No Child Left Behind

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Viking
Nom de l'album No Child Left Behind
Type Album
Date de parution 04 Mars 2015
Style MusicalThrash Metal
Membres possèdant cet album10

Tracklist

1. 9.02 on Flight 182 05:31
2. By the Brundlefly 03:36
3. Blood Eagle 04:45
4. Debt to Me 04:33
5. An Ideal Opportunity 04:04
6. Eaten by a Bear 05:45
7. Wretched Old Mildred 07:25
8. A Thousand Reasons I Hate You 04:58
9. Helen Behind the Door 06:10
10. Burning from Within 03:59
Total playing time 50:46

Chronique @ LeMoustre

07 Mai 2015

Sometimes To Rise Again

Et une reformation de plus, une ! A ne pas confondre avec un vulgaire groupe de folk/epic metal qui puiserait son patronyme dans l'histoire des hommes du Nord, Viking est un groupe de thrash pur jus. Originaire de Californie, il connut sa petite heure de reconnaissance avec deux albums (Do or Die et Man of Straw), plutôt passés inaperçus à la fin des 80's. Pas dénués de dynamisme et de conviction et pas inoubliables non plus, dans une veine à rapprocher des Dark Angel millésime 1988, Gammacide, Sacrilege BC ou Recipients Of Death, pour situer le courant musical dans cette grande famille du thrashmetal (du très rapide et agressif donc).

Avec dans ses rangs un certain Gene Hoglan (batterie - Death, SYL, Testament, Dark Angel entre autres) qui vient se faire les poignets, en vue du prochain Dark Angel à venir, Viking suscite la curiosité. Toujours mené par Ron Daniel Eriksen au micro et à la guitare, No Child Left Behind propose dix morceaux d'un thrashmetal toujours aussi virulent. Vocalement intéressant, Ron Eriksen oscille entre Katon De La Pena, Tom Araya et (surtout) Ron Rinehart (Hirax, Slayer, Dark Angel) au gré des compositions, amenant ainsi une variété certaine à ce tabassage en règle que sont le Slayerien "Blood Eagle", le Hiraxien "Debt To Me" ou le Dark Angelesque "Eaten By A Bear".

Très touffus, voire étouffants (faute à une production manquant parfois de clarté), les morceaux composés majoritairement par la paire Eriksen/Hoglan présentent un débit vocal dense et rapide, et une batterie qui renvoie, évidemment et avec une certaine délectation pour l'auditeur, à un certain "Leave Scars" des Anges Sombres. Ainsi, l'ombre persistante de Dark Angel plane sur plusieurs moments du disque, comme pour rappeler qu'un certain Mike Gonzalez (basse) officie dans les deux groupes. La section basse/batterie entière qui a officié sur Darkness Descends (1986 - Dark Angel). Pas n'importe qui, donc.

Pas toutes inoubliables, les compositions valent par leur intensité frénétique, le jeu de Hoglan toujours aussi jouissif, ou certains soli de Justin Zych ("An Ideal Opportunity", "Wretched Old Mildred", ou l'introductif "9:02 On Flight 182"). A ce petit jeu, sortent du lot le terrible "Eaten By A Bear" (tiré d'une histoire vraie où Olga Moskalyova, jeune fille de 19 ans fut dévorée en Russie par un plantigrade, un titre qui aurait pu apparaître sur Leave Scars), "Burning From Within" qui ne débande pas dans sa furie thrashisante, ou l'implacable "Helen Behind The Door", meilleur titre du lot, mais mal placé dans le sequencing du disque (avant dernière piste).

Considérant Viking comme un bon groupe de thrashmetal, jamais génial, mais plutôt fiable pour défoncer la barrière espace-temps entre 2015 et 1988, le fan ne sera pas déçu, ni désorienté. De là à être subjugué, il faudra peut-être attendre quelques mois, et préférer l'original (le prochain Dark Angel, si besoin était de répéter) à la copie, Viking étant un peu trop parcimonieux quand il s'agit de développer des riffs marquants dans ce magma de brutalité.




4 Commentaires

7 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
megalex1986 - 07 Mai 2015: Très bonne chro, pour ne pas changer. Relativement du même avis de toi quant au fait que ça ne vaut pas Dark Angel. Par contre, le sentiment "d'étouffement" que je ressentais durant les premières écoutes tend à s'effacer. Des morceaux tels que "A Thousand Reasons I Hate You" ou " Blood Eagle" sont vraiment efficaces. Mais l'album aurait gagné à être raccourci, les 52 minutes peuvent assommer. Bref, un peu plus positif que toi quant à ce skeud, et puis cette section rythmique fait du bien aux cervicales ! Un grand merci pour la chronique.
666WaysToDie - 07 Mai 2015: Bravo Jérôme. Tu as fait, une fois de plus, preuve d'objectivité. Les références apportées sont d'autant plus utiles qu'elles permettent de comprendre la genèse de ce disque. Pour ma part, cet album m'a touchée aux tripes . Malgré le CV des musiciens, je ne m'attendais pas à un tel rouleau compresseur. Si ce n'est qu'un échauffement de la part de la paire rythmique Hoglan/Gonzalez, ça laisse présager un retour aux affaires des plus fracassants pour le légendaire Dark Angel. Wait and...listen
tormentor - 08 Mai 2015: Des l'instant que ça prend aux tripes c'est de la balle même si ça ne apporte rien au style ce qu'on veut dans le thrash c'est que ça défonce sans chichis! Merci pour la chro vieux, ce skeud est sur ma liste! Thrash 'em all!!!
grogwy - 22 Novembre 2016: Lors de sa sortie en 1988, l'album "Do or Die" des californiens de Viking s'est fait littéralement descendre dans la presse spécialisée française.
Tout d'abord dans Hard Rock Magazine par Phil Pestilence, puis dans Hard Force par Hervé "SK" Guégano qui relégua le disque dans sa rubrique "Les Truands".
La raison est que sur ce premier album, le groupe balançait neuf titres aussi rapides que peu inspirés, qu'il avait de surcroît enrobé d'une production plutôt primaire.
Or en 1989, alors qu'avec "Man of Straw" Viking rectifiait le tir en proposant un assez bon disque, aucune chronique ne figurait dans la presse (il faut souligner le fait que cet album était édité, non pas comme le premier chez Metal Blade/ Roadrunner Records, mais chez Metal Blade/Caroline Records, donc en import, ceci expliquant peut-être cela)...
Résultat, ce second disque passa complètement inaperçu malgré ses qualités.
Tout d'abord la production est bien meilleure, Ron Ericksen maîtrise mieux sa voix (qui est plus variée), quant aux morceaux ils sont beaucoup plus structurés.
D'ailleurs, certains comme "they raped the land" sont assez proches (mais en mieux) de ce que proposera Dark Angel sur "Time Does Not Heal" (1991).
Le parallèle avec Dark Angel n'est pas innocent, car le guitariste Brett Ericksen (frère de Ron) rejoindra ce groupe après le split de Viking en 1990, puis composera avec le batteur Gene Hoglan l'intégralité des titres de "Time Does Not Heal".
Rajouté à cela, le timbre de voix de Ron Eriksen très proche de celui de Ron Rinehart.
Ce dernier participe aussi à "Man of Straw", en interprétant "hell is for Children", un morceau de la chanteuse américaine Pat Benatar (quand je vous disais dans mon commentaire du "Refuge Denied" de Sanctuary, qu'à partir de 1988, c'était devenu une mode pour les groupes de Metal d'inclure une reprise sur leur nouvel album !).
Maintenant pour ce qui est de "No Child Left Behind" (2015), le disque qui fait suite à la reformation de Viking en 2011, sur lequel on retrouve de la formation d'origine uniquement le chanteur-guitariste Ron Ericksen, accompagné de la section rythmique de Dark Angel (Mike Gonzalez à la basse et Gene Hoglan à la batterie qui a quasiment co-signé tous les titres avec Ron) et du guitariste Justin Zych, comme le dit Jérôme, il est de très bonne qualité, sans pour autant être transcendant.
Ceci dit, je lui préfère "Man of Straw" qui avait un coté plus spontané et moins "réfléchi", par contre je pense que "No Child Left Behind" est bien meilleur que "Time Does Not Heal".
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Viking


Autres albums populaires en Thrash Metal