False Prophecies

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Undead
Nom de l'album False Prophecies
Type Album
Date de parution 27 Avril 2015
Style MusicalDeath Metal
Membres possèdant cet album46

Tracklist

1. Unborn 05:35
2. False Prophecies 05:06
3. Voices Within 04:42
4. Praise the Absurd 06:07
5. Castrate Humanity 05:19
6. Descending Souls 04:31
7. Unbound to Eternity 05:44
8. Emerging from the Depths 05:15
Total playing time 42:19

Chronique @ LeMoustre

20 Mai 2015

Testimony Of The Ancients

Les anciens groupes ont laissé des témoignages qui ont marqué l'histoire, avec des albums définissant le spectre général naissant du deathmetal, en quelques années. Ainsi, entre 1988 et 1992, tout ou presque était déjà écrit. Alors, bien sûr, de nouveaux groupes ont amené leur touche depuis. Les combos les plus établis de cette période, malgré un creux général d'inspiration et de ventes au milieu des 90's (à rares exceptions près) ont aussi sorti des albums de grande qualité ces derniers temps, fidèles aux créneaux originels de chacun.

Sorti de nulle part ailleurs que du label Listenable (Cocorico !), voici venir Undead. Visages cachés, patronymes assez classiques (Necros, Angélus, pour situer), impossible de savoir qui est qui. Avec un tant soit peu d'imagination, pourtant, on pourrait reconstituer le line-up, du moins dans l'imagerie vivante en chaque deathster. Prenez Marco Foddis (le Pestilence pré-reformation - flagrant sur quelques passages, un vrai régal sur le limpide "Voices Within" par exemple) à la batterie, Martin Van Drunen (Asphyx, ex-Pestilence, Hail Of Bullets) aux vocalises, Chuck Schuldiner aux grattes, et vous aurez déjà une idée de l'identité de l'esprit dégagé par ce False Propheties, à la pochette représentative et adaptée.

Pourtant, loin de se contenter de singer un album/groupe en particulier (regardez du côté de Gruesome), le quintet a l'intelligence de se réapproprier avec réussite de grosses louches du meilleur des années 88 - 92 (comprendre Leprosy et Spiritual Healing, le Pestilence des trois premiers albums, un brin d'Autopsy pour l'atmosphère lugubre, et un poil d'Obituary, même si d'autres influences nobles pourront également être devinées ça et là). Les huit titres se réapproprient avec talent les spécificités des hits de ces chefs-d'oeuvres, connus jusqu'à la moelle par les fans. A de nombreuses reprises, on croirait entendre l'ombre menaçante ("Castrate Humanity" renvoie à un mix entre Consuming Impulse et Testimony Of The Ancients - Pestilence) ou frontale de ces albums référentiels, remis ici à l'honneur fort à propos (le rapide "Unbound To Eternity" qui donne envie de hurler ses couplets saccadés à vitesse grand V, et son déluge de guitares).

Ceci dit, False Prophecies, après quelques écoutes, propose une vraie personnalité, un vocaliste parfait, des leads excellents (sur quasi tous les titres, la paire de guitaristes Noctidiurnal/Necros ne plaisante pas du tout), et des compositions tout sauf simplistes, à l'image de l'implacable "Unborn" qui ouvre le disque, assez représentatif de l'orientation générale, avec ses microsecondes de batterie en intro, ses couplets empruntés à l'atmosphère de Spiritual Healing, son riff terrible (clin d'œil à Schuldiner) relançant la machine, et son tempo écrasant qui précède un solo dantesque. Fermez les yeux et imaginez le line-up possible qui aurait pu pondre "ça" ! Tous les titres possèdent leur propre personnalité, et se révèleront vite passionnants, au delà de l'hommage évident à l'âge d'or du deathmetal.

Aucun titre de remplissage, avec des passages tantôt subtils et aériens, tantôt brutaux (de la double, mais pas tout le temps, et un mix parfait entre les différents instruments qui permettent de tout entendre), on se dit que le témoignage repris par Undead est en de bonnes mains ici. Un classique, pas moins, à la durée idéale (42 minutes de retour espace-temps) et au contenu jouissif. Mais aussi une cure de jouvence pour ceux qui rêvaient d'un digne successeur aux albums précités ; et un bon moyen en un seul disque de revivre la quasi-totalité de ce que le deathmetal proposait de meilleur au tout début des 90's.

18 Commentaires

19 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

tormentor - 22 Mai 2015: C'est marrant ces comparaisons avec Gruesome! Undead se penche plus envers un mélange de Pestilence et d'un Asphyx je trouve et Gruesome vers notre regretté Death. En tout cas ces deux groupes déchirent et nous replongent dans un death old-school que l'on chérie particulièrement. Merci à eux de nous pondre de tels skeuds qui font revivre le vrai death métal! J'espère que je vais trouver cet album rapidement.
LeMoustre - 23 Mai 2015: Pour être complet, voici un lien avec une interview du groupe qui amène quelques infos complémentaires sur l'album et le futur de Undead (à suivre donc).
http://guitariste-metal.fr/interview-de-necros-undead/
Miskatonic - 09 Juin 2015: Excellent papier Jérôme. J'étais de prime abord un peu dubitatif concernant Undead, trouvant ça moins efficace qu'un Chapel Of Disease, Trenchrot ou Gruesome pour citer d'autres "groupes hommages" aux pères fondateurs du death metal, mais après multiplication d'écoutes, je rentre complètement dedans y voyant certes un certain mimétisme de nos groupes cultes (Death, Asphyx, et un petit quelque chose de la scène scandinave) mais quelque peu réinventé. C'est fait avec talent, respect et doigté. Les leads sont un pur bonheur et l'on retrouve ces senteurs pestilentielles de caveau qui ont défini le death à la fin des années 80. La grande classe.
LeMoustre - 08 Octobre 2016: A savoir, le temps aidant les langues à se délier, que c'est d'après ce que j'ai pu avoir comme info Max Otero (Mercyless) qui officie en tant que hurleur sur cet album.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Undead


Autres albums populaires en Death Metal