Enter the Moonlight Gate

Liste des groupes Black Metal Lord Belial Enter the Moonlight Gate
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Lord Belial
Nom de l'album Enter the Moonlight Gate
Type Album
Date de parution 1997
Produit par Fredrik Nordström
Enregistré à Studio Fredman
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album123

Tracklist

1. Enter the Moonlight Gate 05:12
2. Unholy Spell of Lilith 06:42
3. Path with Endless Horizons 05:56
4. Lamia 04:54
5. Black Winter Blood-Bath 04:56
6. Forlorn in Silence 03:50
7. Belial - Northern Prince of Evil 03:19
8. Realm of a Thousand Burning Souls (Pt.I) 20:04
Total playing time 54:53

Chronique @ Behemoth49

29 Mai 2011

le quatuor suédois a accouché d’une véritable perle, à la fois puissante et belle, brutale et mélodique.

La suède apparait au sein du paysage métallique comme un réservoir de groupes sans fin. C’est également le berceau de deux importants courants musicaux. Je veux bien entendu parler du death old school suédois, reconnaissable entre mille et le black death mélodique dont les représentants les plus célèbres ne sont autres que Dissection, Dawn, Unanimated ou encore Sacramentum. Cependant il faut, pour que le tableau soit complet, rajouter Lord Belial, formation créée en 1992 à Trollhattan autour de quatre hommes dont le line up restera inchangé jusqu’à aujourd’hui (mis à part un changement de guitariste peu de temps après la création du groupe). En 1994 sortent deux démos, préparant ainsi le chemin pour le premier et très correct album, « Kiss the Goat » l’année suivante. Il faut ensuite attendre deux ans pour assister au retour de Lord Belial dans les bacs, cette fois ci avec « Enter the Moonlight Gate », sorti en 1997 sous la houlette de Death Records.

Le style adopté par nos quatre jeunes musiciens sur ce second effort diffère beaucoup du premier album. En effet « Enter the Moonlight Gate » est incontestablement imprégné de la marque de Dissection et ce black death mélodique qu’il a créé. Ainsi, on retrouve ce savoureux mélange entre brutalité et mélodie qui a fait la gloire des groupes précités. Attention tout de même, n’allez pas prendre cet opus pour une vulgaire copie de l’œuvre de Jon Nödtveidt. Lord Belial possède ses propres caractéristiques, et c’est en cela que cet album est si adulé par votre serviteur ainsi que par nombre d’autres amateurs de ce chef-d’œuvre. Laissez-moi désormais vous convaincre si ce n’est déjà fait.

Il ne pouvait y avoir de meilleure pochette pour cette galette. Froide, sombre, belle et mystérieuse, voilà une série d’adjectifs qualifiant à merveille aussi bien l’artwork que le contenu de ce « Enter the Moonlight Gate ».
Le premier titre annonce directement la couleur. En effet, le titre éponyme se veut résolument brutal, rapide et sans fioritures. Une brutalité pure et sauvage qui sera reprise pour les titres « Black Winter Blood-bath » et « Belial - Northern Prince of Evil ». Le reste de l’album se voudra plus nuancé, comportant un certain nombre de pauses au sein de cette ambiance guerrière et sans pitié. Pour cela les Suédois sortent le grand jeu. Que ce soit les voix féminines sur le titre éponyme ou sur « Path with Endless Horizons » ou le magnifique instrumental acoustique « Forlorn in Silence », l’aspect mélodique et émotionnel de l’album est fortement mis en valeur. Et que dire du morceau « Lamia » dans lequel se succèdent un sublime solo ainsi de guitare acoustique, flûte ou encore violoncelle pour un rendu hypnotique et plein d’émotion.

Notons également l’énorme « Unholy Spell of Lilith » aux mélodies terriblement entêtantes et à l’impitoyable break (3’) ou encore le monumental « Realm of a Thousand Burning Souls (Part 1) », qui s’avère être un pavé magistral de douze minutes alternant passages brutaux et parties atmosphériques pour un résultat plein de puissance et d’émotion. Le piano se mêle aux guitares dans une dualité émotionnelle rarement atteinte. Il n’y avait pas de meilleur façon pour clôturer cet album, assurément. Il me faut enfin parler de la voix... Le timbre aigu et torturé Thomas « Dark » Backelin sublime la musique de ce « Enter the Moonlight Gate » autant pour la grande variété de sentiments exprimés (haine, mélancolie, tristesse, désespoir, rage...) que pour sa puissance.

Chaque élément a véritablement sa place et cela s’entend. La batterie sonne comme très organique, rapide et puissante tandis que la basse dispose d’une place assez importante, chose assez rare pour être signalée. Les guitares, rapides, mélodiques et puissantes, formant la base et le cœur de l’album, disposent également d’un excellent son. La production, que l’on doit au très réputé Studio Fredman, est correctement appropriée à la musique du groupe, donnant ainsi un son froid et clair aux compositions, sans être trop clean pour autant.

Vous l’aurez donc compris, ce deuxième effort de Lord Belial est bel et bien un chef-d’œuvre du style, à placer sans hésitation aux cotés des « Storm of the Light’s Bane », « Slaughtersun » et autre « Far Away From the Sun ». Certains s’étonneront alors du manque de reconnaissance dont ce groupe est victime. Cela s’explique en partie par la suite de la discographie, s’éloignant de cette recette si appréciable pour se rapprocher d’un black metal bien plus basique et sans grand intérêt. Toujours est-il que le quatuor suédois a accouché d’une véritable perle, à la fois puissante et belle, brutale et mélodique. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire, on ne croise pas des albums de ce calibre à tous les coins de rue...

17/20

7 Commentaires

9 J'aime

Partager

Vertex - 01 Juin 2011: D'accord avec toute la première partie mais absolument pas la fin.

"Cela s’explique en partie par la suite de la discographie, s’éloignant de cette recette si appréciable pour se rapprocher d’un black metal bien plus basique et sans grand intérêt."

Je ne crois vraiment pas qu'ils ont changés de recette, surtout sur l'album suivant qui pour moi reprend exactement la même...

J'ai toujours trouvé ça injuste qu'enter the moonlight gate occulte le suivant qui lui aussi est vraiment excellent mais qui s'en est prit plein la tronche juste car il est un gros poil inférieur...(ce qui n'est pas difficile d'ailleurs)et peut être aussi car il a soit disant "une pochette moche"

Unholy crusade est plus simple mais reprend la trame principale d'ETMG et je le vois clairement comme le prolongement de celui ci, sinon en prenant l'album à part, il est lui aussi bourré de qualité.

Pour ce qui est du reste, ça change effectivement mais la plupart des albums ont tout de même leur gros points forts, ils n'ont jamais livrés de vraies bouses contrairement à des groupes beaucoups plus célèbres, qui eux méritent la reconnaissance (apparemment) mais ont pondus énormément de merdes aussi et n'ont jamais eu de vraie identité.

Behemoth49 - 01 Juin 2011: Les goûts et les couleurs ... Personnellement je me suis toujours fait chier en écoutant la suite. Unholy Crusade ne m'a jamais parlé et je n'ai donc pas perséveré. J'ai tout de même écouté quelques extraits des autres opus mais rien a faire, le groupe ne me fait plus rien ...
PhuckingPhiphi - 22 Fevrier 2017: Un de mes albums de Black Metal préférés, toute tendance confondue, acheté à l'époque de sa sortie et que je réécoute toujours avec le même enchantement. Des compos parfaitement équilibrées, une exécution sans faille, une voix parfaite, une intervention aussi rare que pertinente du chant féminin, sans parler de cette petite flûte inattendue qui, à l'époque, faisait toute la personnalité du Seigneur Belial.

Un album magistral, tout simplement, pour un groupe au pinacle de sa carrière.

Merci pour la kro :)
Sperma_frost - 22 Octobre 2017:

Très varié dans ses ambiances, un album qui a fait mouche directement chez moi, Vraiment impressionnant et prenant, mon seul regret est d’être passé à côté de cela autant d’années...

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire