Tartarus

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WEB (GRC)
Nom de l'album Tartarus
Type Album
Date de parution 10 Novembre 2017
Style MusicalDark Black
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Where Everything Begun
Ecouter02:17
2.
 Tartarus
Ecouter05:24
3.
 Ave Solaris
Ecouter04:34
4.
 Dragona
Ecouter06:01
5.
 I, the Bornless
Ecouter04:30
6.
 Morphine for Saints
Ecouter04:27
7.
 Cosmos in Flames
Ecouter04:41
8.
 Thanatos Part I - Golgotha
Ecouter04:42
9.
 Thanatos Part II - Epitaphios
Ecouter08:36
10.
 Thanatos Part III - Mnemosynon
Ecouter07:22

Durée totale : 52:34

Acheter cet album

WEB (GRC)



Chronique @ Groaw

02 Décembre 2017

Ave Tartarus, Rex angeli !

« Ad impossibilia nemo tenetur » (A l’impossible nul n’est tenu)

L’impossible pour tous allez-vous nous dire ? Rien n’est infaisable, quelque soit dans le monde où l’on se trouve, il suffit de courage, d’entraînement et d’échecs pour tenir la pépite parfaite, celle qui, du jour au lendemain peut faire basculer la vie de n’importe quel humain. Et les exemples sont nombreux : les exploits de vitesse d’Usain Bolt, les sauts de l’Ange de Renaud Lavillenie ou un record de vente d’un album qui propulse ladite formation au sommet.

Un succès qui n’est pas forcément au rendez-vous de tout le monde malheureusement car même si certains musiciens ou musiciennes produisent des morceaux d’excellente facture, ils sont souvent importunés par des complexes ayant déjà taper dans le mille et dont leur qualité n’est plus à remettre en question.

Et c’est avec W.E.B (non, pas le World Wide Web …) que nous allons voir si les plus petits peuvent détrôner les machines de guerres, assombrissant l’excellence et les facultés de ces quelconques générations. Contre toute attente, nous n’avons pas à faire face à ces incalculables quatuor-ricains mais d’un groupe nous venant tout droit de Grèce. Une scène qui s’amplifie et fleurie jour après jour avec un joli peloton de tête regroupant entre autres Septicflesh, Rotting Christ ou encore Nightfall. Tous ces noms n’ont pas été choisi au hasard, loin de là car l’ensemble excelle dans le même domaine à savoir la scène Gothique.

Et c’est aussi le cas de notre quatuor grec avec un Dark Black Gothique assez maîtrisé. Car oui, les coups de pinceaux ont été très nombreux par nos artistes : déjà trois EP et autant d’album. Et c’est donc avec une quatrième pochette se nommant Tartarus que nos musiciens vont tenter de nous entraîner dans leur univers après un For Bidens (le dernier album) très soigné et assez recherché.

Et c’est là que tout à commencé … C’est le nom du premier morceau qui nous fait tout de suite penser à Septicflesh. Une introduction qui nous propose une orchestration assez tragique pour ne pas dire sombre au départ mais prenant un tournant plus combattant, comme une sorte de marche militaire. Mais là où la ressemblance avec SF est flagrante est sur Thanatos Part I – Golgotha où nous avons le chant reconnaissable entre mille de Sotiris et de Seth. Certaines compositions, en revanche, s’apparente beaucoup plus à un Cradle Of Filth, misant sur l’aspect symphonique et les chœurs omniprésents mais avec toujours cette pointe de SF nous faisant revenir dans les années 90. C’est le cas de Tartarus en autre.

D’autres morceaux se montre beaucoup plus agressif et hâtif, puisé dans un Behemoth angoissant et inquiétant. On garde toujours les arrangements et les chœurs qui donnent encore plus de menaçant aux compositions. Ave Solaris en est un parfait exemple. Une seule exception est à noter dans cette ravissante galette : Morphine For Saints qui est sans aucun doute le morceau le plus abouti avec ses côtés trashy et un solo de guitare invraisemblable donnant à cet album une toute autre vision, celle d’un album créatif et déconcertant.

Tartarus fait l’exploit de mélanger poésie et noirceur en proposant un savoureux mélange entre Cradle Of Filth, Septicflesh et Behemoth. Outre sa longueur (53 minutes tout de même) et quelques passages un peu maladroits, W.E.B accouche ici de sa meilleure prestation depuis sa création : l’histoire d’une divinité grecque qui renferme les plus grands criminels afin de les châtier et de les punir pour leurs fautes commises. Ave Tartarus, Rex angeli !

1 Commentaire

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
 
David_Bordg - 05 Décembre 2017:

excellent je ne connais, grace à toi je vais écouter ca!

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de WEB (GRC)


Autres albums populaires en Dark Black