Soteria

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Defy The Tide
Nom de l'album Soteria
Type EP
Date de parution 07 Avril 2017
Style MusicalPower Mélodique
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Traced in Flames
Ecouter04:08
2.
 Catalyst
Ecouter03:38
3.
 Primrose Path
Ecouter04:07
4.
 A Spectre in Silence
Ecouter04:46

Durée totale : 16:39

Acheter cet album

Defy The Tide



Chronique @ ericb4

18 Août 2019

Un troisième et grisant effort marchant sur les traces de son prédécesseur...

Mû par une furieuse envie d'en découdre, le prolifique quintet nord-américain n'aura pas mis bien longtemps pour réinvestir les studios. Aussi, nous octroie-t-il son troisième EP « Soteria », laconique auto-production où s'égrainent 4 pistes sur un ruban auditif de 17 brèves minutes, une année à peine suite à un second et encourageant EP dénommé « In the Shadows I Shine ». L'heure serait-elle alors venue pour la frontwoman Carly Simon-Warneke (Silverblood) et ses acolytes (Jesse Scott et Matt Friede (guitares), Jeff Young (basse) et Luke Tenley (batterie)) de chercher à porter l'estocade au point de se muer en valeur confirmée du power mélodique à chant féminin, et ce, trois années seulement après sa sortie de terre à Pittsburgh ?

Produit par John Burke et enregistré aux Vibe Studios, à Cleveland (Ohio), le menu manifeste témoigne d'une ingénierie du son plus affûtée aujourd'hui qu'hier, jouissant notamment d'une péréquation de l'espace sonore entre lignes de chant et instrumentation doublée d'une belle profondeur de champ acoustique et de finitions loin de manquer à l'appel. Soit, une heureuse mise en relief de ce set de compositions aux mélodies désormais plus impactantes et au jeu d'écriture plus abouti que celui de son prédécesseur. Fidèle à ses aspirations premières, le collectif étasunien continue d'oeuvrer dans un power mélodique et progressif bien trempé, dans le sillage de Doro, Bif Naked, Ela, Asylum Pyre, feu Gwyllion et consorts, la petite touche personnelle en prime...

Quand les roulements de tambour se font aussi toniques qu'invasifs, le spectacle est des plus prometteurs. Aussi, un headbang bien senti ne pourra que malaisément être éludé sous les inaliénables coups de boutoir et les ondulants gimmicks guitaristiques exhalant du pulsionnel up tempo « Catalyst ». Pourvu de riffs épais adossés à une rythmique éminemment frondeuse et d'un fuligineux solo de guitare, le brûlot se voit parallèlement mis en lumière par les rocailleuses impulsions de la belle, alors apparentées à celles d'Annelore Vantomme (Gwyllion). D'autre part, eu égard à ses insoupçonnés soubresauts et ses fines nuances mélodiques, l'offensif et ''dorien'' « A Spectre in Silence » aura peu de chances de rater sa cible. En outre, un break opportun vient apporter quelques secondes d'apaisement, instant tamisé précédant une grisante progressivité du dispositif orchestral.

Lorsqu'il ralentit un tantinet la cadence, c'est sans jambage que le combo parvient à nous rallier à sa cause. Ainsi, on retiendra « Traced in Flames », tubesque et crépitant mid tempo aux faux airs d'Ela, avec un zeste d'Asylum Pyre quant à son cheminement d'harmoniques, à la fois pour son riffing crocheté, sa basse délicieusement vrombissante et les félines et néanmoins corrosives volutes d'une sirène bien habitée. Doté de couplets bien customisés relayés chacun d'un refrain d'une redoutable efficacité, et réservant en prime une stupéfiante montée en puissance du corps instrumental en fin de parcours, on comprend que cette ogive pourrait bien s'inscrire durablement dans les mémoires de ceux qui y auront plongé le tympan. Dans cette énergie, à mi-chemin entre Dore et Bif Naked, le low tempo progressif « Primrose Path » gagne en intensité percussive ce qu'il ne perd nullement en substrat mélodique. Ce faisant, tant les attaques dans les médiums de la belle que les variations rythmiques et le graduel et dévorant tapping se révéleront être des armes susceptibles de nous aspirer le pavillon.

Sans marquer une réelle transition par rapport à son aîné, cet opus s'avère néanmoins plus abouti au regard de sa production d'ensemble et surtout moins emprunté, le collectif ricain délivrant dès lors un message musical plus personnel et plutôt bien inspiré. Certes, si l'exiguïté du format implique une offre relativement restreinte en matière d'exercices de style, celui-ci laisse cependant entrevoir des portées travaillées en profondeur, des paroles à la plume plus alerte et une signature vocale plus affermie que naguère. Cela étant, les prises de risques demeurent peau de chagrin et l'on eût espéré une œuvre plus diversifiée sur les plans atmosphérique et vocal. Mais nos acolytes ont encore le temps de peaufiner leurs gammes et leurs arpèges. Le potentiel logistique et technique aidant, le combo signe-là une rondelle dans un mouchoir de poche mais des plus impactantes, susceptible de le propulser parmi les accédants au rang de valeur confirmée de ce registre metal. Dans l'attente à peine voilée d'un album full length, histoire de le voir plus aisément passer la barre...

Note : 14,5/20

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Defy The Tide