- 665 - Les Hordes Metalliques

Liste des groupes Heavy Metal Tentation - 665 - Les Hordes Metalliques
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Tentation
Nom de l'album - 665 - Les Hordes Metalliques
Type Split
Date de parution 15 Fevrier 2018
Style MusicalHeavy Metal
Membres possèdant cet album9

Tracklist

TENTATION
1.
 Illusion
 04:33
2.
 Juge Sanglant
 04:18
3.
 Souviens-Toi
 05:12
4.
 Les Anges de Balthazar
 04:16
5.
 Shaman
 03:23

Durée totale : 21:42



IRON SLAUGHT
1.
 Knights Arrival
 01:22
2.
 Code of Steel
 06:38
3.
 Bigorra
 06:41
4.
 Screams from the Grave
 03:10

Durée totale : 17:51

Acheter cet album

Tentation

Iron Slaught


Chronique @ AlonewithL

03 Mars 2018

Deux bêtes du diable sont en liberté.

Entendez les cris venus du fin fond des sous-bois. Entendez ces bêtes hurler. Quelle est cette fois leur malheureuse victime. Après les événements du Gévaudan voici tout le versant nord Pyrénéen pétri de terreur. Les habitants fuient où se terrent chez eux. Frissonnez d’une rencontre hors du commun de ce que la nature a forgé de plus féroce dans ces montagnes. La rumeur de cet événement s’est propagé jusqu’à Paris, et même au-delà. A l’origine de ces émois et de ce sinistre, un split album entre deux fers de lance du heavy metal francais, défendant chacun un terroir identitaire des deux bords des Pyrénées. “Tentation” le premier, issu de la paroi orientale s’est déjà vaillamment illustré avec un EP éponyme en 2015, qui a été très remarqué, et d’ailleurs très inspiré par le heavy français des années 80. La formation de l’autre côté, “Iron Slaught”, est plus intriguant encore pour la diversité qu’il propose. Heavy, speed metal, power épique, on a retrouvé tous ces éléments sur leur mini “Crusading Metal Mercenaries” également paru en 2015. Aujourd’hui ces deux natures se croisent, communient et se défient sur le split “665 Les Hordes Metalliques”. La nuit passée vous y découvrirez les malheureuses victimes. Deux bêtes du diable sont en liberté.

Les deux phénomènes ont des correspondances, mais ne partagent pas les mêmes aspirations, ni le même menu. Sur les 9 pistes que compte le split album, “Tentation” privilégie d’un peu plus de durée et d’une piste supplémentaire par rapport à “Iron Slaught”. Commençons donc par présenter la part de “Tentation”. Le morceau “Illusion” fait sensation, à commencer par l’entame rappelant quelque peu le fameux “Thunderstruck” d’”AC-DC”, mais aussi les français de “High Power”. Le tout est relevé ensuite par un heavy speed très énergique marqué par des influences NWOBHM. Le chant de Patrice est malheureusement un peu éclipsé par cette marée de riffs qui en font cependant un titre particulièrement captivant et furieux. Patrice est aussi mis en difficulté sur les couplets de “Souviens Toi”. Titre néanmoins remarquable pour son sens mélodique, pour la multiplicité de ses humeurs, disposant d’une tournure tragique sur l’entame ou au contraire plus positive sur refrain et couplets.

Patrice prend néanmoins sa vengeance en donnant de la voix sur “Shaman”, objet d’un clip vidéo, disposant d’ailleurs d’un heavy metal plus basique avec des riffs salvés et endurcis, mais de très bonne qualité, au point qu’il parvient à devenir aussi excitant et entêtant que le heavy speed d”Illusion”. Nous obtenons toujours un rendu très classique sur “Juge Sanglant”. Morceau que j’ai eu le loisir de découvrir en live il y a quelques temps de cela. Le chant est encore une fois plus à son aise, peut-être parce que les riffs se montrent ici plus étriqués. Il est cependant un titre qui sera à coup sûr proche de l’unanimité, aussi parce qu’il s’agit d’une reprise parfaitement exécutée d’un groupe qui a connu un certain succès auprès des anciennes générations ayant connu de près la scène des années 80. “Tentation” s’attaque aux “Anges de Balthazar”, extrait éminemment érotique qui avait bâti la notoriété de “Ponce Pilate” son auteur. Les catalans parviennent même à sublimer la chose en le dynamisant par un penchant heavy metal encore plus prononcé.

Au tour des 4 titres d’”Iron Slaught” qui va nous révéler une toute autre nature que le heavy traditionnel de “tentation”. On commence à prendre le pouds de la chose avec l’introduction instrumentale “Knight Arrival” qui peut se prétendre à un concentré épique heavy/power excellemment bien produit. L’excellence de la production est en effet particulièrement marquante. Et quand bien même quand “Iron Slaught” s’essaye de manière pertinente à du speed thrash, en reprenant notamment “Screams for the Grave” d’”Abattoir”, un poil plus nerveux et ostensible que l’original, mais perdant un peu de sa nature ténébreuse originale, poussé par le chant strident et le dévalement mélodique à la production lissée au possible. Là où “Iron Slaught” impressionne véritablement c’est par la dextérité et la richesse de son jeu sur les compositions de très hautes volée que sont “Code of Steel” et “Bigorra”. Là nous avons véritablement le cœur du sujet “Iron Slaught”. “Code of Steel” se veut martial, prend la mesure de la cavalcade effrénée. Le chant surjouant la hâte et la nervosité s’inspire directement des années 80. Il a effet d’ajouter encore en entrain et nervosité. Le morceau s’illustre par une longue et heureuse partie instrumentale épique dévoilant davantage des prouesses de la formation. Elle passe encore un cap supérieur à travers l’instrumental consacré à leur région “Bigorra”. Un parcours récréatif inattendu et magistral comme on en écoute que trop peu de nos jours, se révélant dans un mix dense heavy speed/power metal. Très grosse surprise et leçon, donc.

Que peut donner l’alliance de deux prodiges? Que peut donner l’entier versant nord des Pyrénées? Des différences culturelles qui se sont néanmoins attachées au heavy metal des périodes fastes sans pour autant en avoir une interprétation identique. C’est ce qui fait toute le charme de ce valeureux objet ci-présent, avec un réel enthousiasme porté vis à vis d’”Iron Slaught” encore assez incatalogable, qui a su augmenter son niveau depuis son premier forfait. “Tentation” arrive à s’imposer également, mais figurera moins comme une surprise à l’aune de son précédent qui lui avait déjà rapporté en notabilité. Bien que nostalgiques “Tentation” et “Iron Slaught” sont des nouveaux venus qui portent très haut les valeurs du heavy metal, et incarnent dans un certain sens une nouvelle vague de heavy metal francais qui vous tarde de vite découvrir. A moins bien sûr que vous ayez peur de ces fauves lâchés dans la nature.

16/20

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
lole66 - 03 Mars 2018:

Merci pour cette chronique 

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Tentation