PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Envoyer ce Live-report à vos amis

Surrender To Death Fest, Vol.1, Le Medley de Clermont-Ferrand - enthwane

Ritualization

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

Avant de démarrer, je me dois de préciser que le concert se déroulait à La Maison de l'Oradou, et non dans cette salle "Le Medley" que je ne connais pas. Le site refusait de me laisser poster mon live-report si je ne remplissais pas obligatoirement le champ du lieu, et c'était le seul disponible.

Inutile de préciser que j'attendais cette date de pied ferme. En effet,
Clermont-Ferrand à beau être répertoriée comme la "capitale française du
rock'n'roll", elle n'est pas celle de la musique extrême. Enfin,
j'exagère : l'amateur de Death Metal, de Hardcore et autres styles plus
ou moins à base de mèches et de breakdowns pourra trouver son bonheur
lors de concerts organisés de plus en plus épisodiquement (la faute à
des décisions en justice assez injustes). En ce qui concerne le Black
Metal ? Peau de balle, mes amis ! Alors imaginez une affiche aussi
extraordinaire, rassemblant BLACKLODGE (légendes françaises du Black
Industriel), TEMPLE OF BAAL (les parisiens bien connus des amateurs de
Black/Death rageur), CHRISTICIDE (des gars de la région férus de Black
Metal), MALHKEBRE (légion de Black Metal orthodoxe à la renommée
grimpante) mais encore ALIEN DEVIANT CIRCUS (autres têtes bien connues
des amateurs de musique bruitiste et indus') soit annoncée dans notre
bonne vieille ville ? Il n'en fallait pas plus pour bloquer ma date.

J'arrive
sur les lieux (très) en avance avec un collègue, camarade amateur de
musique extrême et des groupes cités plus haut. Nous sommes les premiers
à nous pointer devant la salle, un pack de bière et de solides réserves
de tabac pour patienter. L'attente se fait longuette, tandis que nous
apercevons les membres des différents groupes (on reconnaîtra d'un seul
coup d'œil le chanteur d'ALIEN DEVIANT CIRCUS et Saint-Vincent) mais
aussi les organisateurs, en plein dans les préparatifs. Les gens
arrivent doucement, formant une petite foule compacte qui patiente, et
accroche le regard des passants - une marée de blousons noirs, de cuirs
et de patchs, inutile de préciser que ça ne se croise pas tout les
quatre matins. 17h30 et les portes ne s'ouvrent toujours pas... Premier
concert de l'association In Thrash We Burst, on comprendra aisément ce
retard (dû à un problème de son) et on leur pardonnera tout aussi bien.
Le temps de discuter avec quelques personnes et d'en saluer d'autres, de
siffler quelques bières et les portes s'ouvrent sur le coup de 19
heures. Nous rentrons dans la Maison de l'Oradou, qui malgré une
configuration assez casse-gueule (des escaliers en colimaçon pour
arriver à la salle proprement dite, autant vous dire que ça s'est marché
sur les Rangers) s'avérera parfaite pour héberger le show.

Tout le monde n'est pas rentré que RITUALIZATION
attaque d'ores et déjà les hostilités, avec un Death Metal gras,
puissant, une raclure de fond de caveau, fortement influencée par
Incantation à mon goût (le chanteur portait d'ailleurs un maillot du
groupe). Je ne connaissais pas la formation avant ce soir-là, mais ils
se défendront bien dans cette lourde tâche qu'est celle de chauffer la
salle- la fosse est timide et restera timide tout le long du set, oui
oui, la moitié du public vidant des verres et se restaurant. Le
chanteur, un gros black aux épaules basses à qui on n'a pas vraiment
envie de chercher des crosses, possède une voix plutôt bonne, et il
éructe des textes absolument incompréhensibles sur des instrumentations
correctes et des compositions étouffantes. Le son est, pour démarrer,
très bon, même si l'on entendait que très peu la batterie - dommage, car
le mec responsable des fûts savait comment faire chanter sa bête. Un
set carré, court mais réussi, et le groupe débarasse le plancher :
première pause clope en attendant le groupe suivant.

Alien Deviant Circus

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

J'attendais ALIEN DEVIANT CIRCUS
avec l'impatience d'un môme. Sur disque, le groupe sait distiller une
atmosphère très particulière, mélange de foi, de dévotion, le tout
teinté de substances diverses et de voyage dans les méandres de
l'esprit. Rares sur les scènes, les voilà à nouveau, et l'ambiance est
posée : deux têtes de porcs trônent sur les deux colonnes d'amplis qui
encadrent la scène, juste avant que le hurleur ne jette deux pattes dans
la fosse, emplissant la salle d'une légère odeur de pourriture. Le
hurleur, d'ailleurs, parlons-en : adepte du body-art, il se sera perçé
les avants-bras et le front de têtes de seringues avant de monter sur
scène. Premier sample balancé à la fosse qui se presse pour voir à quoi
ressemble la musique du combo, et il les enlève, déclenchant quelques
saignements, avant de rentrer en transe. Le groupe s'avère être très
statique sur scène, mis à part les quelques hochements de tête du
frontman et les diverses animations dans la fosse (notamment les lancers
de têtes de porc qui dégommeront plusieurs têtes et autres appareils
photo). Peu importe, la présence est là, et ce dernier tient la scène à
lui tout seul. Les titres s'enchaînent sur un son très carré, des kicks
qui feront bourdonner les tympans des moins habitués, des samples très
efficaces également, avant de se conclure sur "Jai Kaly Maa", à mon sens
la meilleure composition du groupe, qui emplira les lieux d'une sainte
odeur de dévotion malsaine - parfait pour le groupe suivant. Une
prestation époustouflante, minimaliste et froide, qui a ravi votre
serviteur. ADC quitte la pièce : deuxième pause clope, ainsi qu'un petit
tour au stand de merchandising : Necrocosm à notamment fait le
déplacement, et l'amateur trouvera bon nombre de disques des différents
groupes. Achats modestes pour ma part, et nous remontons dans la salle.

Malhkebre

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

C'est au tour de MALHKEBRE de
prendre possession des lieux. La scène a été dressée comme pour chaque
prestation de la formation : des bougies et de l'encens, emplissant la
salle d'une odeur douceâtre qui nous met dans de bonne dispositions. Le
groupe démarre, et la première chose que le public remarquera, c'est bel
et bien le chanteur, qui en fait des caisses : tout n'est que grimaces,
signes ésotérico-mystico-ridiculo-sataniques, prières à genoux, le tout
couronné par une voix malsaine au possible. Le grand gignolesque qui
pique les yeux et commence à agacer laisse place à des compositions
tortueuses et possédées par l'art noir, de "Fidèles Serviteurs" jusqu'à
"Première Louange". Très bon son, morceaux qui chauffent la salle à
blanc et le pit qui démarre par la même occasion, hurlant en suivant le
groupe des "Hail Satan" qui viennent compléter l'ambiance très noire
déployée par MALHKEBRE; Une prestation qui aurait pu être parfaite d'un
point de vue purement musical si elle n'avait pas été interrompue par un
gros pain au niveau du son de la basse et surtout "gâchée" (terme à
prendre avec des pincettes) par l'attitude parfaitement ridicule du
chanteur - trop de gimmicks tue le gimmick. Ne me faites pas dire ce que
je n'ai pas dit, MALHKEBRE signe un très bon show également, avant de
quitter la scène avec force et fracas (le chanteur fracasse son micro
par terre avant de rejoindre les loges non sans foutre par terre un mec
qui lui barrait la route). Troisième pause clope avant le groupe
suivant.

Christicide

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

CHRISTICIDE, dont les musiciens
sont basés un peu partout (le leader à Langres et l'un des guitaristes
de Clermont-Ferrand, si je ne m'abuse), investit les lieux après une
courte pause. Visages à peine maquillés mais couverts de sang, ils
démarrent un show exceptionnel - la présence d'Ardraos
(multi-instrumentiste au sein de SÜHNOPFER) et de son collier
d'ossements derrière les fûts ne peut que garantir un grand spectacle.
Et c'est le cas. La palme du meilleur son de la soirée revient au
groupe, qui nous gâte avec de grandes compositions, dont le très
percutant "Andematunnum", ainsi que de nouveaux titres, l'un étant
relativement long et plutôt bien construit. Nouveaux titres qui
d'ailleurs sont très bien acceuillis par le public : La fosse se
déchaîne et hurle au Diable - première fois que j'assistais à un concert
du groupe, et il a su me faire bander dur comme fer ! Je salue au
passage le talent certain des musiciens, et en particulier du
chanteur/guitariste Scars, véhiculant une haine sans borne dans sa voix.
Le groupe quitte la salle, salle conquise par la prestation, et c'est
l'heure de prendre un peu d'air frais avec une quatrième pause clope.
J'attends de pied ferme le prochain full-length de cette formation,
après un opus éponyme sorti en 2007.

Temple Of Baal

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

TEMPLE OF BAAL, pour lequel le
public parisien est venu en masse, nous gratifiera d'une prestation
assez exemplaire. Malgré un son qui pêche un peu (on n'entendait que
très peu la batterie, ce qui est fort dommage au vu du talent du
frappeur du groupe, et la voix était étouffée par le son massif des
guitares), les parigots sont en forme et nous le montrent au travers
d'hymnes qui explorent la plupart des pièces de leur discographie. Nous
passerons d'un "Traitors To Mankind" qui verra la fosse se faire la
guerre à un "Hate Is My Name", un putain de brûlot obscur aux riffs
assassins, le tout en passant par "Under the Spell" ou encore
"Angstgeist". Comme à leur habitude, les parisiens ne déçoivent pas les
spectateurs, par un show carré, sans grandes fioritures ni extravagances
(aucun corpse-paint), mais avec une réelle présence et un charisme
écrasant. Un drapeau du PSG sera brandi dans la fosse, once de
chauvinisme qui aurait pu être mal accueillie, mais il n'en est rien.
Une redécouverte pour moi, qui m'a donné envie de me replonger dans les
différents manifestes produits par la formation, et découvrir les pièces
plus obscures. Le groupe quitte la scène, je sors pour la dernière
pause clope avant la claque de la soirée.

Blacklodge

[edit]
le Samedi 15 Octobre 2011

Claque de la soirée, donc, sans grande surprise, qui fût BLACKLODGE.
Le trio français n'a plus a faire ses preuves. En deux albums et un
"split" avec ABIGOR, il a su s'imposer comme une valeur sûre de la scène
Black Metal Industriel de notre beau pays. Tout de noir vêtus,
Saint-Vincent arborant son éternel brassard piqué de six seringues,
t-shirts ésoterico-digitaux: bienvenue dans l'univers de la tête
d'affiche. Qui va nous gâter avec ses plus monstrueuses et tentaculaires
compositions : "PsychoActive SataN" sera bien entendu jouée, et verra
la fosse s'activer comme jamais. Nous serons également gratifié de
l'interlude "Whiten Your Nose For Satan" du premier album, mais aussi de
"Iron Icon" (une pièce démentielle qui ne sera chantée qu'à moitié par
Saint-Vincent, malheureusement), en passant par le "Vector G", morceau
phare de leur dernière réalisation (qui, soit-dit en passant, n'égale à
aucun moment l'excellent "Solarkult"). Un son relativement bon (les
kicks et samples étaient un peu trop amplifiés à mon goût, couvrant les
guitares et les riffs déments), malgré quelques réglages effectués tout
au long du set, qui durera un petit moment. Moment que je n'ai
personnellement pas vu passer, tant le groupe m'avait conquis d'avance.
Inutile de préciser que ce trio infernal dégage une aura toute
particulière, même si on aurait pu penser que rendre l'atmosphère des
disques du combo sur scène serait bien difficile. Au contraire, le live
donne une toute autre dimension aux compositions qui s'enchaîneront sans
aucun répit.

Le fest se termine sur le coup de deux heures du
matin : environ sept heures de concert, autant vous dire qu'on en a eu
pour son argent. J'en ressors lessivé, mais avec une banane digne d'un
héroïnomane qui vient de se faire son fix. La soirée fût excellente,
merci à l'association qui, malgré le stress et les différents problèmes
inhérents à un premier concert (surtout de cette ampleur !), a su
proposer au public une soirée mémorable et inédite à Clermont-Ferrand.
Chapeau bas à l'orga, mais aussi aux groupes, mention spéciale aux shows
d'ALIEN DEVIANT CIRCUS, CHRISTICIDE et bien entendu la tête d'affiche
donc je viens de parler plus haut. Après une dernière bière et une
dernière clope, me voilà reparti à pied pour rejoindre un matelas et
m'écrouler. Les nuits comme celle-ci se font de plus en plus rares, et
c'est bien dommage. C'est pour cette raison que des associations comme
In Thrash We Burst deviennent parallèlement de plus en plus
indispensables.
Bookmark and Share

Commentaires

TECHNOTHERMIDOR ajouté le 10 Juillet 2013 
Merci beaucoup pour ce compte-rendu des différents concerts de cette soirée là. Je l'ai lu car il avait Blacklodge au programme. Je ne suis pas déçu car ce groupe, c'est mon préféré. Merci, j'espère pouvoir les voire à Paris.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :