Llagas y estigmas

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Proscrito
Nom de l'album Llagas y estigmas
Type Album
Date de parution 27 Janvier 2020
Labels Memento Mori
Enregistré à Moontower Studios
Style MusicalDoom Death
Membres possèdant cet album0

Tracklist

1.
 Persistiendo
 09:20
2.
 Tronos de Oprobio
 07:05
3.
 Exequias
 05:36
4.
 Marcado por la pezuña
 07:18
5.
 Pantalgia
 11:06

Durée totale : 40:25


Chronique @ Armel_Avry

23 Janvier 2020

Des cieux menaçants

"Quel temps de merde" est sans conteste l'expression que j'utilise le plus durant la saison hivernale. Vivant depuis toujours sur la côte d'Opale, je me languis de ces longues périodes où le ciel est d'une couleur uniformément grisâtre, plombé de nuages bas et denses. Je me mets alors à rêver de soleil, de chaleur écrasante en plein cœur de l'Espagne ...

Par un hasard habilement étudié (sic), "écrasante" et "Espagne" sont les maîtres mots pour définir ce premier album de Proscrito, Llagas y Estigmas (plaies et stigmates). Fondé à Sadabell (Catalogne) en 2016 sur les cendres du groupe Calvario, le trio de hors-la-lois, composé de Dani (basse, growls), Ricard (guitares) et Gusi (batterie), se plonge d'emblée dans le doom/death. L'enregistrement de l'EP El Calvario en 2017 les rapproche de l'écurie espagnole Memento Mori, habituée à donner sa chance aux formations hispaniques (Bokluk, Necroven, Ataraxy ...). Après un passage aux incontournables Moontower Studios, les voici prêts à répandre leur suffocation sur les pauvres hères égarées en ce mois de janvier 2020.

"Écrasante" définit parfaitement la musique proposée au cours des 5 longues pistes musicales composant cet album, oscillant entre 5 et 12 minutes pour une durée totale de 40 minutes environ. Ici ni chichis ni blablas inutiles, seul le résultat compte quand Proscrito s'emploie à transformer l'auditeur en bouillie sanglante sous ses coups certes lents mais remplis d'un vice purement maléfique, prompt à envelopper votre âme d'un voile pourrissant.

Persistiendo , titre inaugural, pose les fondations de l'album : de gros riffs puissants et hypnotiques, une batterie qui varie bien l'agencement de ses coups, des soli avec ce petit touché heavy rafraîchissant. On se sent happé par une impression de descente au fond d'une crypte où est célébrée une messe noire. Le chant en catalan intensifie cette imprégnation en alternant growls profonds et cris arrachés à la John Tardy.
Si Tronos de Opobrio est lancé sur un tempo assez relevé que ne renierait pas Autopsy ou Cianide (avec un solo fuzzy du meilleur effet), c'est pour mieux bifurquer au détour d'un tombeau sur un break doomy initié par une basse saturée du meilleur effet. Le groupe démontre alors ses qualités d'écriture avec de subtiles variations qui se révèlent au fil des écoutes. Exequias prend le chemin inverse, avec un début entêtant qui s'enlumine grâce à une accélération à la Asphyx.
L'étau finit par se resserrer inexorablement sur les deux derniers titres. La messe se poursuit sur Marcado de la Pezuña (marqué par le sabot du bouc pour une traduction rapide) pour jeter définitivement l'auditeur en enfer sur l'instrumental Pantalgia. Un doom minimaliste, suffocant et savoureux, s'emparant de l'esprit pour l'emmener dans un voyage sans retour vers des cieux menaçants.

Ces cieux, qui rappellent ceux évoqués en préambule ici, sont repris sur le bel artwork tout en nuances de gris. Mais ici pas de fouet de satin ni de bondage soft, seulement une immense croix inversée surplombant un converti en pleine dévotion. Gageons que le rendu sera superbe sur un format vinyle.

À l'image de 2019, Memento Mori maintient le haut niveau quant à la qualité de ses sorties. Proscrito, avec son doom/death direct et sagace, offre un album qui vaut vraiment le coup d'oreille et pourrait s'inscrire dans les réussites majeures du style en 2020. "Quel temps de merde" oui je veux bien mais avec Llagas y Estigmas dans les écouteurs !!

3 Commentaires

7 J'aime

Partager
LeMoustre - 26 Janvier 2020:

T'as une queue de phrase qui manque (avant dernier paragraphe), mais avec sa pochette remarquable, nul doute que ce disque en bacs doit donner envie, en plus de ta chronique. Merci pour ce papier.

Armel_Avry - 26 Janvier 2020:

Oui merci poto j'ai ajouté les quelques mots qui manquaient. Tente une écoute ça pourrait te plaire.

LeMoustre - 26 Janvier 2020:

Oui je vais du coup ecouter ça de près. Avec le Live Burial qui va débouler sous peu, le genre est en pleine forme. 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Proscrito