Stench of the Deceased

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Vile (USA)
Nom de l'album Stench of the Deceased
Type Album
Date de parution 15 Mai 1999
Style MusicalDeath Brutal
Membres possèdant cet album49

Tracklist

1. Abort (the Fetus) 03:58
2. Cradle of Deceit 03:16
3. Surgery 04:13
4. Alive to Suffer 03:49
5. Stench of the Deceased 03:51
6. Terminal Existence 03:55
7. Severed 02:27
8. Persecution 03:40
Total playing time 29:08

Chronique @ Malantis

07 Novembre 2009
Vile se forme en 1996 dans la ville de Concorde en Floride sous l’impulsion du guitariste Colin Davis et du bassiste Matt Faivre. Les deux musiciens recrutent alors le reste du groupe parmi les formations locales. Ainsi le line-up final comprend Juan Urteaga (ex Thanatopsis) au growl, Aaron strong en second guitariste et Mike Hamilton (futur Deeds of Flesh) à la batterie.

Après deux démos, le groupe sort son premier album en auto-prod en 1999 qui passe relativement inaperçu à sa sortie. Face au succès certain rencontré par le groupe en grande partie grâce à ses tournées incessantes avec de grands noms du death US et le bon Depopulate, l’album est réédité par Listenable pour l’Europe en 2002 et agrémenté de 3 titres live et 1 inédit en plus d’un nouvel artwork.

Ce nouvel artwork est l’œuvre d’un certain Sven le growler bien connu du groupe belge Aborted. La pochette représente parfaitement ce qu’il y a dans la galette, du gore et du malsain.

Le groupe pratique un death US puissant et brutal dont l’ombre de Cannibal Corpse et autre Monstrosity est palpable. L’intro d’Abort the fetus donne le ton d’emblée, le gore est bel et bien au rendez vous. Les riffs sont efficaces même si l’ensemble ne brille pas par une extrême technicité mis à part quelques bons solos disséminés ça et là (Persecution). L’album est ponctué de plusieurs samples type bruits de couteaux s’enfonçant dans la chair, arrachages de tripes et autres joyeusetés délimitant bien l’univers du groupe. La production sans être exceptionnelle reste très correcte pour une auto-prod, même si le couple Davis/Urteaga ferra de gros progrès sur les opus suivants.

Malgré ces bons points, le manque d’originalité se fait rapidement sentir. Les growls de Juan Urteaga, bien que de bonne facture, se révèlent au final peu variés et conventionnels. De même la structure des morceaux, enchainant des riffs en palm mute avec un solo de temps en temps, rend l'ensemble assez redondant et ne fait rien ressortir de façon flagrante. Peu de refrains accrocheurs ou de breaks destructeurs, là-dessus le combo n’a pas retenu les leçons de leurs illustres cousins. Pour toutes ces raisons, il faudra de nombreuses écoutes pour apprécier l’album qui comporte quand même de très bons morceaux.

Loin d’être exempt de défauts, cet album constitue néanmoins une bonne première réalisation qui plaira à coups sûr aux amateurs de brutal death US sans concessions et bien gore.

6 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

infestuus - 07 Novembre 2009: c'est pas non plus un groupe que j'écouterai tous les jours , c'est un bon 3ème couteau si on peut dire ! comme dit fabien il y'a et avait de super musiciens dont ceux cités au dessus et jack gibson d'exodus , reno killerich etc ...
Malantis - 07 Novembre 2009: Merci Infestuus

J'ai réalisé dans le foulée la chronique de New Age of Chaos qui est en cours de validation.

Je plussoie Fabien sur les qualités de musicien de Colin Davis mais j'ai de sérieux doutes sur ses qualités de leader, le choix de rester en unique guitariste sur New Age of Chaos est vraiment dommageable à mon sens par exemple.

Pour le présent, je ne sais vraiment pas ce que le départ de Juan Urteaga va donné. L'arrivée des excellent Caspersen et Hrubovcak est intéressant mais pour moi le groupe a surtout besoin d'un leadership moins centré sur Davis.
BEERGRINDER - 11 Novembre 2009: Moi j'aime bien ce disque de Vile, comme les deux autres d'ailleurs, le guttural puissant de Juan Urteaga me convient parfaitement.

Je n'ai pas l'impression que Colin Davis soit Chuck Shuldiner ou Muhammed Suicmez, et malgré tout le respect que j'ai pour lui je ne le vois pas sortir un disque défrayant la chronique.
Il ne faut pas en demander plus à Vile, c'est un groupe moyen et je crois qu'il le restera, c'est sympa à écouter et ça suffit à mon bonheur.
Alfadrr - 19 Novembre 2009: Vile... Une bombe H qui développe à mon sens un Death Metal puissant et efficace, ils ne passent pas par quatre chemins pour envoyer un max de purée et surtout donner envie aux capillaires de se bouger la nouille.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Vile (USA)


Autres albums populaires en Death Brutal