PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Cyber Metal Vortech Devoid of Life
Album, date de parution : 07 Avril 2012 - Auto-Production
Style: Cyber Metal

NOTE SOM : 17/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. The Black Rite
2. Neurovirus
3. Shattered Cities
4. Demon in the Circuitry
5. Frozen Machine
6. Lost
7. Unveiling the Future
8. The Apocalypse
9. Grains of Reality
Bonustracks (CD Version)
10. The New Creations (Live in Rovaniemi 2010)
11. The Institution (Live in Rovaniemi 2010)
12. Shattered Cities (Live in Rovaniemi 2010)
13. The Core (Live in Rovaniemi 2010)
14. Evolutionary Project (Live in Raahe 2009)
15. Neurovirus (Lost Control Remix by Vortech)
16. Demon in the Circuitry (Demo)
17. Shattered Cities (Demo)

modifier l'album  imprimer cet article
5 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
4 avis 1 16/20
Chronique
17 / 20
    Matai, Dimanche 11 Novembre 2012 parlez-en à vos amis  
Vortech arrive toujours à créer des compositions de qualité, mélangeant habilement metal extrême et science fiction

Le cyber death a beau ne pas être très exploité, il est cependant un groupe qui se débrouille très bien de ce côté là. Vortech fait partie de ses formations futuristes et bourrines sans concession, optant pour un death metal à la brutalité imparable et aux ambiances prenantes et pessimistes. Pas de pitié avec ce trio d'Espoo, actif depuis maintenant 12 ans.

« Devoid of Life » sort donc en 2012 – et non en 2011 comme on aurait pu l'attendre, ce qui fait une exception, dans la mesure où Vortech nous avait habitués à un album (ou un EP) tous les ans. Le groupe aura eu à faire à un changement de line-up conséquent vu qu'il s'agit du chanteur Matti Särkimäki, laissant sa place à Mikko Nikula après cinq ans de loyaux services. Au niveau de la production, rien ne change : Juha, le maître à pensée, s'occupe des guitares et de la programmation tandis que Ville Miinala se charge des parties batterie.

L'album est dans la continuité de « Posthumanism » et d' « Infocalypse » au niveau du concept, jouissant de superbes paroles basées sur un futur dystopique sur la destruction potentielle de l'humanité par ses propres créations (les adeptes de transhumanisme devrait s'y retrouver). Musicalement, on se retrouve tout autant avec une ambiance immersive adaptée au concept, passages futuristes noirs et sonorités cybernétiques en prime. La différence réside dans le changement de style, les Finlandais ayant ajouté davantage d'éléments black metal dans leur compositions. Le chant de Mikko est plus orienté dans cette optique là et les titres se retrouvent même perturbés, pris dans une aura black et une production crue, sorte de croisement improbable entre Emperor et Fear Factory.

L'ouverture se fait sans perdre de temps avec « The Black Rite » qui montre irrémédiablement la face black metal de Vortech. Riffs death/black tranchants comme des rasoirs, chant black incisif, blast beats infatigables et claviers futuristes, bienvenue dans un monde résolument plus sombre et destructeur. Les Finlandais sont loin d'effectuer dans le pompeux à la Illidiance (période « Damage Theory ») ou dans l'ultra cybernétique à la FutureRealm, ils se rapprocheraient davantage du « Neuthrone » de Crionics croisé au « Destination Cybermind » d'ID:Vision (eux-mêmes largement influencés par Emperor). « Demon in the Circuitry » le montre bien, avec cette brutalité mêlée à des petits sons dignes de bruits robotiques.

Malgré tout ce bourrinage intensif et implacable (« Frozen Machine » montre d'ailleurs tout le talent de Ville au niveau de la batterie, impressionnante dans sa rapidité), Vortech arrive à se renouveler – sans doute grâce aux éléments black – en échappant à la linéarité. Les mélodies – oui il y en a !- sont suffisamment variées pour ne pas perdre l'auditeur en cours de route et la puissance des claviers permet une immersion immédiate dans l'univers aseptisé des Finlandais. N'espérez pas en revenir indemne, vous finirez bien par comprendre que la technologie est néfaste et que le futur est notre ennemi. C'est le cas sur « Unveiling the Future », qui tabasse, tabasse, et tabasse encore, sans oublier les atmosphères et une technique certaine.

Que se passe-t-il à la fin ? On devine rapidement la réponse quand arrivent les titres les plus lents, les plus atmosphériques mais aussi les plus froids et les plus déstabilisant. « The Apocalypse » propose plus d'éléments black qu'autre chose, soutenus par des claviers omniprésents et une voix décharnée enveloppante. Les guitares gardent leur touche saturée à mesure que les choeurs sombrent renforcent l'aspect noir du titre. Un aspect que l'on retrouve aussi sur le glacial « Grains of Reality », Conclusion instrumentale électronique et ambiante. Un régal.

Après sept productions, Vortech arrive toujours à créer des compositions de bonne qualité, mélangeant habilement metal extrême et science fiction. Il peut se targuer de faire partie des meilleures formations du genre, infatigable et imperturbable malgré les années. « Devoid of Life » est donc l'album qu'il faut si vous êtes un grand amateur de cyber death/black metal.

Pour ceux qui auront le privilège d'avoir la copie physique, vous aurez droit à huit titres bonus : des prestations live très réussies mais aussi des instrumentales ainsi que des remixes. Un « cadeau » non négligeable pour ceux désirant voir Vortech sous différentes coutures.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Metal your head !’ Contact - Liens
Follow us :