Ilmestykset

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Forgjord
Nom de l'album Ilmestykset
Type Album
Date de parution 19 Avril 2019
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album4

Tracklist

1.
 Ensimmainen Ilmestys
Ecouter01:53
2.
 Orjahuoran Laulu
Ecouter08:27
3.
 Karsikko
Ecouter02:10
4.
 Maailma Palaa
Ecouter07:30
5.
 Kaksitoista Kuolemaa
Ecouter06:56
6.
 Surmanluodit
Ecouter03:40
7.
 Pohjolan Soturi
Ecouter05:24
8.
 Kaikkivaltias
Ecouter05:22

Durée totale : 41:22

Acheter cet album

Forgjord



Chronique @ Icare

19 Août 2019

Une réalisation solide et inspirée qui distille un souffle sacré palpable

Dans la grande famille du black finlandais, Förgjord fait un peu office d’oublié. Pourtant crée en 1995 avant bon nombre de ses compatriotes plus reconnus (citons notamment Satanic Warmaster, Goatmoon ou Sargeist), le trio de Varkaus peine à se faire connaître malgré des sorties de qualité. La sortie de Uhripuu en 2017 sur Werewolf Records, label de Satanic Tyrant Werwolf, lui donne un peu de visibilité, mais à l'heure de la sortie de son cinquième album, Ilmestykset est encore loin de la notoriété des Horna ou autres Behexen
Il faut dire que la musique du groupe est peut-être un peu moins directe et accrocheuse que celle des classiques de l’école finlandaise, s’aventurant dans des terres moins balisées, plus « progressives » et plus complexes, et proposant somme toutes une version plus mélancolique de l‘art noir national, moins axée sur le riff qui tue. Vous l’aurez donc compris, Ilmestykset est un album qui se savoure au fil des écoutes et s’apprécie avec le temps, plus introspectif que réellement explosif.

D’emblée, Ensimmainen Ilmestys, intro composée de samples de tonnerre, de grondements, de percussions tribales, de synthés dramatiques et de grognements sourds, nous plonge dans l’ambiance, avant que ne surgisse Orjahuoran Laulu avec ces guitares saturées et puissantes et les hurlements stridents de Prokrustes Thanatos. Pendant 1,32 minutes, le titre progresse sur une lente et jouissive montée en puissance avec un savoir-faire redoutable puis lâche un excellent riff thrashy surmonté de vocaux arrachés et insanes qui nous entraîne irrésistiblement. Une pièce de 8,27 minutes avec une partie centrale particulièrement apaisée qui tire un peu en longueur, mais qui possède des passages vraiment prenants grâce à un riffing lancinant et touchant. S’ensuit un Karsikko plus ramassé, avec ses 2,10 petites minutes, suintant par tous les pores ces mélodies pures et glacées typiquement finlandaises. Les mélodies sont d’ailleurs incontestablement le point fort de l’album, omniprésentes sans être faciles, s’enroulant insidieusement autour de notre âme, évanescentes et vaporeuses, mais prégnantes, assez loin du riffing direct d’un Sargeist par exemple. C’est un fait, Ilmestykset n’est pas extrêmement violent, mais on ressent malgré tout une sacrée intensité dans la musique, notamment grâce aux vocaux incroyables de Prokrustes Thanatos, vrillant, aigus et arrachés, qui enveloppent ces 41 minutes dans une brume d’émotions négatives. Car oui, même en composant une musique relativement classique - presque pas de claviers ici, Förgjord parvient tout en subtilité à créer cette ambiance glaciale, maléfique et mélancolique à la fois : les orgues cérémonielles qui ouvrent Maailma Palaa appuyées par ces guitares lourdes et sentencieuses, la sublime introduction acoustique de Kaksitoista Kuolemaa, magnifique et solennelle, avec ce frottement de cordes et ces choeurs d’un autre temps, qui enchaîne sur ce riff d’une pureté à pleurer, Surmaluodit, courte pièce ambiant uniquement composée à la guitare sur laquelle la tristesse nous submerge…

Cependant, un petit quelque chose manque encore aux Finlandais pour faire de cet album une réussite totale : les huit morceaux de la galette ne sont peut-être pas assez directs, se cantonnant trop souvent dans ce mid tempo timide quand un bon blast bien senti pourrait sublimer toute la haine et la misanthropie contenues dans la musique (c’est assez flagrant sur Orjahuoran Laulu ou Kaksitoista Kuolemaa où, après l’intro, on attend cette explosion de violence salvatrice qui ne vient jamais). Finalement, le trio reste trop sage, manquant un peu de variété dans le rythme et d’un soupçon d’agressivité pour nous immerger totalement dans leur noirceur par ailleurs contagieuse. De même, on pourra déplorer un côté parfois un peu décousu avec des transitions pas toujours très bien emmenées entre longues plages presque atmosphériques et passages plus dynamiques qui nuisent à la fluidité de l’ensemble, ceci dit, c’est aussi ce qui fait le charme et la personnalité de cet album, qui s’apprécie et s’adopte au fur et à mesure des écoutes. En tout état de cause, Ilmestykset reste une réalisation solide et inspirée qui distille un souffle sacré palpable et vient s’il en était encore besoin démontrer la grandeur de la scène finlandaise. Une belle révélation, comme son nom l’indique !

4 Commentaires

2 J'aime

Partager
Antonin_Martin - 19 Août 2019:

Tu m'as donné envie d'appronfondir l'écoute de cet album. Perso, j'avais écouté un titre en avant première que j'avais trouvé bon, sans plus ni moins, mais je vais écouter le full album et peut-être que j'y trouverais mon compte. En tout cas, cette pochette est magnifique et  des fois lorsque je n'accroche pas musicalement et que j'aime le visuel je me force à réécouter et je suis parfois surpris. C'est le cas de Hate Forest par exemple, au début je n'adhérai pas au chant puis à force je m'y suis fait et maintenant j'adore ce groupe. Sinon, pour revenir à ce disque, qui manquerait selon toi de fluidité, c'est la personnalité de ce disque qui prime et je partage totalement ton avis car rares se font les groupes avec un peu d'originalité, pour la plupart c'est du copié collé et du revu. Merci  pour cette chronique, au top comme d'habitude. 

Ghul - 19 Août 2019:

Superbe album. Pas encore lu la chronique, mais ce groupe nous revient vraiment au top !

Icare - 19 Août 2019:

Antonin_Martin: Merci pour ton commentaire!
Je trouve que la musique du groupe est difficile à décrire : finalement très classique et pas foncièrement originale, elle dégage malgré tout quelque chose de spécial et parvient à afficher une certaine personnalité.

Quand tu dis qu'à la première écoute, tu as trouvé le morceau bon, sans plus ni moins, je m'y retrouve : sans me happer complètement, lors des premières écoutes, j'ai tout de suite senti qu'il y avait un truc, une aura, une âme. Sans être forcément facile d'accès ni extrêmement immersive à cause d'un côté parfois un peu décousu, totalement finlandaise tout en se démarquant assez largement des classiques du genre, pas novatrice pour un sou mais ne sonnant jamais non plus comme un copier coller d'autres groupes, la musique de Förgjord mérite vraiment qu'on s'y penche!
Je te conseille le morceau Kaksitoista Kuolemaa pour te replonger dedans, pour moi le meilleur et certainement le plus accrocheur!

Antonin_Martin - 19 Août 2019:

C'est le genre d'albums qui demandent au moins deux écoutes pour être appréhendés à leur juste valeur, la preuve que oui j'ai écouté cet album hier soir et j'ai adoré. Sinon oui, ce disque a une âme et j'y trouve un air forestier, une aura hivernale froide et glaciale. Après oui, c'est assez décousu mais je trouve que ce groupe à une identité et c'est pour ma part le principal. Un disque fortement recommandable avec en prime une superbe pochette!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire