PORTAL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           English
login :
Subscribing   Pass lost ?   

                       
Browse List: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Browse by Genre  
Band's list Pagan Black Belenos L'Ancien Temps
Compilation, Released date : February 2004 - Sacral Productions / Adipocere Records
Style: Pagan Black
1 2

RATING SOM : 15/20
All rates : 17/20 You must be logged to rate this album
Tracklist
Re-Issue in 2009 by Cruciatus Records.
Re-Issue in 2013 by Northern Silence Productions.
DISC 1 - NOTRE AMOUR √ČTERNEL
1. Le Déluge 07:01
2. Notre Amour √Čternel 06:36
3. Priez Encore 05:34
4. Reveries 05:08
5. Etrange Douceur 06:42
6. Visage de la Solitude 08:45
7. Adorable Mépris 06:49
DISC 2 - TRISTE PENS√ČE
1. Dernière Rencontre 08:04
2. Mélancolie 07:45
3. Pensées 04:56
4. Tristesse 05:08
5. Sacrilège 06:05
6. Lassitude 08:11
7. Funeste et Hivernal 05:09
8. Terre de Brume 04:44
Total playing time 1:36:37

modify this album  print this article
92 members owning this album Next album
add a review Previous album

 buy
 buy
 buy
 ‚ā¨17,12
 buy
 buy
16 ratings 1 17/20
Lyrics
DISC 1 - NOTRE AMOUR √ČTERNEL


1. LE D√ČLUGE

Au milieu du lys
Et du myosotis
Par les sacripants
Et les braves hommes
Que ton règne arrive
Que ta volonté soit faite
J'ai réuni les lampions de la fête

Ne nous condamne pas...
Oh pardonne-nous nos offenses
Comme nous pardonnons
A ceux qui nous enfoncé...

Les présents de Dieu
Il faut bien qu'on les aime
Et de nos esprits animaux
Ainsi soit-il !
Crois-tu que ce soit si facile...


2. NOTRE AMOUR √ČTERNEL

Tu étais la présence enfantine de mes rêves
Tes blanches mains venaient s'épanouir sur mon front
J'allais souvent regarder à la fenêtre
Comme si le bonheur devait entrer par là

J'ai vu par un matin semblable à tous les autres
Le soleil agiter les brins de mimosa
Des fleurs d'argent descendaient la rivière
Les enfants avaient mis des bouquets sur le toit

Aussit√īt que je vis tes yeux je te voulu
Soumise mes deux mains tremblantes à mes lèvres
Capable de reprendre à la nuit son butin
De fleurs noires et de vénéneuses caresses

Tout le jour je vis bleu, je ne pensais qu'à toi
Tu ruisselais déjà le long de ma poitrine
Sans rien dire je prie rendez-vous dans le ciel
Avec toi pour des promenades éternelles


3. PRIEZ ENCORE

O√Ļ est donc la lumi√®re ?
Dans vos sinistres cathédrales
Il n'y a qu'une triste idole
Reflétant vos désespoirs
Agenouillés sans cesse vous priez
Attendant vos nombreux miracles
Mais vous écoute t-il vraiment ?
O√Ļ se cache t-il derri√®re ses larmes ?

Regardez le pendu sur sa croix
N'a t-il pas l'air misérable ?

Son sang filant entre ses doigts
Dans son ciel, air irrespirable
Des ic√īnes marquent son histoire
Dieu fait l'homme à son image

Alors vivez comme lui pauvres √Ęmes d√©risoires
Dans la douleur les cŇďurs √©pris de noir


4. RÊVERIES

Griffé par les mains de la vierge
Il avait grandi dans les bras de Satan
Emprisonné dans les flammes noires de l'enfer
Il allait chaque jour plus prêt...
Du néant !

Ses rêves étaient hantés
Par des vierges noires enflammées
Il se voyait
Partir vers un monde encore inexploré

Un jour il s'est endormi
Et bercé par les flammes noires
Encerclé d'étranges lumières
Ses rêves l'ont emmené


5. √ČTRANGE DOUCEUR

Comme un oiseau dans la tête
Le sang s'est mis à chauffer
Des fleurs naissent c'est peut-être
Que mon corps est enchanté

Que je suis lumière et feuilles
Le dormeur des porches bleus
L'églantine que l'on cueille
Les soirs de juin quand il pleut

Dans la chambre un ruisseau coule
Horloge...
On entend le blé roule
Vers les meules du couchant

L'air est plein de pailles fra√ģches
De houblon et de sommeil
Dans ce ciel un enfant pêche
Les tablettes du soleil

C'est le toit qui se soulève
Semant d'astres la maison
Je me penche sur tes lèvres


6. VISAGE DE LA SOLITUDE

Un jour suffirait une belle journée
Facile à vivre avec de grands yeux étonnés
Passant tranquillement dans le fossé du ciel
Un seul grand jour de vérité avant la chute

Mais moi multiple, moi blessée, moi partagée
Entre toutes ces nuits venus à ma rencontre

Vivrai-je assez longtemps pour vous aimer enfin
Vous qui me tourmentez, visages de moi-même
Il en est un clair regard épouvanté
Qui tourne sans répit dans la fumée des chambres

Et se pose parfois sur un regard éteint
D'autres que j'ai usé dans les salles d'attente

Alors que tous les trains étaient déjà passés
D'autres encore mais parlerai-je des coupables

D'un beau visage aventurier.

Visages de ma solitude je vous vois
Et c'est toujours ainsi que je vous ai voulu

Perché toujours, perché sur l'ombre et regardant
Tout au fond de la vie cette femme qui remue

Accueillez-moi comme on accueille un pauvre
Visages de ma solitude je vous vois
Et c'est toujours ainsi que je vous ai voulu


7. ADORABLE M√ČPRIS

Les hauts murs de ma vie ne sont pas des visages
Que le premier venu peut flatter de la main
Croyez-vous que je puisse habiter une cage
O√Ļ l'on vienne en piti√© me jeter quelques grains

Quelques déchets d'un ciel dont la plus grosse part
Pourrait contenter mon appétit humain
Ceux qui fr√īlent ma vie ne se demandent gu√®re
La vivante raison que j'aurais d'exister

Si coupée pour toujours du reste de la terre
Il m'arrivait entre ces murs de demeurer

Je saurais vous trouver la place insupportable
... Que depuis si longtemps vous occupez en moi

Vivant plus ind√©cis que les ch√Ęteaux de sable
Que le seul bruit du sang dans la poitrine effraie
Et je vous parlerai comme si vous de même
Rien ne subsistait qu'un regard discret


DISC 2 - TRISTE PENS√ČE


1. DERNI√ąRE RENCONTRE

Il est un homme
Au bord du monde
Qui chancelle
Un pauvre corps
Sans étincelles
Tout au fond de la vie

Un grand remous à la surface
Et puis des cris

Un doigt crispé
Qui me fait signe
Dans le courant
Un cŇďur qui saigne

Cependant je n'ose aller
Vers cet homme
Qui me ressemble
Qui bat des mains
Qui me supplie

De l'achever
D'un seul regard
Nous ne pouvons
Mourir ensemble


2. M√ČLANCOLIE

Je pense à cette petite chambre de terre
Qui est mienne qui me convient exactement
O√Ļ j'ai lou√© de bizarres affiches
Qui recouvrent partout les murs nus de ma vie

J'ai laissé le loisir à son propriétaire
D'y déposer l'hiver sa semence de blé
Tant que je n'y suis pas le blé ne gagne guère
Mais il esp√®re un peu en mon cŇďur nourricier

Quand je serai remuante comme un ventre de femme
Que l'amour d'un enfant à neuf mois tenaillé
C'est bien le Diable si mes entrailles
Ne s'auréolent pas d'un miracle de blé

Je n'ai pas cet orgueil de croire que mon √Ęme
Doit forcément passer dans la fleur du froment
Je puis laisser mes os tra√ģner au raz du sol
Afin qu'un chien galeux vienne s'y blanchir les dents


3. PENS√ČE

Les enfants rêvent près des hommes
La nuit quand l'horloge arrêtée
Met un disque de lune atroce
Sous les pavillons du laurier

On entend les chiens qui tra√ģnent
Les pianos dans le hangar
Un train roule c'est peut-être
Que le monde est en retard

Qu'on a retrouvé la trace
Que là-bas dans une case avec le navigateur

On l'a marie elle est blanche
Comme le carreau de l'évier
Cependant les vieilles planches
Dans la nuit dans le grenier

Crient trop fort l'enfant s'éveille
Il a peur on n'entend plus
Qu'un oiseau qui vole en rêve
Dans un ciel o√Ļ il a plu


4. TRISTESSE

La joie qui brille dans mes yeux
Comme un bouquet de fleurs mouillées
Serait-elle faite de chagrin ?
Trop ancien pour être oublié

A chaque plus tendre caresse
Quand tu m'avives de tes mains
Pourquoi me sembles-tu soudain
Tout environné de tristesse ?

A chaque plus tendre caresse
Quand tu m'avives de tes mains
Pourquoi me sembles-tu soudain
Tout environné de tristesse ?

Suis-je moins pure d'être femme ?
Et te veux tu ange déchu
Pour avoir parcouru pieds nus
La tristesse √©tendue de mon √Ęme ?


5. SACRIL√ąGE

D'un rite sacramental Satan s'est réveillé
Car ses anges rebelles l'avaient appelé

Il voulait lui offrir le plus beau des sacrifices
La belle et sainte vierge en était la victime
Satan doucement s'est approché.

Et d'un sourire sardonique, la séduisait
Et de son esprit sauvage, la pénétrait

Il lui donna un fulgureux baiser
Dans une effusion de sang
Le sablier du temps s'est envolé

Et la belle et sainte et vierge disparue
Pour avoir accepté son baiser
Sacrilège


6. LASSITUDE

Sous le soleil et sous les pierres
Sous la main qui tremble et se tait
L'est la mort qui roucoule
Le silence de craie

A peine si tu vis
Que déjà tu t'égares

Parmi l'ombre
Le gel et les racines nues
Rien ne peut t'arrêter
Dans ta marche profonde

Pas même cette femme
Un instant dévêtue
Tu portes loin de toi
Ton poids de terre et d'eau


7. FUNESTE ET HIVERNAL

A la frontière des ténèbres
L√† o√Ļ l'aube n'est que le cr√©puscule
Loin de tout fracas humain
Proche des fjords gelés
Miroirs des rares lueurs

J'admire le froid soleil
En continuelle perdition

Aux abords de cette ge√īle
Givrée, illimitée

L√† o√Ļ les crevasses et les ronces
Sont ensevelies
D'une majestueuse nappe blanche


8. TERRE DE BRUME

En ces lieux chargés d'étranges mystères
En ces temps lointains
O√Ļ s'affrontent calme et temp√™tes
La quête de la pureté oubliée
Est belle et bien commencée
Et semble ici illimitée

Sur cette terre de brume
O√Ļ les Celtes r√®gnent en ma√ģtre
Hissant vers les cieux
Leurs dolmens immortels

lyrics added by Apophis2036 - Modify this lyrics

Spirit of Metal Webzine ¬© 2003-2014 ‚ÄėMade by Metal‚Äô Contact - Links
Follow us :