayant pas ciblé le plus grand nombre, ont appliqué une stratégie qui s'est avérée assez payante en redoublant leurs efforts sur des endroits précis et différents sites de concerts dans la région, ou des lieux de rendez-vous de metalleux. C'est ainsi que j'ai pu retrouver des membres du collectif lors du Dark Vibes ou du Vars Attacks.

Arrivé à 20 heures sur le parking en face de l'abbaye qui avoisine la salle, peu de voitures garées étaient à signaler. Je craignais alors que la fréquentation soit identique ou moindre par rapport à l'édition 2013. A mon grand soulagement, à celui des organisateurs, le public finira par venir à l'heure prévue, et atteindra véritablement son plein pour les deux derniers groupes à paraître, les groupes phares que sont "Mercyless" et "T.A.N.K". Je rencontre sur place des membres de l'orga' plaisantants et de bonne humeur. Shaxul et son stand de Legion Of Death était curieusement présent alors que le festival avait l'habitude de présenter des styles plus modernes que ceux défendus par le label et le fameux leader poitevin. Le personnage m'expliquera sa présence par celle de "Mercyless". En fait, la présence de nombreux plus de 30 ans s'explique en grande partie par la venue de cette formation de death. Son heure viendra.

Silver Machine

A croire que là où est Shaxul, "Silver Machine" n'est pas loin. Il me semble que les deux fois où j'avais vu la formation sur scène, à Vars, puis à Bressuire, "Manzer" était également de la partie. Ce combo typiquement local montrait déjà des qualités indéniables, du moins musicalement parlant. Je me montrais en revanche encore réservé d'un point de vue scénique et sur le chanteur, Brice, encore peu familiarisé avec la langue anglaise. Ce soir tout va profondément changer, "Silver Machine" paraîtra pour beaucoup une surprise ou sinon l'une des meilleures prestations de la soirée. La musique est toujours bercée entre heavy metal et stoner, mais le chant par dessus tout s'est grandement amélioré. On remarque le changement de bassiste. Il y avait ainsi une véritable unité dans l'excellence et le groupe délivrait sous l'enthousiasme du public les titres de son actuel EP et même d'un autre en préparation. Néanmoins, c'est sur une reprise que l'on obtiendra le point d'orgue ultime du concert. Avec une interprétation sensationnelle de "Holy Diver" de "Dio", "Silver Machine" mettra plus vieux et petits jeunes dans sa poche. Une reprise dont ils sont coutumiers, mais j'avoue n'avoir jamais eu souvenir d'un tel étalage de tripes sur ce morceau.

Set-List:
. Warpaint Blues /. Feed the Rats /. Riddle of Death /. Born to Rise /. Exit to Exile /. Demons Out /. Revelation Trip /. Hell Designer /. Luciforce /. Holy Diver (Dio Cover)

Gravity (FRA)

Beaucoup plus moderne cette fois, "Gravity" est une petite formation en vogue de metalcore ayant sorti deux albums à ce jour. Lors des préparatifs, j'ai été surpris par la présence sur les planches d'une petite jeune femme au pied emplâtré qui s'activait avec courageuse. Il s'agissait tout simplement de la chanteuse. On appris qu'elle s'était foulé le pied et qu'elle avait insisté à monter sur scène, alors que ses camarades avaient l'intention de laisser tomber pour préserver la santé de leur pauvre Emilie. La détermination vient à bout de tout. Même si je dois avouer ne pas avoir très apprécié le mélange death mélodique/core proposé. J'avais l'impression de me retrouver fasse à un mur, à un bloc linéaire et massif. Je distinguais mal les variations musicales entre les deux guitaristes. L'ensemble me paraissait bizarrement trop compact. Peut-être un problème de goût ou générationnel. ça bougeait fort bien, même Emilie ne semblait pas trop peiner de son handicap au pied. Les plus jeunes par contre étaient aux anges et appréciaient sans réserve la prestation. Pour ceux que j'ai eu l'occasion d'interroger, ça a été l'un des clous de la soirée. Problème générationnel, j'ai dit. Enfin! Il est indéniable néanmoins que les membres de "Gravity" ont le cœur sur la main. Très abordable avec les gens du public, toujours avec le sourire.

Set-List:
. Emphase /. L'Ecorce /. (none) /. Inlandsis /. (none) /. Arkham /. Le 13ème Cercle

Atlantis Chronicles

Bon! Le deathcore, c'est pas du tout, mais alors pas du tout mon truc. Pourtant, je me suis laissé séduire par la formation parisienne "Atlantis Chronicles", déjà parce qu'ils mettaient le paquet visuellement par leurs magnifiques paravents de chaque côté de la scène, et que l'univers sous-marin dans le metal, c'est suffisamment original pour attirer l'attention. Quand je parle de deathcore, je m'égare quelque peu. C'est vrai que c'est le genre qui nous vient aussitôt à l'esprit quand on écoute des titres du groupe. Mais il ne faut pas faire impasse sur les éléments death technique qui surgissent immanquablement sur leurs différents morceaux. C'est d'ailleurs ce qui en fait leur principal atout. On sentait alors un groupe en ébullition , déchaînant leur public, mais apparaissant trop moderne au goût des anciens qui ne juraient que par le death metal authentique à venir de "Mercyless". Amateur pourtant de cette authenticité, j'ai pourtant cédé à ces assauts, trop compliqués au goût de certains. En revanche, j'aurais un peu moins apprécié la version studio de leur album, manquant de la profondeur et de l'assurance rencontrées à Saintes. Il y a, comme ça, des groupes bâtis pour le live.

Set-List:
. Intro /. Embrace the Abyss /. Beyond the Lighthouse /. Echoes of Silence /. Architeuthis Dux /. Tales of Atlantis /. Homocene /. Thousands Carybdea /. Ten Miles Underwater /. Outro

Mercyless

Pour moi, et peut-être pour d'autres, il n'y avait pas photo. "Mercyless" était le grand moment de cette soirée, probablement même de cette édition du Hell'Oween Fest. Oui, d'accord! Cette considération ne tient pas trop compte de la prestation scénique, mais musicalement c'était le top du top. Les mecs étaient plutôt statiques, il faut le reconnaître, mais celà a sans doute joué dans la performance musicale. On les sentait emplis de rage, dominés par le démon. Ils étaient concentrés, transpirant la volonté d'asséner un violent coup au public, une rincée dont il n'était pas prêt d'oublier. Ceux-là étaient en train de donner une leçon de death metal, authentique, entier, à l'ancienne, presque celui des tranchées, on peut dire. Le grand charisme et le regard prédateur de Max Otero crevait littéralement la scène. Il s'est montré intraitable, comme ses camarades, notamment sur la reprise "Evil Dead" de "Death". Je dois dire que j'étais surpris d'apprendre quelques réserves de quelques uns de mes amis somiens présents sur la prestation. "Mercyless" a jeté le doute pour une minorité, le souffre pour une majorité.

Set-List:
. Intro /. Substance of Purity /. Infamy /. A Message for All Those Who Died /. God Is Dreaming /. Without Christ /. Abject Offerings /. Probably Impure /. Spiral of Flowers /. Burned at the Stake /. Evil Dead (Death Cover) /. I Vomit this World

TANK (FRA)

Voilà certainement une formation qui a les moyens de ses ambitions. En même temps, il s'agissait de la tête d'affiche de la soirée. Ou du moins celle qui finissait en toute fin, dont on pouvait logiquement prétendre qu'elle était en quelque sorte le clou du spectacle. T.A.N.K que l'on traduit par "Think of A New Kind", fait parti des tenants français d'un "thrash death" résolument moderne et ayant jouit d'une reconnaissance quasi immédiate avec seulement deux full lenght au compteur. Ils ont participé à de grands festivals européens: Metal Camp, Wacken, Hellfest,... Et aujourd'hui, ils mènent la barque du Hell'Oween Fest. Enfin, mon esprit retors a quand même parlé. J'ai plus été conquis par leur sens inné du big show que par leur seule musique. Ceux qui me connaissent savent que j'éprouve les pires difficultés dans tout ce qui est thrash ou death contemporain. Cependant, l'énergie et l'envie étaient là. Ceux qui avaient affronté déjà des milliers de spectateurs dans leur jeune carrière ne faisaient pas la fine bouche devant le parterre saintongeais. Et pour le lot de petits jeunes en déplacement, c'était un véritable bienfait. Eux ne manquaient rien et appréciaient grandement l'électricité dégagé et le rouleau compresseur musical dévastateur qu'ils avaient en face d'eux. L'équipe en furie tenta de souder jeunes et moins jeunes à travers une reprise de "Walk" de "Pantera", à sa sauce. On ne pourra pas renier que c'était puissant et que la bande déployait tout son dynamisme sur scène. Même si personnellement je suis plus addict au "Tank" britannique, ce Tank là a gardé de la chair sur ses chenilles.

Set-List:
. Intro /. The Raven's Cry /. Inhaled /. T.A.N.K. /. Beautiful Agony /. Disturbia /. Walk (Pantera Cover) /. Unleash the Craving /. Brother in Arms /. It Bleeds Inside

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
LeLoupArctique - 11 Novembre 2014: Merci pour le rapport, c'est très intéressant ! Par contre je crois que ç'aurait pas été mon truc : trop d'extrême, pour moi il faut des doses homéopathiques.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Théâtre Geoffroy Martel

photo de Théâtre Geoffroy MartelSaintes, Poitou-Charentes, France
En savoir plus

Abhorrance (USA-1)

Crossover - Afghanistan
En savoir plus

Silver Machine

Heavy Metal - France
En savoir plus

Gravity (FRA)

Deathcore - France
En savoir plus

Atlantis Chronicles

Death Progressif - France
En savoir plus

Mercyless

Death Metal - France
En savoir plus

TANK (FRA)

Death Thrash - France
En savoir plus