Anthems Of Doom II, La Salle Emeraude

 

Aaaaah ! La salle Emeraude ! Sa forme en « L » qui rend ce lieu bizarre pour une scène de concert, son côté garage, plus idéal pour servir à réparer des tondeuses et des motoculteurs, que pour y garer des voitures. Ce lieu est désormais devenu mythique pour les musiques underground et le metal old school en particulier pour toute la façade Ouest de la France. C’est presque une obligation pour tout groupe de metal orthodoxe venant à passer dans le Poitou. Lassociation Anthems Of Steel a beaucoup participé à cette réputation. Et on peut lui en être reconnaissant. A Shaxul, et toute l’équipe de « Manzer » aussi, venus mettre quotidiennement leur étal presque à chaque festivité en ce lieu. Ce 13 février 2016, l’association y consacre sa seconde édition du « Anthems Of Doom », donc que du doom metal en perspective. L’affiche initiale prévoyait la venue des parisiens de « Northwinds », déjà présents lors de la précédente édition auprès de « The Bottle Doom Lazy Band », « Children Of Doom », « Stangala » et « Stonebirds ». Ne pouvant venir, « Barabbas » les remplace. S’y ajoutera au dernier moment sur l’affiche, les sarthois de « Presumption », revenus d’une tournée en Espagne, faisant de cet événement une édition aussi complète que celle tenue en 2013.



Clouds Of Dementia

le Samedi 13 Fevrier 2016

Après leur passage à Vars, près d’Angoulême, il y a quelques mois, le jeune groupe nantais de doom metal « Clouds Of Dementia » refaisait parler de lui. Pour une toute jeune formation, on est admiratif du niveau affiché. Cela a été plus ostensible ancore lors de cette soirée à Bressuire, qu’à Vars, où on avait relevé quelques petites hésitations. Le groupe semble avoir pris du coffre depuis, et avoir beaucoup puisé chez « Candlemass » et « Pentagram », sans pour autant n’en retenir de ça que les reprises de « Bewitched » et « Forever My Queen », très à-propos et bien exécutées. L’exercice est très loin d’être déplorable. Ce fut véritablement la révélation musicale de la soirée. A ne pas douter. Le chanteur et les guitaristes ont été particulièrement remarqués dans leur prestation. Il n’y aurait véritablement que la stature sur scène qui mériterait un peu d’extravagance, autrement dit l’aspect scénique à fignoler. Le doom metal ne laisse, à priori, pas trop de manœuvre dans la forme. On verra qu’au cours de cette soirée, chaque groupe, et surtout les chanteurs ont eu leur grain de sel pour mettre en magie et en mouvement la musique de leur groupe respectif. « Clouds Of Dementia » serait sur le point de réaliser un album. J’ai hâte d’entendre ça.

Set-List :
1. Welcome / 2. If I Die / 3. All My Prayers / 4. Seventh Seal / Bewitched (Candlemass Cover) / 5. Love Song / 6. Forever Mmy Queen (Pentagram Cover)

 

Stonewitch

le Samedi 13 Fevrier 2016

Il y a eu pas mal de publicité autour de ce nouveau groupe de doom natif d’Angoulême. Peut-être cela est en partie dû à sa composition. On retrouve Serge au micro, longtemps figure de proue d’ « Acarus Sarcopt », nouvellement nommé « Acarus » ; Romain, ex-guitariste de « Manzer », Ayméric, ex-guitariste d’« Acarus Sarcopt » et d’autres musiciens aussi talentueux, mais dont le parcours m’est inconnu. Le photographe que je suis est tout de suite interpellé par Cédric, le batteur, et sa superbe coupe iroquois, donnant un petit substrat punk et funk them all derrière les fûts. M’ayant apparu moins marquant musicalement que le groupe précédent, on est néanmoins captivité par la formule du groupe, puisant davantage ses influences chez « Black Sabbath », donc moins percutant que leurs semblables nantais, mais toutefois gagnant cette fois en subtilité et ayant une expérience plus étendue du jeu de scène. Comme « Clouds Of Dementia », « Stonewitch » reprendra un autre titre phare de « Pentagram », « Sign of the Wolf ». Et comme eux, un premier album est en prévision.

Set-List :
1. Eerie Valley of the Crimson Planet / 2. Wintery Falls / 3. Beyond the Sharp Vine / 4. The Godless / 5. Sign of the Wolf (Pentagram Cover) / 6. Holy Smoke

 

Presumption

le Samedi 13 Fevrier 2016

Voici donc le groupe qui est venu se rajouté au dernier moment à l’affiche. « Presumption » nous vient du Mans et ils ont fait pas mal de kilomètres jusqu’à Bressuire. Pensez que la veille ils étaient en Galice, à Corogne, dans le Finistère espagnol, soit plus d’un millier de kilomètres. En fait, ils étaient tout juste arrivé suite au premier concert. On les devinait rincés par la route. On pouvait donc imaginer que leur show serait laborieux. En ce qui me concerne, j’étais prêt à leur pardonner. Et bien, même si les débuts paraissaient quelques peu engourdis, la majorité de leur concert allait à ravir et ne déméritait absolument pas vis-à-vis des autres prestations de la soirée. « Presumption » se démarquait même par son style stoner doom, incluant même parfois un peu de sludge. Cela se révélait plutôt détonnant et entrainait du mouvement. Les riffs implacables et graisseux s’accompagnaient de grands gestes brusques. La basse de Moomoot, revêtu d’une chasuble lui donnant l’apparence d’un prêtre de malheur, aura véritablement basculé des quatre coins. Un grand bravo également pour eux qui aura purement livré leurs dernières forces pour le public de Bressuire.

 

The Bottle Doom Lazy Band

le Samedi 13 Fevrier 2016

Ouais ! On va dire que j’ai parlé de ce groupe en long et en large. C’est la figure locale du doom poitevin, ect, ect… Cependant, je dois accorder qu’ils m’auront beaucoup botté à leur passage récent au Cluricaume, à Poitiers. Je voulais donc observer si la trajectoire amorcée là-bas serait la même. On disait que le groupe était conforme à l’inconforme, qu’il se pliait à des prestations toutes aussi aléatoires et toutes aussi enivrées. On sait par ailleurs que sans alcool, ça ne leur réussi pas trop. L’arrivée de Pierre, aura cependant apporté un véritable souffle nouveau à cette formation qui commençait à perdre équilibre. Sa guitare, ses effets et son accent stoner auront notablement affermi le dernier ouvrage en date, largement applaudi par critiques et auditeurs. Un encouragement sérieux pour la suite, qui a sans doute donné du baume au cœur pour toute la troupe. Et comme lors de leur passage à Poitiers, « The Bottle Doom Lazy Band » était comme sur un nuage, emblématique dans ses sons et sur son évolution scénique. Bottle Ben et ToS auront particulièrement soigné ce dernier aspect, prenant parfois des poses surréalistes, comme pourront attester mes différentes photos du concert. Les titres s’enchainent, en particulier ceux de leur dernier volume, finissant dans la cohue et une totale confusion sur leur morceau phare « Night of the Living Dead ». Les membres des autres formations sont invités à monter sur scène. ToS passe sa guitare à Marvin de « Presumption ». L’ambiance est délirante, mais flaire bon la camaraderie. On est dans une soirée entre potes.

 

Barabbas (FRA)

le Samedi 13 Fevrier 2016

Le groupe ne compte qu’un EP et un album au compteur, pourtant il a un statut de quasi-star sur scène. Ce statut ne se démérite aucunement quand on découvre leur ouvrage « Messe pour un Chien », délivrant un doom metal on ne peut plus singulier. Une sorte de « Cathedral » impitoyable et chanté en français. J’ai pu découvrir ultérieurement en Saint Rodolphe, le chanteur, un monsieur qui en imposait, par le gabarit mais aussi par sa nature rigolarde et gaillarde. Un vrai grognard de la garde impériale comme on ne fait plus aujourd’hui. Un ami aussi de bon nombre de musiciens présents ce soir-là. De Bottle Ben, qui est venu s’ajouter à l’interview que j’ai tenu pour « Barabbas » juste avant l’entrée en scène de « The Bottle Doom Lazy Band ». Sieur Rodolphe s’est même empressé d’aller me chercher Ronan du groupe « Huata », qui n’était pourtant qu’un simple spectateur. J’étais plutôt embarrassé, ne connaissant ni le groupe, et ne sachant trop quoi lui dire. Tout s’est quand même bien terminé et j’allais ensuite à une heure tardive assister à la véritable prestation du combo francilien « Barabbas ». Et cela, après des balances qui paraissaient interminables. Hormis chez le chanteur, une aura se dégage. Le sentiment d’avoir affaire à une formation de prestige nous taraude d’emblée. On y retrouve Thomas, membre de « Northwinds » (le groupe qui n’avait pas pu venir) à la guitare et aux claviers. Tout aussi impassible que les autres membres, excepté Rodolphe, complètement livrés à leur instrument respectif, concentrés pour donner le meilleur du son. Rodolphe était donc le point de mire des spectateurs, une grande silhouette possédée dont les paroles en français avaient soudain plus de percussion. On assiste comme pour « The Bottle Doom Lazy Band », à une invasion de la scène par les différents membres d’autres groupes pour reprendre à tue-tête « Le Sabbat dans la Cathédrale ». S’en suit d’autres titres redoutables issus de leur album « Messe pour un Chien », jusqu’à ce que l’on découvre un nouveau morceau intitulé « Je Suis Mort », occasion saisie par Rodolphe pour imiter sa propre pendaison. La soirée finie en beauté et dans une invasion de scène générale sur « Quatre Cavaliers ». Titre déchainé où chacun rend ses dernières forces. Conclusion d’un événement que l’on se remémorera avec grand plaisir.

Set-List :
1. Intro / 2. Horizon Golgotha / 3. Barabbas ! / 4. Le Sabbat dans la Cathédrale / 5. La Beauté du Diable / 6. Judas Est une Femme / 7. Je Suis Mort / 8. Quatre Cavaliers


4 Commentaires

0 J'aime

Partager
AlonewithL - 20 Fevrier 2016: Il manque une vidéo de Barabbas. Je fais ça prochainement et je l'ajoute.
AlonewithL - 22 Fevrier 2016: Voila, c'est fait. ^^
LeLoupArctique - 22 Fevrier 2016: Merci pour le texte, et bonne idée d'avoir ajouté des vidéos ;)
AlonewithL - 22 Fevrier 2016: ça donne un rayon de soleil au site. ^^
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire