PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Death Metal Unleashed (SWE) Shadows in the Deep
CD, date de parution : 01 Mai 1992 - Century Media
Produit par : Sorychta Waldemar, Enregistré à : Woodhouse Studios
Style: Death Metal
1 2

NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 16/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issue in 2006 by Century Media with 6 bonustracks
1. The Final Silence 02:55
2. The Immortals 04:23
3. A Life Beyond 04:49
4. Shadows in the Deep 05:02
5. Countess Bathory (Venom Cover) 04:02
6. Never Ending Hate 02:33
7. Onward into Countless Battles 04:15
8. Crush the Skull 03:36
9. Bloodbath 04:09
10. Land of Ice 04:32
Bonustracks (Re-Issue 2006)
Recorded live in Vienna, Austria, 19/01/1993
11. The Final Silence 02:19
12. Bloodbath 04:39
13. Shadows in the Deep 05:44
14. Never Ending Hate 02:54
15. Onward into Countless Battles 03:24
16. The Immortals 04:59
Total playing time 40:16

modifier l'album  imprimer cet article
169 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €3,07
 buy
47 avis 1 16/20
Chronique
14 / 20
    Fabien, Vendredi 30 Novembre 2007 parlez-en à vos amis  
Après un culte Where No Life Dwells paru en mai 1991, album ayant définitivement imposé le deathmetal suédois à l’échelle internationale aux côtés des Left Hand Path, Dark Recollections, Into the Grave et Like an Ever Flowing Stream (Entombed, Carnage, Grave, Dismember), Unleashed reinvestit les Woodhouse Studios berlinois de Waldemar Sorychta (ancien guitariste de Despair) pour les sessions de son second album, tout en bénéficiant du soutien inconditionnel de son label Century Media. Shadows in the Deep suit son prédécesseur quasiment d’un an jour pour jour, paraissant à la même période que l’impitoyable You’ll Never See de son compatriote Grave.

Une fois encore, le travail de Waldemar Sorychta impressionne. L’ingénieur du son capte idéalement les contours si particuliers d’Unleashed, dotant les guitares de Fredrik et Tomas d’un grain particulièrement massif et équilibrant impeccablement le tout grâce à un mixage remarquable.

Si Unleashed commence à exploiter plus précisément sa fibre pour la mythologie nordique, il ne change en revanche pas sa position musicale d’un iota. Dès le bon The Final Silence, on retrouve ainsi les structures simples et efficaces qui définissent le combo, et un riffing délibérément accrocheur dès les premières écoutes. A ce titre, Shadows in the Deep contient son lot de morceaux directs et entrainants, souvent rythmés par des breaks fracassants, à l’image des nerveux A Life Beyond et Bloodbath, du féroce Neverending Hate, sans compter son titre éponyme tout aussi furieux et les growls de Johnny relativement rageurs.

A l’instar d’Obituary sur son The End Complete paru à quelques semaines d’intervalle, Unleashed montre en revanche rapidement ses limites techniques sur son second album, à l’heure où nombres de formations commencent à évoluer et prendre des risques souvent payants. Si le mordant et qualité du riffing des morceaux précités tirent indéniablement l’ensemble vers le haut, le quatuor masque ainsi difficilement un surplace et un certain manque d’inspiration sur un titre comme The Immortals, tournant laborieusement sur quelques riffs pauvres durant ses cinq minutes, sans compter Countess Bathory, reprise poussive et dispensable de Venom placée en plein cœur de Shadows in the Deep.

De retour avec un album sans surprise, où se côtoient le meilleur et le moins bon, Unleashed remplit ainsi honnêtement son contrat, proposant un deathmetal direct et percutant, qui justifie encore la place du groupe parmi les poids lourds du deathmetal suédois, bien que la puissance et la furie de l'invincible Where No Life Dwells s’éloignent doucement désormais. Simple et conventionnel, Shadows in the Deep trahit ainsi l’immobilisme du groupe, qui rivalise en plus difficilement avec nombre de leaders tels que Death, Morbid Angel ou Pestilence, mais aussi avec de nouveaux arrivants tels qu’Immolation ou Suffocation tout aussi impitoyables.

Fabien.




9 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think different, think metal.’ Contact - Liens
Follow us :