K.F.D. (Kill Fuck Die)

Liste des groupes Heavy Metal WASP K.F.D. (Kill Fuck Die)
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe WASP
Nom de l'album K.F.D. (Kill Fuck Die)
Type Album
Date de parution 1997
Labels Raw Power
Produit par Lawless Blackie
Style MusicalMetal Industriel
Membres possèdant cet album150

Tracklist

1. Kill Fuck Die 04:20
2. Take the Addiction 03:41
3. My Tortured Eyes 04:03
4. Killahead 04:08
5. Kill Your Pretty Face 05:50
6. Fetus 01:23
7. Little Death 04:12
8. U 05:10
9. Wicked Love 04:36
10. The Horror 08:27
Bonustrack (Japanese Version)
11. Tokyo's on Fire
Total playing time 45:50

Chronique @ dark_omens

17 Décembre 2013

Un disque certes atypique mais loin d'être inintéressant...Contrairement à son prédécesseur...

Indiscutablement Still Not Black Enough, précédent effort des Américains de WASP, nous offrait le triste spectacle d’une caricature apparaissant comme un aveu de faiblesse de la part de son compositeur provocateur le plus renommé. Nous laissant, en effet, entrevoir quelques ébats coupables entre un Blackie Lawless, âme créative fondamentale de ce groupe, muet, et entre une facilité discutable consistant à puiser maladroitement une inspiration au cœur de ces immédiats travaux précédents, cet œuvre ne fut rien d’autre qu’un exsangue reflet anecdotique de deux des plus excellents manifestes à la gloire du remarquable esprit inventif de cet homme ( à savoir The Headless Children et The Crimson Idol).

Aussi fade et insipide que fut cet opus, WASP, hideuse entité nuisible mue par les frasques initiatrices de son concepteur, ne pouvait se résoudre à agoniser sans opposer à l’inexorabilité de cette mort artistique, bien trop souvent inéluctable, cette férocité avide du sursaut qui, sans le talent des hommes qui mène ces assauts désespérés, s’avèrent ordinairement vain. Mais depuis toujours ce groupe, et cet homme, se définirent par son aspect irrévérencieux et combatif. Ce nouveau cri primal prit donc la forme d’une nouvelle œuvre, KFD, acronyme utilisé pour Kill, Fuck, Die, qui sortit en 1997.

Si Blackie Lawless ne manque assurément pas de caractère, les nombreuses extravagances d’un passé sulfureux peuvent en témoigner, nul n’aurait pourtant pu augurer de ce que son orgueil, dont il n’est peut-être pas exagéré d’envisager qu’il fut passablement atteint, allait, dans un incroyable sursaut, imaginer ici. Loin de se satisfaire d’une complaisance qui aurait consisté à corriger les erreurs commises sur son précédent plaidoyer en se contentant de reprendre les valeurs sûres de ce Heavy qui fit sa réputation, il va en prendre le contrepied le plus radical en proposant à un auditoire ahuris les affres froides des mécaniques implacables de ces musiques Indus. Et alors que de tout temps le groupe fut instinctif et organique, voici qu’il allait devenir inflexibles et machinal.

Dès lors, la difficulté naît. L’incrédulité d’adepte enthousiasmé par ce que fut autrefois ce groupe, ne peut, en effet, qu’être troublée par un tel bouleversement. Pourtant l’oppressante réalité de ces riffs sombres et torturés, de ces atmosphères synthétiques noires ou encore de ces étouffantes plaintes obsédantes suffisent à ne pas laisser sombrer l’âme de l’auditeur hagard dans la déception. Bien au contraire la voix gémissante exceptionnelle de Blackie sur My Tortured Eyes ou encore les lancinantes allées sombres de Kill your Pretty Face, U ou encore, par exemple, de l’excellent The Horror nous guident au plus profond de ces délicieuses ténèbres.

De plus si l’album nous présente un visage inédit de WASP, il en garde pourtant quelques stigmates originels évidents. Ainsi, agrémentés de ces ambiances particulières, de ces guitares typiquement Indus mais aussi de ces éléments synthétiques défigurant le visage du groupe, certains titres, tels que, par exemple, Kill Fuck Die, ou encore, par exemple, Killahead demeure, indéniablement, marqué par certaines cicatrices d’autrefois.

KFD est donc un album atypique offrant, à un public dubitatif et partagé, le faciès défiguré d’un WASP transformé. Il appartiendra, bien évidemment, à chacun, à la mesure de ses propres envies et attentes, de se faire son avis propre. Au-delà de cette vérité écrite, nul ne pourra rien reprocher à cette démarche artistique intègre et tout simplement fascinante.

4 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Chriscatcher - 17 Décembre 2013: Non vraiment, cet album ne passe pas. Ce n'est pas cette facette de WASP que j'apprécie. Difficile de comprendre le délire de l'artiste. Si touchant sur "The Crimson Idol", Blackie Lawless semble prendre ici plaisir à se faire haïr, brûlant son passé et détruisant tout ce qu'il avait mis tant d'années à construire. La tournée en support de l'album nous offrit le triste spectacle d'une bande de musiciens défoncés et totalement à la dérive.
dimebag77 - 18 Décembre 2013: je trouve cet album tres bon et il est l'un de mes preferer!!
ZazPanzer - 29 Décembre 2013: J'ai été le premier à enfoncer ce disque plus bas que terre à sa sortie, mais avec les années il passe de mieux en mieux. Quant à la tournée je n'y étais pas, mais en tous cas le "Double Live Assassins" est une pure tuerie, et c'est d'ailleurs les titres de KFD joués sur ce live qui m'ont donné envie de réécouter le disque.
samolice - 17 Avril 2015: Merci pour la chro. J'ai rententé ma chance avec ce disque une bonne dizaine d'années après ma dernière écoute mais non, rien à faire, je ne trouve pas grand chose pour me faire plaisir (l'intro de "take the addiction" mise à part). Même le chant de Blackie dont je suis un immense fan depuis ses débuts avec Wasp ne me touche pas ici. Tant pis pour moi :-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ nebxort

04 Décembre 2008
Je vais être direct, j'ai toujours eu un problème avec WASP. Le premier album me plaisait bien mais ensuite je me suis lassé des productions suivantes, même si je reconnais que sur tous les disques de WASP on y trouve de supers chansons.
Lorsque j'ai découvert ce disque datant de 1997, j'avais lu une interview de Blackie qui déclarait que KFD était son disque le plus violent et parsemé de touches indus.....bref je m'attendais à un grand album guignolesque et j'ai découvert une perle....De la première note de la chanson Kill, Fuck, Die à celles de la dernière The Horror, on sent une atmosphère de noirceur, de haine dans les compos, avec des touches indus renforçant la puissance du son, et un Blackie déclamant sa haine (envers son ex-compagne ou girlfriend)....
Le retour de Chris Holmes à guitares passant presque inaperçues devant le côté "compact" des compos, tout est bon dans ce disque, qui malheureusement ne fut pas un succès commercial.... Quel tristesse de voir que dès l'album suivant, Blackie s'essaiera à faire du sous AC-DC sur Helldorado...............

7 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

ZazPanzer - 21 Mai 2010: Faudrait que je réécoute quand je lis ta chro, très intéressante. Je l'ai eu à sa sortie, écouté une fois et balancé tellement j'avais trouvé ça à chier.
Elevator - 21 Août 2011: Je n'aime pas trop "Still Black Enough" mais ce "Kill Fuck Die" n'est pas désagréable. Bon, je peux comprendre qu'il dérange car j'avoue que ce côté sonorité indus m'a repoussé au début !
De toutes manières, mes deux WASP favoris sont de loin "Headless Children" et " The Crimson Idol".
Elevator - 21 Août 2011: "Dominator" semble effectivement avoir la côte parmi les albums récents. Il est sympa, en particulier l'excellent "Mercy" qui ouvre l'album. Bizarrement, moi c'est "Babylon" qui m'a fait le plus d'effet, non pas par son originalité car il n'en a absolument pas, mais j'aime beaucoup le son, la lead guitar et les mélodies ...
ZazPanzer - 14 Novembre 2012: Écoutant du WASP en boucle depuis quelques semaines, j'ai fouillé dans mes cassettes et j'ai eu la surprise de retrouver ce KFD que je pensais avoir effacé direct après sa sortie ! Difficile d'être objectif puisque je suis en mode groupie, mais j'ai effectivement avec le recul trouvé cet opus intéressant de par sa noirceur, et la volonté de proposer quelques chose de nouveau. Il y a un morceau qui rappelle carrément "The End" des Doors ! Je ne le réécouterai pas tous les jours mais je pense que je vais me le racheter à l'occasion. J'ai également réécouté le live de cette tournée "Double Live Assassins" que j'ai en copie cassette également, une bonne tuerie à peine mixée avec un son bien raw, l'énergie qui s'en dégage est énorme.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de WASP


Autres albums populaires en Metal Industriel