Theovorator : Babelis Testamentum

Liste des groupes Black Metal Délétère (CAN-2) Theovorator : Babelis Testamentum
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Délétère (CAN-2)
Nom de l'album Theovorator : Babelis Testamentum
Type EP
Date de parution 18 Mai 2019
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Theovoratoris Aduentus
 08:36
2.
 Babel Insanifusor
 05:07
3.
 Milites Pestilentiae III - Babylonia Magnissima
 06:33

Durée totale : 20:16

Acheter cet album

Délétère (CAN-2)


Chronique @ Icare

01 Juillet 2019

Sortez vos tuniques, vos gants, vos bésicles et vos masques de bec, la peste vient encore de frapper !

L’année dernière, les Canadiens de Délétère sortaient un De Horae Leprae acclamé qui, pour beaucoup, est aller directement se classer parmi les meilleures sorties black de 2018. L’album, à la fois agressif, cru, rapide, mélodique et raffiné, confirmait tout le bien que l’on pensait du quintette depuis Les Heures de la Peste et consacrait définitivement le quintette comme l’un des nouveaux fleurons de la fameuse scène du metal noir québecois. Moins d’un an après, la horde revient et enfonce le clou, sortant Theovorator : Babeis Testamentum, mini de trois titres pour 21 minutes de musique.
Le style des Québecois reste inchangé, et musicalement, ces trois morceaux auraient pu paraître sur De Horae Leprae même si on constate que Thorleïf et sa bande ont peut-être un peu levé le pied, avec un blast moins présent, et des mélodies toujours plus mises en avant. Une introduction profonde et religieuse à base d’orgue fait lentement monter la pression et c’est un blast rapide qui nous emporte, venant envelopper le chant arraché de Thorleïf, toujours aussi tourmenté et expressif. Les riffs sont à l’avenant, à la fois conquérants et mélancoliques, imposant largement leur empreinte mélodique malgré le son tranchant des guitares, et un break central plus calme, magnifié par des choeurs et des chuchotements solennels, imposant une lenteur traînante et sentencieuse aux relents d’encens, vient judicieusement calmer les choses avant une reprise qui n’en est que plus intense, appuyée par un bref hurlement arraché, une batterie furieuse et un riffing simple et lumineux à l’efficacité mélodique redoutable.
Babel Insanifusor est plus mid tempo et accrocheur, avec des harmonies de six cordes bien marquées, et une fin épique vraiment prenante, quant à Milites Pestilentiae III, il possède ce riffing fier et guerrier qui nous emplit le cœur de la vaillance des braves, contrebalancé par de délicates touches de clavier qui incarnent bien la personnalité unique de Délétère, cette déchéance à la fois nauséabonde, crasseuse et délicate. Continuité logique de De Horae Leprae avec une tendance accrue à la mélodie, Theovorator : Babeis Testamentum est encore une très bonne réalisation qui remplit parfaitement son office : nous faire patienter - et saliver – jusqu’au prochain full length que l‘on attend d’ores et déjà avec impatience. Sortez vos tuniques, vos gants, vos bésicles et vos masques de bec, la peste vient encore de frapper !

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire