PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Deathcore Winds Of Plague The Great Stone War
CD, date de parution : 11 Août 2009 - Century Media
Style: Deathcore

NOTE SOM : 15/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
DISC
1. Earth 01:30
2. Forged in Fire (ft. Martin Stewart of Terror) 03:35
3. Soldiers of Doomsday 04:06
4. Approach the Podium 03:40
5. Battle Scars 03:25
6. Chest and Horns (ft. Jamey Jasta of Hatebreed) 04:00
7. Creed of Tyrants 02:45
8. Our Requiem 04:14
9. Classic Struggle (ft. Mitch Lucker of Suicide Silence) 03:20
10. The Great Stone War 04:17
11. Tides of Change 02:25
Bonustrack (Itunes Edition)
12. Halloween (The Misfits Cover) 01:52
DVD (HOT TOPIC EDITION)
- Footage of the making of the album and live performance (from The Atticus Metal Tour 2009).
Total playing time 37:17

modifier l'album  imprimer cet article
108 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €8,69
 €8,75
58 avis 4 16/20
Chronique
16 / 20
    Arachnid, Mardi 18 Août 2009 parlez-en à vos amis  
Le groupe propose une version plus mesurée de leur style (...)

Habile mélange de death mélo, de hardcore et de symphonique, le jeune groupe Winds Of Plague a réussi à s’imposer dans le milieu grâce à une conformité à toute épreuve. Composé de "gueules" du metal américain (le chauve aux grosses lunettes, le costaud, la bombe atomique…), le combo a vite compris comment tirer les ficelles de la réussite. Leur premier album n’avait pas fait parler de lui, le deuxième a littéralement explosé Outre-Atlantique, puis dans le monde entier, grâce à une production signée Daniel Castleman et Tue Madsen et une musique absolument décapante et surtout rafraichissante.

Pour ce troisième opus, les Californiens décident de faire pareil que le précédent album mais de façon plus maîtrisée. Pour cela, on garde la même équipe, aussi bien dans les membres que dans la production, le mastering et même l’artwork, à nouveau signé Pär Olofsson. Un petit changement subsiste néanmoins : le batteur Jeff Tenney est remplacé par le peu connu Art Cruz et les claviers sont cette fois-ci entièrement signés par la sublime Kristen Randall, échappée d’Abigail Williams pour remplacer le très doué mais tout de suite moins sexy Matt Feinman.

Premier constat général avant de détailler l’album dans son intégralité, le groupe a décidé de ne plus en faire des tonnes. Je m’explique : fini les voix doublées (grave/aigue), fini le chant guttural, plus de soli également, on retient moins facilement les morceaux, notamment sur les parties claviers. Les cinq gaillards et leur comparse féminin manqueraient-ils d’inspiration ? Peut-être, peut-être pas… On sent d’ailleurs dès l’intro que la recette sera à peu près la même, cette fois-ci centrée sur une petite histoire contée de façon calme et posée. Le prélude terminé, on attaque dans le vif du sujet avec le monstrueux "Forged In Fire", les riffs thrash/mélo s’entrechoquant sur des saccades lourdes à souhait et la voix toujours aussi puissante de Johnny Plague. Si celle-ci est plus percutante, elle perd en identité à mon goût, sans forcément devenir anodine. La batterie n’est cependant pas très impressionnante, le nouveau batteur étant moins déluré que le jeu de Jeff Tenney, un poil déçu par ce changement donc. Niveau grattes, rien de bien nouveau (peut-on parler de régression ?) : de petites influences Slayer/At The Gates de-ci de-là, quelques touches orientales à nouveau bienvenues, appuyés par un clavier quant à lui plus modéré, arrivant de façon plus progressive et des beatdowns en revanche absolument renversants, comme seuls Winds Of Plague ont la recette.

Le titre "Soldiers of Doomsday" avait déjà été entendu par les internautes aficionados du groupe, une petite déception pour ma part, le morceau ressemblant un peu trop à un titre bonus échappé de Decimate the Weak. Pas mauvais pour autant, c’est avec ce morceau que j’appréhendais la qualité de ce nouvel opus.  Dans tous les cas, avec un son pareil, impossible de passer à côté de chaque instrument et nos Amerloques s’en servent très bien, proposant une nouvelle flopée de riffs destructeurs, rentre-dedans et accrocheurs, mettant moins en avant le clavier, au profit d’une certaine brutalité, condensée dans une durée plus équivoque, plus formatée.

On pourrait dire que le groupe nous sert du réchauffé –c’est vrai– mais le résultat est tellement bien foutu que l’on pardonne aisément. En revanche, très peu de touche hardcore pur et dur dans cet album (comme on pouvait en avoir la preuve sur des morceaux comme "Angels of Debauchery" ou "Reloaded") mais un côté beaucoup plus rentre-dedans, nettement plus expéditif ; en témoignent les fabuleux "Our Requiem", "Chest And Horns" ou encore "Creed Of Tyrants" où le clavier est ici mis de façon omniprésente, donnant tout son charme aux morceaux. L’influence thrash et surtout orientale de l’album est à prendre en considération, car on voit nettement la volonté de Winds Of Plague à se détacher du mouvement dans lequel ils se sont fait connaître pour s’approcher d’un style beaucoup plus personnel. Peut-être pour le prochain album ?

Au final, The Great Stone War est un album rentrant dans la continuité de Decimate the Weak pour mieux s’en détacher doucement, le groupe proposant une version plus mesurée de leur style, peut-être moins accrocheuse mais aussi moins musicalement variée (Decimate the Weak proposait hélas un peu trop d’influences pas toujours bien réparties). Mûrissant convenablement jusqu’au prochain album qui, je l’espère, sera une claque définitive, Winds of Plague réussit néanmoins à nous émoustiller comme il se doit à grands coups de bourrinage loin des sorties estampillées injustement deathcore post-Bring Me The Horizon.

P.S. : à noter la présence de Mitch Lucker de Suicide Silence sur "Classic Struggle", Jamey Jasta de Hatebreed sur "Chest And Horns" et Martin Stewart de Terror sur "Forged In Fire"(on retiendra surtout le chant scandé de Jasta par ailleurs...).




8 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘metal inside you’ Contact - Liens
Follow us :