The Common Man's Collapse

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Veil Of Maya (USA)
Nom de l'album The Common Man's Collapse
Type Album
Date de parution 01 Avril 2008
Produit par Michael Keene
Enregistré à Keene Machine Studios
Style MusicalDeathcore
Membres possèdant cet album80

Tracklist

1. Wounds 01:03
2. Crawl Back 04:02
3. Mark the Lines 03:57
4. It's Not Safe to Swim Today 02:43
5. Entry Level Exit Wounds 02:51
6. Pillars 02:09
7. We Bow In It's Aura 03:47
8. All Eyes Look Ahead 02:30
9. Sever the Voices 05:05
10. It's Torn Away 05:01
Total playing time 33:08

Chronique @ enthwane

27 Juillet 2009
Je me suis toujours demandé si le nom "Veil of Maya" venait de la célèbre chanson de Cynic. Il s'avère que non, même si l'influence de ce groupe majeur se ressent dans la musique de ce quartet de death métal technique. Veil of Maya donc, ne m'avaient pas franchement emballés avec leur précèdent méfait, "All Things Set Aside" : trop commun et assez répétitif, le tout couronné par un artwork franchement moche. Après l'annonce de la sortie de "The Common Man's Collapse" je le téléchargeai directement depuis iTunes pour voir si, oui ou non, le groupe avait su se reconvertir en quelque chose de plus mature. Et c'est le cas.

Tout d'abord, l'artwork est beaucoup plus dépouillé que leur précédente galette, et assez énigmatique. Il apporte un certain charme macabre, notamment à cause de la présense de cadavres sur quelques photos. Cette pochette n'est pas sans me rappeler le film de Wes Craven, "Last House on the Right". L'atmosphère générale du CD est d'ailleurs aussi étrange et la brutalité aussi ignoble que ce film. Bref, laissons ce bon vieux Wes Craven de côté, et concentrons nous un peu sur la musique de Veil of Maya.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe à mis les petits plats dans les grands, et à su évoluer depuis leur premier essai, qui était il faut l'avouer, assez quelconque. Cette évolution se ressent notamment grâce à la production surpuissante et étonnamment massive, rendue possible avec l'aide de Michael Keene de The Faceless (qui officie également comme chasseur de têtes chez Sumerian Records, boîte de distribution spécialisée deathcore/death technique). Un véritable travail a été effectué sur la batterie, qui sonne terriblement fort, notamment dans chaque coup de grosse caisse. Les riffs de guitare sont d'une lourdeur pachydermique, exécutés à une rapidité et avec une vélocité qui vous clouent le bec.

 Et le chanteur... HA, le chanteur !! Il excelle dans le chant death comme dans le chant plus criard, apportant une palette de variations vocales réellement impressionnante. Le tempo est, pour l'ensemble des titres, terriblement rapide, et chaque pièce est menée à une cadence diabolique. Cependant, aucune lassitude n'apparaît à l'écoute de cet opus : soit l'auditeur bave devant la technicité des musiciens (qui cependant, à l'inverse de The Faceless, n'en fait pas un étalage perpétuel), soit l'absence de temps mort lui fait tourner la tête, soit les nombreux changements de schémas rythmiques dans une même chanson lui boxent les tympans à grands renforts de hurlements. L'introduction, "Wounds" pose directement l'ambiance de ce CD, qui s'annonce rapide et brutal.

Des chansons comme "It's Torn Away" envoient la sauce, d'autres comme "It's not safe to swim today" comportent des mids-tempos ultra efficaces à s'en faire péter les cervicales, tandis que certaines telles que "Crawl Back" comportent des changements de rythmes tellement nombreux et imprévisibles qu'il font tourner la tête et évitent, comme nous l'avons déjà vu, la lassitude, une prouesse dans un CD aussi compact et puissant que cette gallette de VoM.

En résumé, le groupe américain nous offre ici un CD d'une brutalité et d'une lourdeur qui feraient pâlir les plus gros fans de Cryptopsy. A l'inverse d'un The Faceless violent sans jamais être brutal, Veil of Maya joue fort, très fort. Une bonne cure de brutalité pour les gens allergiques aux mélodies douces !

4 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
PAULO - 27 Juillet 2009: Excellente chronique comme d'habitude ! ^^
Alors, étant fan de VoM depuis leurs débuts je défends leur premier album qui est pour moi excellentissime (malgrès l'artwork qui est très moche je l'admets).
Mais ce deuxième opus est encore meilleur et je le classerai à peu près au niveau de The Cleansing.
Totalement d'accord avec toi sur le chanteur, Brandon. C'est surtout pour ça que j'aime VoM.
Contrairement à Beneath The Massacre ou même Despised Icon, où l'instrumental est absolument mythique mais le chant Death brutal vite lassant ; je me lasse jamais du chant de Brandon...Je classerai VoM ds le top 5 du deathcore, avec As Blood, SS, Oceano, BoO, et peut-etre même IBTC ^^ ou HCTK

Ah la la que de bons groupes...bon je vais m'écouter No Time To Bleed ds mon lit moi
LOL ^^
enthwane - 27 Juillet 2009: Merci !

J'avoue que Brandon est vraiment un chanteur excellent... Et Oceano, nom de dieu...
Arachnid - 20 Octobre 2009: Juste pour faire mon chieur =P
Le film de Wes Craven c'est "Last House On The Left" ^^

Sinon excellente chronique ! Bravo !
enthwane - 20 Octobre 2009: Ha oui, je me trompe souvent de direction... merci de la correction !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Veil Of Maya (USA)


Autres albums populaires en Deathcore