Commonplays

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Fatal Clichè
Nom de l'album Commonplays
Type Album
Date de parution 13 Août 2017
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Flashblack
 03:47
2.
 Changeling
 04:08
3.
 Immemory
 05:21
4.
 Dark Way
 03:48
5.
 Flaming Heart
 04:26
6.
 Milions of Lights
 04:37
7.
 Lost Lands
 03:57
8.
 Fatal Clichè
 04:11

Bonus
9.
 Alegria
 03:25

Durée totale : 37:40


Chronique @ ericb4

24 Mai 2019

Une ascension en pente douce pour le collectif italien...

Après quatre années de silence radio, le combo italien revient dans les rangs, plus déterminé à en découdre aujourd'hui qu'hier. Cofondé en 2011 par le guitariste Tiziano Fatiganti et le batteur Marco Gorra, le collectif romain sortit deux ans plus tard un introductif et friable EP éponyme. Ce ne sera pas avant 2017 qu'il réenclenchera les machines, et ce, à l'aune du présent album full length répondant au nom de « Commonplays ». Reprenant six des sept pistes de cette offrande, le groupe y a inclus trois titres inédits, nous proposant à nouveau un propos metal symphonique gothique vivifiant, enjoué, accessible, aux relents progressifs, dans la lignée d'Ancient Bards. Bénéficiant désormais d'un mixage plus équilibré entre instrumentation et lignes vocales et des finitions moins lacunaires qu'autrefois, cet opus offre un confort auditif suffisant pour le suivre d'un seul tenant. Avec une empreinte vocale à cheval entre celle de Sonja Kraushofer (L'Ame Immortelle), quelques inflexions inspirée par Tori Amos, et le timbre de Sara Squadrani (Ancient Bards), la mezzo-soprano Hellenoir Dearbone, pour sa part, aurait quelques atouts pour nous attirer dans ses filets...

A l'image de son prédécesseur, ce seraient les morceaux les plus sanguins qui capteraient le plus volontiers l'attention, dont ceux issus de cette première livraison. Aussi, retrouve-t-on le pulsionnel « Dark Way », seyant up tempo power symphonique où sensibles couplets et pénétrants refrains se relayent, au demeurant judicieusement mis en exergue par la fougueuse lionne. Dans cette mouvance, de gros roulements de tambours introduisent « Flashblack », titre sanguin disséminant une ensorcelante ligne mélodique. Cette piste fait notamment claquer ses refrains avec une étonnante aisance, la belle flirtant alors avec les anges, suivie de près par une talonnante lead guitare, le tout dans une parfaite homogénéité d'ensemble. Ayant évacué les growls de la première version, l'entraînant propos y a gagné en aura. Enfin, non sans évoquer Ancient Bards, le titre éponyme de l'album, « Fatal Clichè », tout comme « Immemory » se font à la fois frondeurs et enjoués, avec l'inclusion de choeurs en ligne de fond. Dans les deux cas, un réjouissant legato à la lead guitare nous est octroyé, ainsi qu'un diluvien solo de guitare au corps à corps avec un redoutable serpent synthétique. Et ce, sans omettre de laisser le champ libre à la maîtresse de cérémonie qui, de sa lyrique empreinte, parvient à hisser ces magmatiques propositions au rang de celles à retenir de cet opus.

La troupe ne manquera pas non plus d'aspirer le pavillon sur ses passages progressifs. Ainsi, à l'instar de son aîné, ce méfait reprend point pour point « Lost Lands », somptueuse ballade progressive menée de main de maître par Hellenoir, distribuant ses aériennes modulations un poil écorchées vif, dans la droite lignée de Tori Amos. On la suit volontiers sur de louables refrains, avant de se trouver nez à nez face à un bref mais ébouriffant solo de guitare. Une reprise en voix de tête pour finir crescendo nous est alors dispensée. Et l'adhésion s'opère, spontanément. On ne sera guère moins impacté par l'avenante mélodicité et les attaques frontales de la prédatrice exhalant de « Changeling » ; tonique offrande réservant en prime de grisantes montées en puissance du corps orchestral. Enfin, des roulements de tambour en finesse et de douces notes synthétiques nous accueillent sur le progressif « Alegria », engageant moment où la belle déploie une surprenante puissance vocale associée à une tonalité acidulée, le long d'un joli tracé mélodique. Soudain, le tempo s'accélère et un tapping s'invite à nos pavillons. On regrettera cependant quelques carences relatives aux répétitives suites d'accords et une progressivité qu'on aurait imaginé s'installer plus tôt.

En dépit de ses mérites, certains morceaux n'ont pu se hisser au rang de leurs voisins. Ce qu'illustre précisément « Flaming Heart », titre aux nombreuses cassures de tempo et de rythmique. Ce faisant, et en l'absence de tracé mélodique sécurisant, on peut avoir quelques difficultés à s'imprégner immédiatement de l'atmosphère gothique de ce passage, malgré quelques sursauts à la batterie. Ce n'est pas la brutale fin de piste qui plaidera davantage en sa faveur. Par ailleurs, accusant d'inaltérables répétitions tout en révélant de déroutants harmoniques, l'échevelant « Milions of Lights », à l'instar de « Illusion », peinera à nous retenir. Si la chanteuse témoigne d'un lyrisme plutôt adroit et si un joli solo de guitare s'invite à la danse, une étrange impression de déjà entendu nous étreint, nous poussant à passer notre chemin.

En définitive, à la différence de sa devancière, l'écoute de cette galette s'effectue, cette fois, d'un seul tenant. En outre, une ingénierie du son plus affûtée, des arrangements judicieusement repensés et des lignes mélodiques plus affinées sont aujourd'hui à mettre au crédit de nos acolytes. Le potentiel révélé par le précédent effort jouit donc d'une mise en valeur susceptible de placer cette formation parmi les outsiders à ne pas négliger dans un registre pourtant en proie à une féroce concurrence. On aurait peut-être souhaité effeuiller davantage de pistes inédites, déceler des exercices de style plus variés ainsi que l'une ou l'autre prise de risque. De plus, à l'image de la précédente livraison, il lui faudra encore se forger une signature artistique identifiable pour voir le combo italien sortir des rangs. Ce qui n'exclue en rien les progrès réalisés et sa capacité à aspirer plus largement le tympan de l'aficionado du metal symphonique gothique à chant féminin...


0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Fatal Clichè