The Q-Music Sessions

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Within Temptation
Nom de l'album The Q-Music Sessions
Type Album
Date de parution 19 Avril 2013
Style MusicalMetal Symphonique
Membres possèdant cet album40

Tracklist

1. Grenade (Bruno Mars Cover) 03:46
2. Titanium (David Guetta Cover) 03:58
3. Let Her Go (Passenger Cover) 03:43
4. Summertime Sadness (Lana Del Rey Cover) 04:07
5. Radioactive (Imagine Dragons Cover) 03:14
6. Crazy (Gnarls Barkley Cover) 03:32
7. Dirty Dancer (Enrique Iglesias Cover) 04:15
8. Don't You Worry Child (Swedish House Mafia Cover) 03:36
9. Behind Blue Eyes (The Who Cover) 04:20
10. The Power of Love (Frankie Goes To Hollywood Cover) 04:01
11. Apologize (One Republic Cover) 03:25
Total playing time 41:57

Acheter cet album

Within Temptation


Chronique @ ericb4

03 Avril 2014

Une courageuse succession de covers mais sans réel supplément d'âme!

Le célèbre groupe néerlandais de Metal Symphonique, mené tambour battant par la soprano Sharon den Adel, nous propose, cette fois, une succincte succession de Covers de morceaux pour le moins hétéroclites mais très populaires. C'est dire que les influences stylistiques des 11 titres de cet opus sont nombreuses (rock progressif & mélodique, électro-pop, blues-rock, entre autres). De plus, les quatre dernières décennies dans lesquelles ces morceaux se sont originellement et respectivement inscrits dans l'univers du rock, en général, témoignent là encore d'une grande hétérogénéité dans le choix de ces titres.

Précisons qu'il s'agit d'un album particulier en ce qu'il provient d'une idée originale d'y faire figurer quelques reprises appréciées par chaque membre du groupe. Joués en live lors de concerts de fin de semaine sur la scène locale afin d'en mesurer l'impact, et ce, durant les quatre mois précédant l'enregistrement de l'opus, ces morceaux ont fait l'objet d'une sélection rigoureuse. De subtils arrangements ont alors permis de "Métalliser" des titres n'ayant aucun rapport avec le registre propre au groupe. Ils se sont donc réappropriés ces morceaux de manière à leur conférer une seconde identité. Cet exercice a également été l'oeuvre d'autres combos tels que Leaves' Eyes ou Delain, mais seulement sur quelques titres de leurs albums respectifs. Contrairement à ces formations, le combo batave a eu le cran de proposer un album entièrement dédié à leurs artistes préférés du moment. Que recèle alors cette courageuse mise en perspective?

Ce qui s'observe tout d'abord, sans grande surprise d'ailleurs, c'est aussi bien la grande faculté d'adaptation que la qualité quasi irréprochable d'interprétation de la chanteuse, réussissant à imprimer sa touche personnelle sur chacun de ces titres aux registres pourtant bien différents. Par contre, on cherche vainement l'empreinte du groupe lui-même sur le plan instrumental. Les morceaux sont joués avec justesse, certes, mais sans prises de risque particulières, ni coup de génie. Aussi, les lignes mélodiques sont respectées mais apparaissent, de fait, un peu trop "lisses" pour que l'enchantement soit de mise. Difficile, dans ce cas, de faire oublier les versions originales de certains titres de cette compilation.

Des titres emblématiques comme "Grenade" ou "Titanium" sont interprétés avec finesse et sobriété. La voix de Sharon oscille agréablement entre clarté et fêlures, avec quelques délicates variations, sur ces deux titres. Ceux-ci sont bien rythmés, à l'image d'un brassage instrumental plutôt bien inspiré. La présence de chœurs judicieusement placés sur "Grenade" renforce l'impression d'un travail soigné et abouti. Pour "Titanium", si la rythmique est loin d'être absente, seule la prestation vocale de la chanteuse permet réellement à ce titre de se démarquer de la version originale. Une mise en bouche un poil tiède, donc!

Dans "Let Her Go", les variations vocales bien présentes, et un tantinet plus significatives que sur les deux premiers titres, permettent d'apprécier à leur juste mesure d'autres sonorités, à la fois cristallines et éraillées, sur un titre doux et mélodieux. Cette prouesse vocale plutôt réussie ouvre sans mal la porte à l'évasion. La magie opère donc véritablement, d'autant plus que l'accompagnement instrumental séduit par la finesse des arrangements. Cet ensemble harmonieux fait que l'on a sans doute, là, le meilleur titre de l'album.

Le célèbre "Summertime Sadness", popularisé par Lana Del Rey, contraste avec le morceau précédent de par son rythme progressif et une tonalité vocale plus basse, pour ne pas dire plus sombre, que nous offre ici la chanteuse. De plus, les effets d'échos conférés à la voix nous amène à nous trouver alors projetés dans un univers à la fois mystique et caverneux. Ainsi, subtilité et originalité sont au rendez-vous pour l'interprétation d'un titre, au demeurant fort complexe.

Ensuite, les affaires se corsent pour le combo! En effet, les deux titres suivants : "Radioactive" et "Crazy" ne sont pas le meilleur de cet album. Le premier surprend par le vide de sa partie instrumentale, avec un rythme en creux, et la soudaine inconsistance, voire fébrilité, du champ vocal. Selon moi, le groupe aurait eu plus à y gagner à l'enlever qu'à le faire figurer à tout prix dans leur album. Que dire du second titre qui jamais ne décolle vraiment ? Si l'interprétation n'est pas désagréable, celle-ci ne remporte pas non plus l'adhésion, notamment de par la fadeur qu'elle y imprime tout le long. Sans aucune envolée lyrique, ce titre m'est apparu dans l'ensemble un peu trop "plat" pour convaincre.

On reprend enfin espoir tout d'abord avec un "Dirty Dancer" à la rythmique savoureuse et au chant, cette fois, aérien et bien amené. Ce morceau a été retravaillé avec justesse et inspiration, et ça se ressent à chaque mesure délivrée par le groupe. On n'est pas déçu non plus d'un "Don't You Worry Child" où se fait entendre une voix pleine, chaude et aux subtiles variations. Et cela sur fond d'orchestration bien présente, elle-même faisant preuve de pugnacité, notamment dans les refrains, et de nuances, par les cassures observées.

En revanche, la reprise de "The Power Of Love" souffre de certaines imperfections : interprétation timide, rythme au rendez-vous mais sonorités se voulant trop délicatement "métallisées" pour susciter l'adhésion, manque d'harmonisation d'ensemble. Le pari était osé mais n'a pas vraiment payé. On n'oubliera donc malheureusement pas l'original sur cette prestation.

Le bilan est donc mitigé. Certes, les prestations vocales, au demeurant brillantes, de la chanteuse peuvent, sur certains titres, nous faire oublier les versions originales. Mais rien de vraiment novateur dans le schéma orchestral d'ensemble. Où est véritablement l'empreinte Metal du groupe? On aurait souhaité davantage d'inventivité, de surprises, de solos et de brio! Bref, agréable mais sans plus!

10 Commentaires

7 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

ericb4 - 19 Novembre 2014: Les rectifications attendues ont été apportées sur le texte. Plus de traces de compilations donc. Que des covers, cette fois. Quelques explications complémentaires concernant le contexte dans lequel a été produit cet album ont aussi été intégrées. On pourra se laisser tenter par des titres comme "let Her Go" ou "Summertime Sadness", parmi d'autres, pour apprécier les belles modulations de l'illustre interprète! En fait, il faut faire le tri et ne garder que ce qui mérite de figurer dans une cd-thèque rock/metal qui se respecte.
Elvangar - 19 Novembre 2014: Ah bon ? parce que je vois rien de changé ...
ericb4 - 19 Novembre 2014: Effectivement, les modifications pourtant apportées n'apparaissent pas. J'ai dû oublier de sauvegarder, une fois de plus. Là, je viens de vérifier, ça devrait aller mieux. Pour aller vite, j'ai inclus le deuxième paragraphe, évoquant les raisons de ce choix et contextualisant la sortie de cet album.
Elvangar - 19 Novembre 2014: Super merci ;) !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Within Temptation


Autres albums populaires en Metal Symphonique