The Unforgiving

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Within Temptation
Nom de l'album The Unforgiving
Type Album
Date de parution 28 Mars 2011
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album344

Tracklist

1. Why Not Me 00:34
2. Shot in the Dark 05:02
3. In the Middle of the Night 05:11
4. Faster 04:23
5. Fire and Ice 03:57
6. Iron 05:41
7. Where Is the Edge 03:59
8. Sinéad 04:23
9. Lost 05:14
10. Murder 04:16
11. A Demon’s Fate 05:30
12. Stairway to the Skies 05:32
Bonustrack (Special Edition)
13. I Don't Wanna 05:07
14. Empty Eyes 03:46
15. The Last Dance 04:30
Total playing time 1:07:05

Acheter cet album

Within Temptation


Chronique @ Matai

27 Mars 2011

Bien que varié, The Unforgiving demeure un point d'interrogation dans le monde du Metal symphonique

Quel amateur de symphonique – et même de metal tout court – ne connait pas Within Temptation ? Après un début assez ambitieux, original, riche, et assez proche d’un certain doom/gothic avec « Enter », le combo s’était davantage dirigé vers quelque chose de plus symphonique avec « Mother Earth »...mais leur succès et leur ambition auront eu raison d’eux, résultat avec des opus beaucoup plus faciles d’accès et assez « commerciaux » avec « The Silent Force » et « The Heart of Everything », lui-même revenant malgré tout vers un ensemble plutôt gothique. Après aussi moult EP et albums live dispensables montrant ce fâcheux penchant à commercialiser et non véritablement à créer, Within Temptation se décide enfin à sortir quelque chose sortant de l’ordinaire en cette année 2011...un véritable concept album basé sur une BD créée par Steven O’Connell à la demande du groupe, racontant l’histoire de personnes ayant effectué de mauvais choix dans leur vie, personnes qui se rachèteront en traquant des « méchants » après avoir été engagées par Mother Maiden, une vieille femme aux pouvoirs extraordinaires, leur offrant une seconde chance…

Pour ce « The Unforgiving », Within Temptation reprend donc la direction musicale laissée avec leur dernier single « Utopia » et nous voilà donc avec un album de...pop ! Cela peut paraître étrange mais les six Bataves ont fait en sorte que leur musique colle au concept et donc à la pochette style comic...résultat, une grosse claque, un gros changement, pour du Symphonic Pop Metal des plus particuliers...
Alors pour poser le sujet, l’album commence par un prologue court (un peu plus de trente secondes) où se posent quelques notes de violon, un fond musical, et une narration...oui, une réelle histoire nous sera racontée dans cette œuvre, celle précitée et ce, au travers de ces 12 pistes.

Pour les puristes et grands amateurs de WT, attendez-vous à un choc puisqu’on peine à retrouver la patte de ce combo hollandais, hormis les notes de piano, les orchestrations et les ballades à dormir debout telles que « Fire and Ice » ou « Lost ». Hormis cela, l’ensemble se veut résolument très accessible, et pourrait facilement passer sur nos stations de radio ! Des refrains trop faciles à mémoriser, des riffs simplistes, des mélodies loin d’être véritablement fouillées et ce fond aux claviers parfois « vieillot ». Le pire est que cela reste efficace, mais pas si metal que ça, notamment « Shot in the Dark », « Faster », ou même « Sinead », très dynamiques et énergiques, et toujours avec cet arrangement symphonique. La voix de Sharon a pas mal baissé en intensité et la Demoiselle ne monte pas aussi haut dans les aigus qu’avant. Le chant est plus posé, plus simple, moins « lyrique » que sur les précédents opus et on sent souvent quelques faiblesses notables…

Et puis, il existe pour notre plus grand bonheur, des morceaux plus calibrés metal, et surtout, plus dans l’esprit de Within Temptation. « Iron » par exemple, commence avec des riffs assez accrocheurs et hypnotiques pour un certain côté épique grâce aux très bonnes orchestrations, un refrain dynamique et prenant, et surtout une voix qui grimpe. « In the Middle of the Night » carbure et se dote d’un bon dynamisme, et d’une énergie contagieuse. Idem pour « A Demon’s Fate » à l’intro – je le dis - chiante (avec des Oh-ooooh en prime), mais la suite est plus intéressante, beaucoup plus metal que pop (malgré les arrangements de ce dernier en fond) et les violons aux claviers donnent une certaine profondeur au morceau. Enfin, « Murder » se situe à la croisée du metal et de la pop, tout en étant doté de grandes symphonies et d’un solo de guitare particulier. Et c’est de ce point de vue là que nous pouvons garder un peu d’espoir : les solos sont beaucoup plus nombreux, travaillés et maitrisés.

Les amateurs de WT resteront quand même déçus par cet opus beaucoup trop mielleux, aux paroles assez guimauves, et à cet ensemble pop qui ne semble pas bien aller aux Bataves. Ce « The Unforgiving », bien que varié dans son ensemble et malgré quelques bonnes surprises, reste cette année un gros point d’interrogation dans le domaine du Metal Symphonique...

183 Commentaires

54 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Matai - 04 Janvier 2012: Tu résumes bien, merci ;)
pistache - 04 Janvier 2012: J'ai dû rarement mettre des -1 Seulement aux personnes bornées, où je perderais mon temps à expliquer. ça sert à quoi de mettre des moins 1 si on n'explique pas son désaccord? C'est quoi le but des commentaires ou d'un forum?
ArchEvil - 11 Janvier 2012: Je viens d'écouter Silent Force chez un poteau ( qui m'a d'ailleurs convaincu que je n'aimais décidément pas les Barbies ). Je ne connais pas cet album, toutes mes excuses. Mais si WT ne tient pas de la pape, alors je suis le pop... euh non c'est l'inverse.

Je me suis permis de poster ici car Matai avait mentionné le terme pop metal pour cet album, ce qui me semble très juste, mais aussi pour cette création passée.
pistache - 11 Janvier 2012: Les précedents albums ont des éléments pop oui sauf enter. Pas mal de fans n'osent pas l'avouer, comme dit matai "dès qu'on parle de pop c'est la honte".
Celui ci est encore plus pop surtout au niveau de l'ambiance et le groupe ne le cache pas du tout.
Je ressens les mêmes émotions que lorsque j'écoute de la pop!
Ca peut ennerver certains mais pour moi c'est plus pop que metal.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ Northernshadow

06 Avril 2011

Within Temptation... Un groupe qui a commencé avec un metal gothique des plus purs pour en arriver à du rock symphonique. Oui, j'ai bien dit (écrit en fait) rock, mais j'y reviendrai plus tard car je souhaite commencer par le début.

Within Temptation nous donne un album concept. Un concept qui est plus travaillé que leur musique mais j'y reviendrai plus tard. Comme vous le savez sans doute, les textes ont été écrits en fonction d'une bande dessinée qui a été créée simultanément et qui traite d'une jeune femme qui doit se racheter de ses erreurs passées en tuant des méchants. En fait, la chronique de Matai nous l'explique juste au-dessus, je ne vais pas vous refaire le scénario. Quant à la pochette qui illustre aussi le concept et qui est dessinée par le dessinateur de la BD (quoi de plus logique?), elle est originale, surprenante et colle au concept (encore heureux...) mais pas nécessairement très esthétique.

A présent, le plus important, la musique. L'intro de moins de quarante secondes est peut-être le morceau le plus metal de l'album. Quelques violons et violoncelles jouant une mélodie digne d'un film ou d'un metal plus proche d'Epica accompagné de la voix d'une vieille dame qui semble prier pour le pardon car elle engendre la mort et même si c'est celle des méchants, c'est la mort quand même (du moins, c'est mon interprétation...). Il s'agit de la "Mother Maiden" qui apparaît en vert dans le fond de la pochette. Le fait de dire que l'intro est sans doute le morceau le plus metal de l'album n'est pas nécessairement négatif d'un point de vue général mais c'est vrai que ce n'est pas forcément un point positif non plus sur un site intitulé "Spirit of Metal". Donc, dans l'ensemble, "The Unforgiving" est très varié. Allant de tempos rapides avec "In the Middle of the Night" (entre autres) à des tempos plus pop ("Sinéad") sans oublier les ballades ("Fire and Ice" et "Lost").

Je parlais du fait que cet album est plus proche du rock que du metal. En effet, les tempos sonnent effectivement très rock, les guitares ont un son rock et Within Temptation ne cache pas qu'il se considère comme un groupe de rock. Il ne fait que se rapprocher de ce qu'il veut faire (ce qui, soit dit en passant, doit aussi l'arranger niveau budget...). Malheureusement pour leur auditeurs metaleux, les guitares au son lourd et puissant sont oubliées pour un son plus léger. On pourra par contre noter une plus grande présence de solos sympathiques, bien placés mais pas très techniques à l'exception d'un petit tapping sur "Iron".

Maintenant, venons-en à la voix qui est le plus intéressant dans cet album. La voix de Sharon est tout à fait différente de ce qu'on a l'habitude d'entendre puisque la quasi totalité de l'album est chanté en voix de poitrine tout à fait standard mais parfaitement maîtrisée (quoiqu'un peu faible dans les basses...). Plus de chant aiguë en voix de tête comme on avait pris l'habitude d'entendre sur WT, ce qui enlève un côté un peu niais, ce qui n'est pas plus mal. En effet, cela lui va parfaitement et elle semble le prendre très à cœur.

Un point négatif mais finalement prévisible, la construction des chansons est très simple. Une écoute et l'album est enregistré (une écoute attentive quand même). Le modèle intro, couplet-refrain, couplet-refrain, pont, refrain est celui de toutes les chansons (à peu près).
Point positif, beaucoup moins pompeux et beaucoup plus travaillé que sur "The Silent Force" l'orchestre ne suit plus bêtement la mélodie mais est plus complexe ce qui donne une impression de plus grande maturité. En parlant de l'orchestre, vous aurez peut-être remarqué l'utilisation des cuivres qui donnent un effet très "Nightwish".
Je tiens quand même à laisser une note sur ma plus grosse déception de l'album: "In the Middle of the Night" qui démarre très bien (quoique les oh oh oh au début ont un côté un peu...inutile pour un résultat très moyen) lorsque vient le refrain, très bien aussi, et là, vient ma déception, un gros riff lourd, puissant, metal, qui aurait été parfait pour un break et une construction plus complexe, ne fait que passer, ce qui est en fin de compte représentatif de l'album en général : la simplicité et surtout, ne pas tEnter quelque chose d'un peu recherché. Bon, au moins, ils ont fait un effort en innovant vers quelque chose de plus rock. Malheureusement, encore hésitant.

En conclusion, "The Unforgiving" est plein de bonnes idées qui, malheureusement n'aboutissent à rien de grand, se contentant du minimum. Très varié, de belles mélodies mais portant toujours ce désir de plaire à un plus grand public et donc, de se faire oublier pas les plus exigeants. En trois mots : rock, varié, hésitant.

3 Commentaires

6 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
MarcusWolf - 08 Avril 2011: j'ai lu ton article avec attention .Après celui de matai ,j'ai vu que ta réévaluer a la hausse l'album .Je te remercie puisque le groupe le mérite vu qu'ils ont mis prés de 4 ans pour le concevoir
princeofmetal - 26 Décembre 2011: Merci Northernshadow d'avoir reévaluer cet album.
Elencirya - 03 Août 2012: Je suis d'accord aussi pour une note revue à la hausse, car même si cet album est vraiment déconcertant à la première écoute, faut quand même avouer qu'il passe bien... Et il ne me lasse pas sur la longueur, contrairement au précédent qui était d'une banalité absolue (à quelques rares titres près) et que je n'ai pas réécouté depuis bien longtemps. Alors oui ça donne très pop-rock, mais qui attend vraiment du gros son agressif de la part de Within Temptation?? Ils ont définitivement tourné la page "vrai metal" depuis la sortie de Mother Earth, c'est leur choix après tout, et il me semble quand un groupe reste depuis plus de 10 ans dans un registre musical très "easy listening" et accessible aux non métalleux, faut pas s'étonner de voir sortir des titres de plus en plus inspirés par un style pop-rock...

Pour résumer, je pense que je serais bien plus stupéfaite de les voir sortir un album de black metal^^

Le seul truc qui me gène dans cet album, en fait, c'est la voix de Sharon... Et c'est là où je ne suis pas d'accord avec le chroniqueur. Parce que j'aimais bien sa petite voix aigüe, moi... Et justement, en voix de tête, elle ne forçait pas, alors que là, aïe les cordes vocales!!
Sur "The Unforgiving", Sharon ne chante presque qu'en voix de poitrine, pour se donner plus de puissance. Le problème, c'est qu'elle ne veut pas renoncer à des notes un peu trop aigües pour ce registre vocal : du coup, elle crie... Ca s'entend nettement qu'elle force sur sa voix, notamment sur les refrains de "Middle of the Night", "Iron"... Et quand on crie au lieu de chanter, non seulement c'est très mauvais pour les cordes vocales (demandez-vous pourquoi céline Dion a été opérée 2 fois!), mais en plus ça amène très souvent à chanter faux (suivez mon regard vers les lives d'Amy Lee et Anette Olzon...).
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ RunCold

24 Fevrier 2012

Un album qui marque le renouveau du metal symphonique, tout simplement (!!)

Je suis loin d’être le premier à donner mon avis sur cet album, et mes arguments ont sans doute déjà été entendus, mais cette chronique me tient vraiment à cœur...

Within Temptation, le petit groupe Goth fondé en 96’ aux Pays-Bas, une carrière au début à couvert et qui, au fur et à mesure de sa reconversion dans un genre plus « Soft », plus « Rock », a acquis une renommée internationale...
Ce dernier album, The Unforgiving, est dans la continuité de l’évolution du groupe, mais ce dernier a cette fois fait un pas de géant... Exit la mélancolie d’autrefois, le petit côté fleur bleue... Désormais, Within fait du son direct, efficace, plus Pop mais toujours aussi symphonique, les guitares marquent leur grand retour, elles qui s’étaient montrées assez silencieuses dès le deuxième album ; le groupe a cette fois su faire la part entre lui et l’orchestre...

S'étendant sur 12 pistes (15 dans la version bonus) dans un univers comico-lichtensteinien, fortement marqué par la culture pop mais tout en restant étonnamment « Dark », The Unforgiving n’est pas seulement un album, c’est tout un concept. Un concept autour d’une mystérieuse vieille femme qui peut rendre la vie aux gens pour qu’ils sauvent l’humanité... Comme je l’ai dit, très « comics » dans l’esprit. Le concept se décline aussi dans une bande-dessinée, donc quelques volumes sont déjà parus en plusieurs langues dont le français (!!), mais aussi sous la forme de court-métrages de bonne facture qui font aussi office de clips et qui racontent l’histoire de The Unforgiving.

Dans un registre plus musical maintenant : la voix de Sharon se développe dans un registre beaucoup plus rock et hargneux, une très bonne surprise à l’écoute... Les instruments comme je l’ai déjà dit, envoie bien, très bien même... Mais qu’on se rassure : les ballades si caractéristiques du groupes sont toujours là, et toujours aussi nombreuses, de bonne qualité dans l’ensemble ; seule « Fire and Ice » est trop surannée et édulcorée. Le seul véritable point noir de l’album en fait.

En exceptant l’intro, qui, en dehors du concept ne présente pas vraiment d’utilité, les meilleurs morceaux à retenir sont "In the Middle of the Night", un gros morceau qui conserve un esprit assez « Metal » dans l’ensemble ; "Sinéad", un morceaux plus pop mais très accrocheur, grâce à son refrain notamment ; "A Demon’s Fate", qui, avec ses oOoohhooh en intro nous rappellent une certaine Lady Gaga dans ses heures sombres... Mis à part ce détail, un morceau très puissant et rythmé, moins axé sur les parties symphoniques ; et enfin je retiendrai la ballade « Stairway to the Skies », qui marque une superbe fermeture lyrique et rythmée pour ce fantastique album, qui est la perle actuelle du metal symphonique, un genre déclinant sans productions réellement originales.

Les détracteurs pourront dire que « c’est commercial » et que « ça n’a aucune ambition artistique », mais comme l’a dit Warhol « Être bon en affaires, c’est la forme d’art la plus fascinante » . 16/20 avec un petit bonus pour l’originalité...

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
ARNOBITUARY - 09 Août 2012: >>Un album qui marque le renouveau du metal symphonique, tout simplement (!!)

euh...

>>J'ai écouté ce "fameux" "The Unforgiving" et rien qu'en lisant ce que j'ai cité au dessus je n'ai mm pas envie de lire le reste de ta Chro..
N'y vois rien de provocateur dans ce que je dis mais..peut-on encore parler de metal symphonique..?Je ré-essayerai de l'écouter un peu plus tard pour avoir un avis plus..objectif mais en tout cas ,la 1ère écoute m'a fait mal au cœur..(Je précise que c'est un de mes groupes pref.)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ grindeath

09 Avril 2011

Ce nouveau concept album de Within Temptation, sorti le 25 mars 2011, peut en dérouter plus d'un à la première écoute, car ils nous ont tellement habitués à un metal symphonique de haute facture que cet album tranche assez franchement dans leur discographie.

Tiré du comics de Steven O'Connell, dont l'histoire relate grosso modo la vengeance (après avoir été ressuscité par une vieille dame aux étranges pouvoirs) de personnes ayant été tuées injustement.
Au niveau de l'écoute de cet album, je dois dire que le côté purement metal est laissé de côté au profit d'un son beaucoup plus rock, ce qui ne manque pas, malgré tout, de punch. La voix de Sharon étant beaucoup plus posée montre une maîtrise de son organe sans fioritures.
Certains se seront certainement demandés pourquoi dans les clips « inclus en version collector » nous ne voyons pas le visage du batteur, la raison en est simple : au moment de tourner les clips il n'avait pas l'autorisation de dévoiler le nom de ce dernier. Mais Mike Coolen, leur nouveau batteur, assure avec brio la relève de son prédécesseur.

Bref, un album qui sort un peu de l'ordinaire mais néanmoins accessible, voire « commercial », bien que ce mot dans la bouche d'un métalleux a une connotation négative, ce n'est pas le cas ici, car ce groupe évolue en explorant d'autres facettes musicales, sans pour autant chercher à devenir à tout prix commercial. Ayant réalisé leur rêve, à savoir de jouer sur scène avec un orchestre symphonique, ils pensaient peut-être avoir fait le tour de leur facette metal symphonique et avaient certainement la crainte de tourner en rond et de commencer à se répéter. L'avenir nous dira s'ils ont fait un bon choix.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Akeor

06 Avril 2011

concept-album réussi

J'ai écouté l'album et regardé les vidéos. Pour le moment je n'ai aucune critique à faire mais par rapport à vous...ouh la la ! Un concept-album c'est prendre un autre virage à 180 degrés. Donc, que vous soyez déçus, c'est normal, car ce n'est pas du metal. Par contre, c'est plus rock que pop. Les enchaînements sont assez élevés, on sent que Robert Westerholt s'éclate à la guitare, que les autres musiciens s'en donnent à coeur-joie, et pour moi c'est un album assez réussi dans l'ensemble malgré que je ne sois pas un fan absolu. La voix de Sharon Den Adel ne peut pas être la même que sur les précédents albums car ce n'est pas nécessaire cette fois-ci. Ils ont mis beaucoup de temps à le sortir car Sharon et Robert ne travaillent pas ensemble.

La note que je mets sur cet album n'est pas 9/20 ni 10/20, mais 17/20. Pour les mélodies, pour la nouvelle façon de chanter de Sharon, pour les portes qui s'ouvrent enfin à eux et qui étaient fermées. Bref, chapeau pour cette réussite ! Je suis très content de la partie musicale car les instruments sont mis plus en avant que le synthé, qui prenait souvent part au reste avant. Le seul hic c'est qu'il n'y a pas la voix de Robert ; ça aurait été un peu plus rock-metal. Voilà pourquoi je mets "seulement" 17/20.

En plus, le groupe ne se fiche pas de leurs fans car ils offrent une écharpe, un coffret CD + DVD + poster avec au dos la liste des fans sur facebook, et sur certaines éditions collector il y a même la première partie de la BD.

Il faut vous dire que les vidéos sont excellentes, elles racontent une histoire triste qu'il faut bien comprendre et suivre du début à la fin avant de juger.

6 Commentaires

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

thefastandgrind - 20 Avril 2011: Pour ma part, je le trouve cultissime surtout le morceau 8 sinead ou le refrain résonne dans ma tête depuis 2 semaines. D'accord c'est pas du symphonique mais on s'en fou...j'ai adoré dès la première écoute..
cilou013 - 20 Avril 2011: Je suis d'accord j'aime beaucoup celle la!!! Mais niveau refrain qui reste dans la tête c'est "faster" ca fait au moins un mois que je l'ai dans la tête!
thefastandgrind - 20 Avril 2011: tout a fait cilou013 faster est très bien mais elle sont toutes bien et c'est ça qui est excellent...Show in the dark ;)
lisatb - 09 Juin 2011: J'aime bien cet album, et j'ai hâte d'aller les voir au zénith de Nantes au mois d'Octobre !!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Within Temptation


Autres albums populaires en Metal Symphonique