The Burning

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Crown
Nom de l'album The Burning
Type Album
Date de parution 1995
Style MusicalDeath Mélodique
Membres possèdant cet album47

Tracklist

Recorded when the band'name was CROWN OF THORNS
1. Of Good and Evil 03:28
2. Soulicide Demon-Might 02:42
3. Godless 04:00
4. The Lord of the Rings 03:16
5. I Crawl 05:16
6. Forever Heaven Gone 03:29
7. Earthborn 03:45
8. Neverending Dream 04:01
9. Night of the Swords 02:03
10. Candles 06:35
11. Forget the Light 06:33
Total playing time 45:08

Chronique @ BEERGRINDER

19 Fevrier 2009
Alors que la scène Death mélodique est en plein essor sous l’impulsion de groupes comme Amorphis, Edge of Sanity, Sentenced ou At The Gates, un jeune combo suédois nommé Crown of Thorns (*) et naviguant de démos en petits concerts trouve enfin un deal avec le label français Black Sun Records. Le quintet enregistre alors son premier full-lenght The Burning (1995) pendant l’âge d’or du Death mélo au Berno Studio qui deviendra vite un lieu de passage fréquenté pour les groupes suédois.

Attention cependant, avec The Burning (1995) le guitariste Marko Tervonen et ses acolytes ne se contentent pas de copier les Purgatory Afterglow (Edge of Sanity) ou Tales From the 1000 Lakes (Amorphis) fleurons du style, en premier lieu la musique de Crown of Thorns est beaucoup plus agressive et ne navigue pas dans des eaux atmosphériques.

Si le disque s’ouvre sur un Of Good and Evil au tempo modeste et aux intonations presque Heavy Metal, c’est pour mieux surprendre l’auditeur avec le terrible Soulicide Demon-might et une tornade Death / Black dévastatrice. Les guitares vicieuses et agressives de la paire Tervonen / Sunesson côtoient les salves régulières du batteur Jaane Saarempää et le chant belliqueux de Johan Lindstrand tandis que la basse de Magnus Olsfelt bourdonne au dessus de tout ça apportant une touche chaotique du meilleur effet. The Lord of the Rings illustre bien cette frénésie dans les riffs et dénote une identité forte : ni vraiment proche de la scène classique Death suédoise, du brutal Death américain ou de la vague In Flames and co.

Un titre comme I Crawl trompe aussi parfaitement l’ennemi en ouvrant sur un plan axé sur la mélodie avant de démarrer en trombe en gardant tout de même en toile de fond la trame de départ. En fait, cataloguer Crown of Thorns en Death brutal / mélodique n’est pas si saugrenu que ça, c’est ce qu’inspire l’écoute d’une chanson comme Neverending Dream en tout cas.

Crown of Thorns va même jusqu’à flirter avec le brutal Death (de 1995) avec Night of the Swords décoiffant et supersonique. Les deux seules titres foncièrement “Death mélo” sur The Burning sont donc Of Good and Evil et Candles amenant tout doucement la dernière tuerie Forget the Light littéralement du Death / Black déchaîné, dont les accélérations et le refrain ne laisseront personne indifférents.

The Burning fut une véritable surprise débarquant comme un cheveu sur la soupe et se démarquant intelligemment de la concurrence en balançant un Death Metal ni typiquement suédois, ni typiquement américain, mais avec une hargne certaine et un caractère bien trempé : un produit à part et indispensable, tout comme le Demonication de leurs compatriotes Luciferion à la même époque.

(*) Le groupe se rebaptisera The Crown en 1998 suite à une plainte du groupe de Heavy Prog Crown of Thorns, pourtant moins ancien qu’eux mais armé de meilleurs avocats…

BG

2 Commentaires

10 J'aime

Partager
NICOS - 15 Mars 2010: Quel album !!!!
Leur meilleur, évidemment, mais aussi l'un des meilleurs albums que j'ai écouté....et pourtant, je m'en suis envoyé quelques uns. En plus il ne vieillit pas! Indispensable
alester - 28 Août 2010: En ce qui concerne le nom, le groupe disait lui même:
On en avait rien a foutre qu'un groupe de glam pop chrétien à tendance tapette ait peur qu'on effraie leur public.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire