La Nuit du Tattoo 2017 - Mass Hysteria+Scarlean, Alpilium

Invité pour cette septième édition, nous sommes au rendez-vous à Saint-Rémy de Provence. De grands parkings sont là pour accueillir les passionnés de tatouages et les fans de Metal 100% Français. A l'entrée, la sécurité est bien présente et nous retrouvons un bénévole qui ne nous est pas inconnu. Le bassiste de Scarlean donne la main à son ami guitariste et néanmoins gentil organisateur. Le mersh fait face a l'entrée avec, pour pilier central, la vente des tickets pour les boissons plus qu'abordables. Dans ce hall, trois tatoueurs ont le plaisir de présenter leur travail. Et déjà quelques grésillements attirent notre oreille et notre œil vers une jambe féminine sous le coup de l'aiguille.

Passé un sas de sécurité intermédiaire, la salle de l'Alpilium se révèle : nous entrons dans le royaume de l'encre ténébreuse. Le noir est de rigueur, avec des tantes sombres accueillant près d'une quinzaine de tatoueurs installés tout autour de la salle. Les ombres couvrent les corps des curieux qui errent et ceux des courageux entre les mains de artistes. Le blanc est un fait rare dans cette antre, et les batteries sur la scène ressortent à merveille. Si un fantôme traversait les planches, le spectacle serait lumineux. Au centre trône un bar énorme autour duquel bon nombre de personnes présentent déjà leurs gobelets a l'effigie de Think Live Association. L'association organisatrice de cette nuit du Tattoo dont le président n'est autre qu'un des guitaristes de Scarlean. Et oui, sous les tantes, la peau se couvre d'encre, mais nous, ce soir, nous sommes là pour que notre plume écrive ces quelques lignes au nom du Metal.



Scarlean

le Samedi 02 Septembre 2017

Le nouveau clip du groupe est diffusé pour lancer les hostilités à 20h comme prévu. Sans annonce particulière, et profitant des food truck à l'extérieur, nous l'avons manqué. Mais, pas de panique, le temps que nous rédigions ces quelques lignes, le voilà qui arrive sur la toile.


Sur la partie gauche de la scène, est positionnée, mi-face, mi-côté, la batterie de Sylvain, le chef d'orchestre de la formation. C'est lui qui lancera les samples, et ce « Prélude » comme introduction à ce voyage live qui traversera le premier album des Scarlean : Ghost.
Pour ne pas changer les bonnes habitudes, les autres musiciens gardent également leur place sur scène. Les guitaristes, Michel à droite et Geo sur la gauche donnent déjà le ton sur ce premier titre. La Gibson SG rouge de ce dernier est lancinante à souhait.

Une mélodie qui termine sur des samples de violon et un rythme planant qui baisse doucement. Jay, sur la droite, baigné de lumière légèrement bleutée, s'affiche en noir et blanc bien campé sur ses jambes pour assurer une basse en place. Ce second titre nous fait entrer dans l'univers semi obscure d'un Ghost qui plane sur scène. Les guitaristes, tel deux piliers, affichent leur complicité dans les regards et s'agitent comme des dingues.


Le bleu habille la scène alors qu'Alex, derrière son micro au design épuré, lance « Between the Line ». Une titre qui adoucira un temps l'ambiance pour la rendre plus profonde et intense. Le chanteur commence à entrer dans un rôle qui se lit dans ses gestes, et des attitudes qui nous montre qu'il vit ses textes. Un morceau qui fini sur une puissance accompagnée des stroboscopes. Ce titre fut l'occasion de citer leur premier album et de faire monter l'ambiance avec un Geo qui n'en fini pas de se déchaîner lorsque les riffs font place nette.


Avec « Get Away from Me », le noir envahi le fond de la scène et le Blackdrop projeté disparaît pour laisser les projecteurs blanc exploser au son des riffs tonitruant. Impossible de ne pas penser à la pochette de l'album des Scarlean, mais aussi du dernier opus de Mass Hysteria.
Sur le morceau suivant, plus écrasant, la voix se fait plus grave avant de reprendre le court de l'histoire impénétrable. La chaleur est montée sur scène et Jay lève sa basse haut vers les lumières. Le plaisir de jouer est au delà du discours d'Alex présent dans l'ardeur de nos cinq gars.


Le dialogue diffusé en intro du mystérieux « It Makes me Mad » nous déroute un peu comme les sourires qui apparaissent sur les visages des artistes. Mais le titre suivant restera fidèle à l'original et fera frissonner les chairs et bouger les têtes du public. Nombreux devant cette première partie qui affiche un Metal Alternatif de qualité et un univers puissant.
Lorsqu'arrive le conte suivant, c'est un titre bien plus prenant ce soir que sur l'album qui fait notre bonheur. On se laisse charmer par ce son saccadé et imperturbable qui traverse un chanteur habité dont la voix rempli l'espace. Superbe moment pour un titre déjà remarquable sur l'album. Avant de terminer sur le morceau, sujet de leur premier clip, « Miracles Lovers », nous avons droit à : « Du bruit pour Mass ! »


Encore une fois, un titre qui prend une autre dimension sur scène et illustre bien la force du groupe. Des couplets presque calme et refrain aux riffs acérés. Hormis ce titre phare, cette petite heure de concert a vu dérouler dix des treize titres dans l'ordre précis d'un album aux contours obscurs.
 

Set List : Prélude – Am I This One – Need No Refrain – Between The Line – Gate Away For Me – Under A Boring Rain – It Makes Me Mad – Forsaken By Love – Tales For The Fool – Miracle Lovers

Avant le concert de Mass Hysteria, c'est une démonstration de pole dance qui nous fera patienter. La scène habillée de rose et noir est animée par une beauté tournante et tatouée. Le DJ faisant honneur à feu Chester Bennington avec un titre de Linkin Park allant à merveille à ce moment purement féminin.

A l'extérieur, entre le second bar et la tente des Sea Shepherd, un trio de créatures fantastiques danse au son d'un autre Dj. Le concours de tatouages assez bref, et pour lesquels nous sommes resté un peu trop éloigné pour admirer les oeuvres, sera les prémices du deuxième concert très attendu.

Mass Hysteria

le Samedi 02 Septembre 2017

Presque 22 heures et la foule est déjà accumulées devant la scène. Le bar et la régie son au centre de la salle sont enserrés par les fans impatients. Le Backdrop noir et blanc trône derrière la batterie centrale. La chaleur monte alors que tous les yeux sont tournés vers la scène.
Sur les premières notes de l’intro, Mouss investit la scène et commence avec ces quelques mots : « Bonsoir les tatoués ou pas, nous clôturons l'été, et donnons le dernier concert en deux ans et demi de tournée ! »


Et ça démarre fort avec un « Chiens de la Casse » explosif et déjà la fosse saute. Puis la fumée monte avec la révolte des paroles et l'ambiance fracassante. Un petit message pour amener la chanson suivante qui agite encore nos esprits et nos pensées issues de leur dernier album. Un « Vae Soli » qui voit déjà le public accompagner un Mouss revendicateur qui anime et donne le sourire au Metalleux avec quelques mots : « Merci au public de venir aux concerts et de supporter la musique !». Et c’est « Une somme de détails » qui déboule pour continuer à enflammer une assemblée conquise.


Yann, au centre, fait face au public attendant la hargne des furieux amassés devant lui : « Merci de squatter notre mouvement qui a plus de vingt ans et positif à bloc ! » pour annoncer un titre flambant. Le vert des projecteurs agitent les flèches de Mass Hysteria et le premier Slam passe à deux pas. La chaleur dans le cerveau et la fumée clôturent une première partie de concert qui a traversé nos oreilles comme le décollage d’une fusée.
Dédié à ceux qui sont parti trop tôt le titre suivant et les riff qui l’agitent soulèvent la force et l'émotion des hommes et l'amour de la musique puissante. Le fanatisme de ceux qui peuplent la salle nous fait chanter un hymne qui reste.


Salutation personnelle à un fan qui supporte la scène française depuis ses onze ans alors qu'il en a vingt trois ; il est devant la scène positif à bloc. Mouss offre son cœur au public avant que cette attitude fasse pulser les fans presque abasourdis par un titre aussi bref que surprenant. « Merci pour cette sixième édition et un putain de bruit pour cette salle comble ! » Des titres issues d'albums plus anciens que Matière Noire donnent une force extraordinaire à ce live annoncé de deux heures. Puis Mouss choisi, pour le titre suivant, et au risque de bousculer les tatoués, de descendre au milieu d'un Circle Pit saccadé et rythmé : « tournez tournez ! »

C’est alors « qu’une musique du siècle dernier » vient casser les nuques et faire monter la contradiction, et l'émotion soutenu par des spots rougoyants. Le retour de l'espérance et le refus donne à notre matière noire une agitation métallique et les slams qui se succèdent. Alors que le poison des notes pénètrent nos veines, nos yeux et nos oreilles éclatent devant l'énergie d'un batteur qui fait tourner un nouveau Circle Pit d'électrons libres.


Tout est poison arrive alors que « le vieux Mouss » était partit une chanson d'avance sur ce titre contagieux. Le mur du son qui émane de ce morceau fait du bien aux fans d'un groupe aux titres intemporels. Ils nous donnent là un dernier concert de la saison fantastique.
Après cette pseudo pause, et les excuses d’un chanteur éreinté, c'est « Plus que du Metal » qui démarre un petit Circle Pit, avec une foule prête à s'agiter sur un riff qui soutient des refrains à l'audition jouissive. C’est enfin un Wall of Death qui fait honneur à ce titre ou la Furia revient fendre la musique.


Un peu de repos pour un temps de rappel qui sera presque trop court pour remplir nos verres. Mass se donne donc la peine pour un titre à partager avec le public remercié à bloc. Ce deuxième titre du rappel viendra nous remémorer ce concert du 26 février 2016 au Jas’Rod. Date où ce petit fan avait fait le bonheur d’un Mass Hysteria plus que généreux. Aujourd’hui, il refait le tour de la salle porté par une foule en délire. Puis la scène se remplit de filles et d'enfants sur la demande du groupe et la reprise de quelques notes d'un titre de Metallica. C'est alors que tout ce petit monde agite les planches et le dance floor.


Mini furieux et furieuses « rock’n’roll » sur scène avant que tous ces petits et petites forment une chaîne de slams au dessus du public.
Vient alors le moment des remerciements à toute l'équipe, pour ces 102 dates, et tout le monde, avant un dernier morceau nappé de rouge et de fumée. Furia agitera la voix et le corps des furieux venus ce soir en nombre pour soutenir un groupe et une scène Metal française vivante. Mass Hysteria nous aura mis le feu dans le cerveau et on les en remercie.

Set List : Intro – Chiens de la Casse – Vae Soli – Une Somme de Détails – Notre Complot – L'enfer des Dieux – Positif à Bloc – Pulsion – Plus qu'aucune Mer – Failles – P4 – Contradiction – L'espérance et le Refus – Vector Equilibrium – Tout est Poison – Plus que du Metal – DVLP – Knowledge is Power – Respect - Furia
 

Bilan de cette soirée sous le signe du noir et blanc : 17 tatoueurs, 1 200 entrées, Scarlean qui a défendu avec ferveur un Ghost sombre, et une fin de tournée pour Mass Hysteria dont la Matière Noire nous aura enveloppé de Metal.

Crédit Photot : Alan Laureau


1 Commentaire

0 J'aime

Partager
vincysteria - 10 Septembre 2017: Salut Lost. Merci pour ton live report!
Petite anecdote, c'est à moi que Mouss s'est adressé "il y a des gens dans cette salle qui nous suivent depuis plus de 20 ans". J'en ai eu les larmes aux yeux après qu'il m'ai fait parler au micro. Premier concert de MH (et premier concert tout cours) en 2003 à l'oméga live de Toulon, j'avais 9 ans et non 11. Bref c'est pas grave, c'est moi qui me suis planté!
Merci pour ton très bon texte :)!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire