Septicflesh

Avoir en face de soi un bonhomme comme Christos est toujours un bon moment. Humble, talentueux, sincère ; le musicien est toujours ravi de parler de ses projets et de son art mais il faut avouer que, en comparaison d’il y a trois ans au Hellfest également, ce n’est pas dans le meilleur des états que j’ai rencontré le fabuleux compositeur cette année. Exténué par la chaleur et le voyage, harcelé de toutes parts pour les interviews (enregistré, vidéo, conférence…), c’est un Christos fatigué et diminué qui a répondu aux questions, visiblement pressé de se reposer en vue du concert du soir, le premier de la tournée « officielle » de « Titan » avec des morceaux de ce dernier.
Voici ses quelques mots…

[Par Eternalis]

interview Septicflesh1 – Salut Christos, comment vas-tu ? Il a trois ans, vous jouiez ici à 18h et aujourd’hui, vous êtes le dernier groupe à jouer sur la Altar. En es-tu fier ?
Merci. Ça va même si je suis très fatigué par la chaleur, le voyage et la promotion de l’album (ndlr : il semble littéralement épuisé).

Nous sommes très fiers de jouer tard ce soir au Hellfest. Nous avons beaucoup tourné, avons encore évolué et ce soir sera l’aboutissement de tous ce travail. De plus, ce sera la première fois que nous jouerons des morceaux du nouvel opus « Titan » donc c’est une date qui sera importante pour la tournée et pour les fans.



2 – Parle-moi de « Titan », votre nouvel album ?
Nous avons voulu explorer de nouvelles voies de notre son afin de proposer quelque chose de nouveau, de frais en comparaison de « The Great Mass » et « Communion ». Il y a de nouveaux éléments, des chœurs très novateurs et un côté très sombre dans ce disque. C’est très probablement notre travail le plus abouti et le plus personnel.

3 – Je trouve que « Titan » est plus ethnique et tribal que les précédents, qu’en penses-tu ?
Que veux-tu dire par ethnique ? (ndlr : je lui explique que c’est en relation avec les percussions, l’aspect martial et parfois incantatoire des orchestrations). Ah d’accord, je vois ce que tu veux dire. C’est surtout que nous avons intégré une démarche plus organique, plus vivante et mouvante, c’est surtout pour ça que tu dois ressentir l’album de cette manière.

4 – Les orchestrations sont d’ailleurs encore plus impressionnantes. Je pense à « Dogma » ou « Order of Dracul »…<
interview Septicflesh/font>
Nous avons désormais l’habitude de l’orchestre de Prague et c’est une force. Il y a de nouveaux éléments sur « Dogma » par exemple, ou « Burn ». Tout est très contrôlé en studio, nous savons où nous allons.

5 – Vous avez aussi travaillé avec une chorale sur « Prototype »…
C’était génial. Tout le monde s’est complètement investi et le résultat est fabuleux, très émotionnel. Ce genre de chose ne pourra jamais être remplacé par des sons artificiels ou des claviers. Tout ce qui est sur « Titan » est réel.



6 – Tu m’avais dit pour « The Great Mass » que les compositions naissaient des orchestrations et non des riffs. Est-ce encore le cas ?
Pas nécessairement. Tout dépend du compositeur en fait. Seth (chant/basse) débute l’écriture d’un riff alors que Sotiris et moi-même partons souvent des claviers et des lignes orchestrales. Les morceaux les plus violents sont souvent ceux qui ont débuté par des guitares et les plus expérimentaux sont souvent de mon fait.

7 – On ressent une vraie influence de la musique de film chez Septic Flesh. Es-tu influencé par ce style ?
Evidemment, des compositeurs comme Hans Zimmer, John Williams ou Danny Elfman ont une énorme résonance pour moi, ce sont des artistes prodigieux. Je m’en inspire beaucoup et je trouve très intéressant la façon qu’ils ont de faire fonctionner l’imaginaire grâce à la musique. Je suis aussi un grand admirateur de Stravinski ou Tchaïkovski…

8 – Serais-tu intéressé pour justement écrire une musique de film ?
Oui bien sûr mais ça demande beaucoup de temps et de travail. (ndl
interview Septicfleshr : C’est déjà un peu le cas avec Chaostar). C’est vrai que le processus est globalement le même, bien que je ne sache pas quel genre de films pourraient avoir comme bande son un album de Chaostar (rires).

9 – Qu’en est-il du concept derrière « Titan » ?
Il n’y a pas de concept à proprement parler. Plusieurs thèmes sont évoqués, notamment la chute des religions, les manipulations de masse par les gouvernements, les différentes crises dont est victime l’humanité. Tout est métaphorisé par Seth donc c’est ensuite à chacun d’y voir ce qu’il souhaite et de travailler sur les paroles pour se faire sa propre opinion.

10 – Et le titre « Confessions of a Serial Killer » ? C’est un titre à la connotation rare pour vous…
Ce n’est lié à personne en particulier. C’est la matérialisation des images qui pourraient venir de l’esprit d’un tueur en série. Des images violentes, cruelles mais malheureusement humaines. Ce n’est pas un culte de la violence, mais plutôt sa psychanalyse.

11 – Comment l’album est accueilli pour le moment par la presse et les fans ?
Honnêtement, je crois que ce sont les meilleurs retours que nous ayons jamais eu. Que ce soit la presse, les fans ou les labels, tous pour le moment disent que « Titan » est notre meilleur disque.

12 – Pour finir, ton morceau préféré du dernier disque ?
Je n’en ai pas sur celui-ci. Il y a de bons moments partout, sur « Dogma », sur « Prototype », sur « Prometheus »…les titres sont très différents, les ambiances et les atmosphères en font une entité à part. Il faut l’apprécier dans son ensemble.
r>
interview réalisée par Eternalis

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
LeLoupArctique - 31 Juillet 2014: Merci pour l'interview !

Bon les réponses nous apprennent pas énormément de trucs, mais ce n'est pas de ta faute Eternalis. A mon avis c'est à force d'enchaîner les interviews il doit plus ou moins avoir un truc tout prêt à dire ...

Intéressante ta troisième question aussi ...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

En voir plus