Decimate the Weak

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Winds Of Plague
Nom de l'album Decimate the Weak
Type Album
Date de parution 05 Fevrier 2008
Labels Century Media
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album150

Tracklist

1. A Cold Day in Hell 01:14
2. Anthems of Apocalypse 05:46
3. The Impaler 03:01
4. Decimate the Weak (ft. Sal Lococo of Sworn Enemy) 03:38
5. Origins and Endings 04:30
6. Angels of Debauchery 04:32
7. Reloaded 02:28
8. Unbreakable 04:16
9. One Body Too Many 03:36
10. Legions 03:49
Total playing time 36:50

Chronique @ blackpsychoz

14 Fevrier 2008
On peut de nos jours observer une certaine recrudescence du metal, en quelque sorte un renouveau du genre musical. Et les jeunes groupes ne sont pas innocents dans cette modernisation stylistique en offrant de nouvelles dimensions et visions musicales afin de se faire une place et surtout de se démarquer de leurs alleux. Mais malheureusement beaucoup échoues à ce périlleux exercice à trop vouloir en faire et ce chercher. Ce qui n’est pas vraiment le cas Winds Of Plague qui nous offre en ce début d’année 2008 une belle pièce et surtout une bien bonne surprise. Jeune groupe Californien formé en 2002 sous le nom de Bleak December, Winds Of Plague c’était fait discret à la sortie de son premier album "A Cold Day in Hell" sous le label Recourse Records. Les américains ont désormais signé chez Century Media, un atout majeur peut on dire pour promouvoir au mieux "Decimate the Weak".

Et le fait que l’album soit signé sous un gros label n’est pas le seul atout. Car niveau production, Winds Of Plague a eu le privilège de bosser avec Daniel Castleman (As I Lay Dying) pour la production et Tue Madsen (Dark Tranquillity, The Haunted) pour le mixage. Alors autant dire que la production est irréprochable. Et le soin apporté à la production était une chose indispensable pour le style de Winds Of Plague que je décrirais comme un deathcore mélodique et symphonique. Avouez que vous n’avez jamais entendu parlé de ça. L’alchimie de ces nuances que tout oppose (du moins c’est que l’on pense) provoque en faite un mélange parfait et savoureusement original.
"Decimate the Weak" reprend 4 titres du précédent album ("A Cold Day in Hell", "Anthems Of Apocalypse", "One Body Too Many", et "Legions"), pour qui – pour quoi? Peut être que le groupe a jugé bon de donner un coup de lifting à quelques uns des meilleures titres de part le peu d’impact qu’a suscité le premier album.
Le ton est donné d’entrée de jeu par l’intro "A Cold Day in Hell", où les vagues symphoniques se font accompagnées par des guitares qui laissent déjà entrevoir leur puissance, avant de lancer sans pause "Anthems Of Apocalypse". Les gars de Winds Of Plague ne s’attarde pas pour nous montrer ce qu’ils savent faire et envoi direct du gros avec une technique implacable qu’ils ne se cachent pas de prouver par un frissonnant solo avant un break d’une impressionnante lourdeur, le tout nappé par des féériques notes de claviers. Une alchimie surprenante comme je le disais, mais qui est loin d’être désagréable, constat d’un mariage maitrisé et traduisant une inspiration sans faille. Et on ne s’ennui pas une seule seconde à l’écoute de ce "Decimate the Weak" dont certains passages révèlent des influences multiples. Il est clair que Winds Of Plague évolue dans un deathcore aux touches mélodiques presque swedish. Les arrangements des claviers peuvent faire penser à du Dimmu Borgir, du Emperor période "Prometheus" ou même plus précisément encore à "The Adversary" l’album solo de Ihsahn ("The Impaler"). Car il y a un côté quelque peu black metal profondément renfloué à l’image du riff ouvrant Legions.
Les breaks ultralourds font varier la vision entre le savoir faire de Gojira du temps de "Terra Incognita" et "The Link" ou d’un Nile qui envoie trois tonnes de fonte comme il peut le faire sur "Sarcophagus". Et en parlant de Nile, on peut aussi parler des influences orientales ressenties sur certains riffs mais en particulier sur le clavier comme en témoigne le titre éponyme ou "Origins And Endings" ouvert par quelques notes aux teintes asiatiques.
Certains effets de guitares supersoniques que l’on peut trouver sur "Angels of Debauchery" et "Unbreakable" ne sont pas s’en rappeler le côté ultra-carré d’un Necrophagist. Le morceau "Unbreakable" dont le riff groovy de clôture me fait penser à du Rage Against The Machine, c'est pour dire que celà va loin! (et je dépasse peutêtre les bornes justement!).
Le chant de Johnny Plague est sans conteste purement guttural, mais sait observer des déclinaisons comme sur "Reloaded", morceau typiquement metalcore absent de tout clavier marquant un important contraste par rapport au reste de l’album mais non dénué d’intérêt.

Avec "Decimate the Weak", Winds Of Plague signe un album qui ravira tout fan de son moderne et agressif. Soignant un équilibre parfait entre metalcore et ambiances symphoniques, les jeunes américains offrent un album varié, innovant et très intéressant, et montrent qu’ils contrôlent parfaitement leur sujet. Sévèrement gonflé d’influence, le résultat n’en est pas moins convaincant grâce à l’exploitation d’un impressionnant potentiel. "Decimate the Weak" est surement l’une des meilleures sorties de ce début d’année en matière de metal moderne au gros son, et sans nul doute une très bonne surprise; pour ma part du moins.



3 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
concho677 - 07 Juillet 2009: Je trouve cette chronique bien foutue, car elle relate parfaitementles sentiments que j'ai eus et ai toujours en écoutant cet album. C'est à la fois groovy, deathcore, mélodique, bourrin, les influences ont été bien digérées, ce qui rend le disque tout à fait cohérent. Une excellente surprise pour moi aussi
Spirit_Of_Deathiny - 16 Octobre 2010: Album génial!!
Tout à fait d'accord avec Maxime, je les ai vus en concert: c'est exactement pareil que devildriver, le chanteur à la voix qui part en live (ohoh le jeu de mot) entre grave et aigu. A part ça, ce groupe est énorme!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ metalpsychokiller

01 Juin 2009
WINDS OF PLAGUE/Decimate the Weak

WINDS OF PLAGUE, vents de peste, est un groupe US de Californie (Upland) formé en 2002 et composé de 6 membres. Ce combo appelé Bleak December jusqu’en avril 2005, possède à son actif un premier album,-A Cold Day in Hell- sorti cette même année et passé quelques peu inaperçu.
Qu’à cela ne tienne ; Winds Of Plague en reprend 4 plages dans son nouvel opus labélisé Century Média. Label important si il en est qui a permis à ce Decimate the Weak d’être enregistré par Daniel Castleman (As i lay dying) et mixé par Tue Madsen (Dark Tranquility, The Haunted…).La production est ainsi énorme, le son colossal ; et si vous avez la curiosité de comparer les 4 morceaux réenregistrés (A Cold Day in Hell, Anthems of apocalypse,One body too many,et Legions) avec ceux d’origine chez Recorse Records, la différence est tout simplement incroyable… Limpidité, puissance, harmonie, tout a été amélioré de façon conséquente et le « gros son » est enfin à la hauteur des compositions.
L’artwork, plutôt sympa et expressif est signé d’un habitué, Par Olofsson (Dominions, Deeds of flesh…).
Autant le dire tout de suite, si vous êtes adeptes du Death métal originel, cet album risque de vous surprendre !!! Winds Of Plague a beau se présenter comme un mix de Death/Black avec des touches symphoniques, un mélange de Nile et Bleeding Through ; il n’empêche qu’à l’écoute…Leur musique tient plus du melting pot, que du panel.
En effet, cet opus est tout en nuances, contrastes, voir cassures et composé de morceaux à tiroirs où l’on passe du brutal au quasi lyrisme. Ainsi sur les speeds Black métal où sur les plages plus calmes, Johnny Plague nous gratifie d’une voix gutturale(le plus souvent), d’un chant aigu (parfois) ou même clair (rarement). L’ensemble est conforté par des bons leads guitares se répondant et des riffs rageurs et intenses.
Mais surtout, les volutes symphoniques des claviers ajoutent un coté malsain et parfois quasi Doom . Car le fil rouge des compos de Winds Of Plague reste sans conteste la ligne organique toujours présente et emphatique. Un jeu de contrastes structurel continu entre les claviers et les guitares qui maintiennent une pression atmosphérique sans ralentir le tempo toujours speed.
Ajouter à cela les racines Hardcore,Deathcore du combo, et des saturations conséquentes ; et vous obtiendrez la recette des compositions de ces californiens. Ce « Decimate the Weak » n’a rien de révolutionnaire, mais a le mérite de nous offrir un Death Metal Sympho plus moderne délivré par un groupe au potentiel très important. A découvrir et à apprécier sans modération.

http://www.myspace.com/windsofplague

METALPSYCHOKILLER

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Winds Of Plague


Autres albums populaires en Deathcore