Make 'em Suffer

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Kill
Nom de l'album Make 'em Suffer
Type EP
Date de parution 05 Octobre 2012
Style MusicalGrindcore
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Cactus
2. Extereme Little Big Man Syndrome
3. Mowed
4. Another Weirdo in the Mosh
5. Fuck the Olympics
6. Die Hards in Denim
7. Fuckin Doyle
8. Shower of Bricks
9. Second to None
10. Blastasfuk
11. Excerising the Demons
12. Red Rager
13. Necrophobic (Slayer Cover)
14. Top Notch Stab Job
15. Face Off

Chronique @ grindjeremy

14 Août 2016

Thrash metal+Grindcore = THE KILL!

L'Australie est également un petit vivier de metal extrême! On y trouve notamment les furieux de Warsore et le label Blastasfuk Grindcore que j'apprécie énormément car chacune de ses productions (celles que j'ai en tout cas) me marque à mort!

C'est sous ce label qu'en 2012, The Kill sort son album (ou EP, je ne sais pas) baptisé Make 'em Suffer. Ce fut ma rencontre avec ce groupe et autant vous dire qu'il m'a donné une sacrée claque!

Le son est assez clean (sans être trop clean), on n'a aucun problème pour distinguer les instruments et la production est au poil.

Les guitares nous envoient des riffs de thrash extrême, mais sans les breaks et les mid tempos, le tout avec un son grindcore.
C'est là que l'on ressent les influences de Kreator et Slayer, on a d'ailleurs droit a une reprise de Slayer vers la fin de l'album.

La batterie possède un son de caisse très clair et le batteur tape à grande vitesse. A défaut de technique, il tape très vite et me rappelle les rythmes de batterie incessants des deux premiers albums de Napalm Death.
D'ailleurs, dans le morceau Blastasfuk, le groupe nous dit que le groove et les mid-tempos, ça craint et qu'il préfère jouer le plus vite possible, ce qu'il fait pendant toute la durée de cette production.

Le chanteur crie de toutes ses entrailles, son cri est assez similaire aux hurlements de Zdisha (Lychantropy) et du chanteur de Magrudergrind.

De manière générale, c'est du grind selon la tradition à la différences que les riffs sont plus proches d'un Kreator ou d'un Slayer à la sauce Grindcore que d'un Terrorizer ou d'un Napalm Death.
Cette petite différence est importante, elle apporte un peu de variété au style (sans non plus constituer un renouvellement), et The Kill joue un style que j'aime appeler le Thrashing Grindcore!
C'est du grind additionné au Thrash Extrême et comme le veut la tradition dans les deux styles, la musique de The Kill est un appel au pogo, au mosh et aux headbangings!

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, les mid-tempos ne sont pas communs et les breaks ne le sont pas beaucoup plus. Les mosh parts diablement rapides sont en grand nombre et l'album garde un rythme complètement effréné durant les 19 minutes de cette galette.
Je vous conseille d'aller les voir si vous en avez l'occasion et en attendant, amusez-vous avec ce skeud qui possède un pêche d'enfer!
Cordialement

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire