Vars Attacks V, Vars Attacks

Très modeste festival, le Vars Attacks traverse pour autant sans trop de difficulté le temps et se trouve toujours là, debout. Il en est aujourd’hui rendu à sa cinquième édition, figure en événement metal majeur en Poitou-Charentes. Et la première affiche laissait même entrevoir une certaine montée en puissance. On attendait “Trepanator”, “Artery”, “Denonciator” et “Teleperion” privilégiant les futurs espoirs du metal français dans un menu aussi écleptique que l’édition précédente. Cependant, patatra, le destin s’en est mêlé et trois des groupes figurants sur les quatre se désistent, ne laissant plus qu’”Artery”de l’affiche d’origine. Cette affiche se refond en catastrophe et inclus cette fois le groupe de punk rock “Wach”, les joyeux franchouillards de “Deathtostérone” et les limougeots de “Syrinx”. A première vue, ça claque moins et on maudit cette foutue déveine. Pourtant, les groupes vont s’avérer à la hauteur des premières attentes perçues pour cette fameuse édition.

 

. WACH

Du punk rock local et inconnu en ouverture, c’est presque une obligation pour les petits festivals et on craint souvent le pire. Le groupe qui sert juste à chauffer, et qui refroidit les ardeurs le plus souvent. ça a beau servir de chauffe, mais contrairement à ce que l’on ait pu craindre, le trio “Wach” a envoyé du bois. De plus leur punk rock, bien brut et même techniquement bien bâti, était parfois teinté d’éléments stoner, voire d’une influence “Motörhead”. On a eu confirmation de cette diversité musicale dans leurs reprises de “Good Head” de “Turbonegro” et de “Buvez du Cul” de “Lofofora”. Ce concert a été emblématique de ce que l’on allait voir et écouter durant cette soirée, avec des “petites formations” qui surprennent.

Set-List:

1. Machine Gun Blues / 2. Hell Dust / 3. Is It / 4. Perry Boy / 5. My Stuff / 6. Rollover DJ / 7. Eazy / 8. Glutonny / 9. Obscene / 10. Trouble / 11. Are You Gonna Be My Girl / 12. Cocksucher / 13. They Say / 14. Good Head (Turbonegro Cover) / 15. MST / 16. Other Side Pussies / 17. Buvez du Cul (Lofofora Cover)



Deathtostérone

le Samedi 30 Septembre 2017

J’entends encore les railleries à propos de cette formation originaire de Pontoise. Ouais! ça fait de la route entre Pontoise et Vars. Et le duo, parce qu’il ne sont que deux, font dans la franchouillardise parodique. Ils se la jouent à la “Inquisition”, avec un batteur et un chanteur/guitariste. ça dure depuis au moins trois albums, et on parle pourtant aussi peu d’eux. Injustice ou mauvais goût trop prononcé? C’est au public du Vars de trancher cette fois-ci. Mais, ma foi, il faut reconnaître que malgré les balances inaugurant le pire on a obtenu quelque chose de tout à fait potable et guignolesque. Peut-être pour eux seulement il aurait fallu un public plus nombreux pour l’animation, car les textes saugrenus et les chansons grivoises défilaient en ordre de bataille tel un défilé du 14 Juillet, à la gloire des chevaux, des femmes et de ceux qui les montent, à la gloire de notre Gargantua pluri-national Gérard Depardieu, des vieux et des enfants, ces personnes fragiles et influençables par les personnages de fiction tels Homer Simpson, Jean-Luc Lahaye et Emmanuel Macron. Je m’égare… Dommage qu’on ait pas eu droit à leur mascotte à tête de coq.

Set-List:
1. Adhère à FHR / 2. Marseillaise / 3. Eurovision / 4. Putes Moldaves / 5. Serge / 6. Gégé / 7. Saoul / 8. Mineure-Mature / 9. Catins de l’enfer / 10. Fachos Travelots / 11. Si j’avais une Kalach / 12. Vallée de Motmorency / 13. Aout / 14. C’est Normal en Festival / 15. Poésie (Les Inconnus Cover)

Artery (FRA)

le Samedi 30 Septembre 2017

Son nouvel album “Dreamland” et ses nouveaux morceaux digérés, “Artery” est de nouveau présent à domicile avec un set-list légèrement modifié par rapport à la dernière fois où je les ai vu. Et ce fut une grande réussite. Étrangement, certains badauds de la salle ne connaissaient pas encore le groupe alors qu’il était pourtant de chez eux, et même si on peut dire un des meilleurs représentants du metal charentais à l’heure actuelle. “Artery” aura marqué, produisant un thrash metal assez technique et virevoltant. Cela en grande partie grâce aux nouveaux morceaux plus élaborés et à la pêche des morceaux plus anciens conservés. Cependant, le groupe perd un peu de sa convivialité, mais gagne paradoxalement au change en niveau. Ce qui satisfait amplement la petite foule présente.

Set-List:
1. Eternal Sanctuary / 2. Iced Earth / 3. Fed Up /4. Viking / 5. Lost in Darkness / 6. Nameless Fear / 7. War Letter / 8. Condolences / 9. Artery

Syrinx (FRA-2)

le Samedi 30 Septembre 2017

On passe à un style plus extrême sur le papier, pourtant moins agressif en réalité qu’”Artery”, et devant un public qui s’est clairsemé mais qui demeure toujours là. J’avais pu justement croiser les limougeots de “Syrinx” lors d’une précédente venue à Angoulême, aux côtés de ce même “Artery”. Le début du show produit par le trio s’avère un peu fastidieux. Les deux premiers morceaux font preuve d’une certaine latence et monotonie, mais la sauce finit malgré tout par prendre par la suite avec quelques envolées techniques. Leur death progressif reptilien et froid finit par prendre chair et se développe en des formes plus gracieuses. Cependant, il reste malgré tout un petit quelque chose pour en faire une musique véritablement percutante en live et passer une division au dessus. Bien qu’assez inédite et personnelle dans le fond, l’approche mériterait de la profondeur et de la puissance, surtout en ce qui concerne la voix. Un résumé un concert très potable, mais on perçoit chez Syrinx un potentiel encore mal exprimé.


1 Commentaire

1 J'aime

Partager
LostPhoenix - 21 Octobre 2017:

J'adore ton texte à propos de Deathtostérone. Du coup, je serais curieux de les voir. Merci pour ces quelques lignes.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire