Everflame

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Gallia
Nom de l'album Everflame
Type EP
Date de parution 20 Juillet 2019
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album3

Tracklist

Les même track mais en version orchestral.
1.
 Rain Starlight
 04:46
2.
 Devil's Cry
 04:16
3.
 Rise of the Fallen
 04:13
4.
 Papercuts
 04:51
5.
 Fight of Fools
 04:47
6.
 Frozen Sun
 03:48
7.
 Rain Starlight (Orchestral Version)
 04:40
8.
 Rain Starlight (Orchestral Version)
 04:16
9.
 Rise of the Fallen (Orchestral Version)
 04:13
10.
 Papercuts (Orchestral Version)
 04:42
11.
 Fight of Fools (Orchestral Version)
 04:38
12.
 Frozen Sun (Orchestral Version)
 03:46

Durée totale : 52:56

Acheter cet album

Gallia


Chronique @ ericb4

13 Août 2019

Rien qu'une première et frêle esquisse...

Encore un énième groupe metal symphonique à chant féminin, voué comme tant d'autres à une fugace apparition, me direz-vous, et vous auriez raison. Ce serait toutefois éluder l'indéfectible motivation doublée d'un zeste d'inspiration affichés par certains d'entre eux, venant alors crânement tenter leur chance d'en découdre. Descendant à son tour dans l'arène, et conscient de la féroce concurrence inhérente à ce registre metal, ce jeune quintet belge originaire de Stevoort s'est montré particulièrement patient et surtout prudent dans sa démarche. Une condition si ne qua non pour espérer ne pas se voir aspiré d'un claquement de doigts par ses pairs...

Cofondé par le lead guitariste et compositeur Yannick Maris et le bassiste Laurens Vandebroek en 2015, alors prestement rejoints par la frontwoman et parolière Elyn Vandenwyngaert, le guitariste rythmique Davy Coningx et le batteur Dieter Vantilt, le combo n'accouche de son premier bébé que quatre années plus tard. Et ce, à l'aune de l'introductif EP répondant au nom de « Everflame » ; une auto-production généreuse de ses 27 minutes où s'égrainent 6 pistes d'obédience rock'n'metal mélodico-symphonique dans la lignée de Delain, Xandria (première mouture) et Lacuna Coil. Ces 6 plages sont également disponibles en version instrumentale, mais, n'apportant pas la plus value espérée, nous les passerons sous silence dans cette analyse. Ce faisant, la menue rondelle repose sur une qualité d'enregistrement acceptable, un léger sous-mixage des lignes de chant et des arrangements certes de bon aloi mais restant à parfaire. Mais entrons plutôt dans la petite goélette...

Dans ses moments enfiévrés, le collectif délivre certes une inaliénable dynamique doublée d'une sidérante force de frappe, mais peine parfois à encenser le tympan de par ses déconcertants chemins de traverse mélodiques. Ainsi, tout en décochant de délicats arpèges au piano, l'offensif et ''lacunacoilesque'' « Papercuts » se cale sur une frondeuse et indéfectible rythmique et une ligne mélodique en demi-teinte. Dans ce champ de turbulences où les finitions manquent à l'appel, évoluent les puissantes inflexions de la belle, un tantinet aspirées par une furieuse et omniprésente instrumentation. Dans cette énergie, s'il fait montre d'arrangements instrumentaux de bonne facture, l'enjoué et ''xandrien'' « Devil's Cry », quant à lui, livre d'ondulants mais classiques gimmicks guitaristiques, un refrain en proie à d'incompressibles linéarités et une frontwoman non exempte de faussetés, peinant à nous aspirer dans la tourmente. Guère moins déconcertant, et en dépit des puissantes attaques dans les médiums de la sirène et de son flamboyant solo de guitare, l'épique mid/up tempo « Rise of the Fallen » n'attendra que malaisément sa cible.

Quand le combo ralentit d'un cran la cadence de ses frappes, la traversée s'effectue juste sans encombres, soit, sans perte ni fracas, ni réel extase. Ce qu'illustrent « Fight of Fools » et « Rain Starlight », deux ''delainiens'' mid tempi aux riffs épais et calés sur une sente mélodique agréable à défaut de s'avérer des plus mémorables. Délivrant d'avenants couplets relayés chacun d'un refrain certes grisant mais donnant une impression de déjà entendu, chacun de ces méfaits accuse également un manque cruel de pugnacité percussive et une tenace répétibilité de leur cheminement d'harmoniques. On ne restera pas moins circonspect à la lecture de « Frozen Sun », mid tempo dans la veine atmosphérique d'un Xandria de la première heure. Tant ses enchaînements de séries d'accords que ses relais couplets/refrais auront raison des plus opiniâtres tympans, y compris les plus aguerris du genre. Si l'on retiendra à la fois son enivrante touche orientalisante, ses insoupçonnées variations rythmiques et ses growls opportunément positionnés et du meilleur effet, ses carences mélodiques tout comme son empreinte vocale des plus éthérées ne pourront relever la sauce d'un plat en peine de saveur.

Pour son premier essai, la formation belge affiche un potentiel technique à ne pas mésestimer et une dynamique d'ensemble propice à un headbang bien senti. Toutefois, ses lignes mélodiques au même titre que ses harmoniques devront gagner en consistance et ses inflexions vocales en précision pour espérer impacter plus largement le chaland. De plus, si la qualité des arrangements, dans l'ensemble, est sauvegardée, en revanche, il s'avérera indispensable de peaufiner l'ingénierie du son, notamment au regard de ses finitions, et de se distancier de ses maîtres inspirateurs pour permettre au projet de gagner en épaisseur artistique. Gageons qu'il ne s'agit-là que d'un simple galop d'essai, à considérer à part entière, donc, une œuvre encore friable, peut-être trop fragile pour voir le combo dores et déjà mettre le pied à l'étrier. Du moins, à l'aune de son offrande, ne saurait-il constituer une réelle menace pour ses challengers, toujours plus nombreux à sévir dans ce registre metal. La balle est donc dans son camp...

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Gallia