Kings of Metal

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Manowar
Nom de l'album Kings of Metal
Type Album
Date de parution 18 Novembre 1988
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album684

Tracklist

1. Wheels of Fire 04:10
2. Kings of Metal 03:45
3. Heart of Steel 05:11
4. Sting of the Bumblebee 02:50
5. The Crown and the Ring (Lament of the Kings) 04:50
6. Kingdom Come 03:56
7. Pleasure Slave (Bonustrack for Europe and USA) 05:38
8. Hail and Kill 05:59
9. Warrior's Prayer 04:20
10. Blood of the Kings 07:30
Total playing time 48:09

Chronique @ Arawn

16 Septembre 2005

Pour ce sixième album considéré comme un album culte de Manowar, ceux-ci ne font pas dans le détail et s’autoproclament carrément les rois du metal (pas de demi-mesure), à chacun de juger. Comme d’habitude, Manowar reste dans une vitesse heavy assez posé à part «Wheels of Fire» qui est clairement la chanson speed de l’album. On retrouve également les thèmes second degré chers au groupe comme leur glorification sur Kings of Metal et surtout la glorification du metal. On notera évidemment les paroles de Pleasure Slave qui ont du faire de Joey l’égérie des féministes. D’ailleurs, Joey se lâche encore sur une chanson solo avec la reprise acrobatique à la basse du vol du bourdon qui reste toujours impressionnante à chaque écoute. Kings of Metal est également répartie en trois styles de chansons, des chansons plutôt mélodique et riche en émotions assez solennelles comme «Heart of Steel», des chansons relativement plus guerrières comme «Hail and Kill» et des chansons tout aussi efficaces mais plus basiques comme «Kings of Metal». «The Warriors Prayer » n’est qu’une longue (et un peu pénible au bout d’un moment) intro.

La force de cet album provient majoritairement des deux premiers styles de chansons qui le rendent très intense et prenant. Là où d’autre groupe font des ballades, avec «Heart of Steel» et «Lament of the King», cette dernière étant presque un solo au chant d’Eric Adams, Manowar remplit ses passages plus lents et éventuellement mélodiques d’un côté profond et solennel, presque religieux, qui ne peut laisser insensible. Avec les chansons plus guerrières comme «Hail and Kill» et «Blood of the Kings», où Manowar s’amuse à placer le nom de tous ses précédents albums et de certaines chansons, même si le rythme est plus rapide, l’articulation du chant, les montées progressives en intensité et l’utilisation de différentes ambiances donnent également un côté solennel, proche d’un hymne, aux chansons. La différence entre les chansons plus "légères" de l’album comme «Wheels of Fire» est flagrante et c’est ce genre d’ambiances qui fait de Manowar un groupe à part. Avec Kings of Metal, Manowar s’illustre encore par son côté de pur Heavy Metal couillu.

2 Commentaires

16 J'aime

Partager
Heavykid - 20 Septembre 2008: Put*in ce que je l'aime cet ALBUM!
PhuckingPhiphi - 27 Avril 2017: Je ne saurais dire si “Kings of Metal” est le meilleur album de Manowar tant il arrive après une succession de chefs-d’œuvres comme “Into Glory Ride”, “Hail to England” ou même le souvent décrié “Fighting the World”, mais une chose est sûre : c’est un excellent disque qui détruit tout sur son passage !

À mon sens, il s’agit là de l’album charnière dans la discographie des Rois du Métal autoproclamés, celui où la production devient résolument énorme et les riffs carrés comme des bunkers, mais abandonne en contrepartie un peu de ce côté primitif, rugueux et magique qui faisait toute la personnalité de leurs premières offrandes. Peut-être faut-il voir dans cette évolution une volonté de muscler le propos face à l’invasion du Thrash et du Death qui, en cette fin des années 80, commençaient à faire sérieusement de l’ombre à la scène Heavy traditionnelle ? On note aussi les premières incursions dans le domaine de l’orchestral, qui deviendront habituelles (voire envahissantes) dans la suite de leur carrière. Personnellement, j’aime autant les deux périodes, raison pour laquelle ce “Kings of Metal” a dès sa sortie eu tout pour me séduire, et je l’écoute aujourd’hui encore avec toujours autant de bonheur et d’émotion. Putain, je crois des titres comme “The Crown and the Ring”, “Heart of Steel” ou “Blood of the Kings” me fileront des frissons jusque dans la tombe…

Bref, impossible pour moi de dire s’il s’agit là de mon album préféré, mais à n’en point douter, c’est celui que je recommanderais en priorité à tout novice désireux de découvrir le style si particulier des défenseurs du “True Metal” en slip de cuir.

Merci pour la kro ! :)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ cacaman

11 Août 2005

Suite à sa signature sur la major Atlantic et son contesté "Fighting the World", les représentants en peaux de bêtes reviennent pour un nouveau ramassis de clichés. En effet, si Manowar est adulé par un certain nombre de métalleux pour son côté warrior, il n'en demeure pas moins un exemple de non-création, enchaînant riffs basiques sur textes cul-culs peuplés de femelles en rut, de motos et de bière. Pourtant, ce sixième opus studio du groupe propose une musique intéressante sur bien des points. "Kings of Metal" démarre, c'est le cas de le dire, à tombeau ouvert par Wheels of Fire, marquée par un couplet très agressif et un refrain épique ; c'est finalement le seul titre vraiment violent, le reste étant mid-tempo, (avec Kings of Metal, Kingdom Come et l'excellent Hail And Kill, véritable leçon de metal efficace dont l'intro rappelle Hellion de Judas Priest) ou lent (le réussi Heart Of Steel, The Crown And The Ring, Pleasure Slave, sur lequel on retiendra le mythique "Femme! Viens ici! Enlève tes frusques! Agenouille-toi et satisfait-moi"). On remarque surtout la qualité des musiciens auxquels on a affaire : batteur solide, bassiste parfois hallucinant comme sur l'incroyable reprise du Vol Du Bourdon de Rimski-Korsakov, gratteux discret en rythmique mais aux soli sentis et assez techniques, enfin chanteur plein de ressources, au style mi-hurlé (ses whaaaaaaaa sont impressionnants) mi-chanté, qui demande une maîtrise totale de l'organe (Heart Of Steel). Manowar termine sa démonstration de puissance par la narration d'une légende sur quatre mystérieux mighty warriors (devinez-donc de qui il s'agit) qui prépare le terrain pour Blood Of The Kings, aux riffs rythmiques simplistes mais à l'aura "torse nu sur la montagne" appréciable.

Tout le monde s'accorde à dire, fan de Manowar ou pas, que "Kings of Metal" est l'indispensable du groupe, l'opus de l'aboutissement. Même ceux qui, un jour, ont craché sur la basicité du combo, se doivent de jeter l'oreille sur cet incontestable classique du heavy metal, le plus dur étant (pour les accros de l'alambiqué) de se mettre sur la longueur d'onde des quatre gugusses.

6 Commentaires

9 J'aime

Partager

philboss - 25 Juillet 2011: le dernier grand album du groupe! car après ça se gâte grave .
JOEY : ta prétention a bouffé ton inspiration , mais je reste un grand fan du groupe pour tout ce qu'il a apporté au métal, et ERIC ADAMS est un chanteur fabuleux , les premiers albums sont mes préférés avec ROSS THE BOSS

RIP SCOTT !
samolice - 08 Mai 2013: "Tout le monde s'accorde à dire, fan de Manowar ou pas, que "Kings of Metal" est l'indispensable du groupe, l'opus de l'aboutissement." Je ne suis pas du tout certain que tout le monde s'accorde à dire cela, surtout les fans du groupe d'ailleurs. Perso, je préfère largement les 4 premiers.
Ce qui ne m'empeche pas d'apprécier ce disque également.
merci pour ton texte.
Vinarius - 24 Décembre 2015: Et tu ne mets que 15/20? :o bonne chronique à part ça, et surtout très bon album
David_Bordg - 05 Janvier 2016: cultissime!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire