Kill for Satan

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Band Name Tsjuder
Album Name Kill for Satan
Type Album
Date de parution Avril 2000
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album190

Tracklist

1.
 The Daemon Gate
Ecouter03:37
2.
 Necromancy
Ecouter02:55
3.
 The Lord of Terror
Ecouter04:39
4.
 Raping Christianity
Ecouter02:32
5.
 Dying Spirits
Ecouter04:20
6.
 Unleashed
Ecouter02:19
7.
 Kill for Satan
Ecouter04:54
8.
 Sodomizing the Lamb
Ecouter02:39
9.
 Beyond the Grave
Ecouter03:54

Bonus
10.
 Daemon's Journey
 

Durée totale : 31:49

Acheter cet album

Tsjuder



Chronique @ ArchEvil

23 Fevrier 2010
« Nom d'un chien ! Mais qu'ont-ils foutu à leur production?! »

Première phrase, premier coup de gueule pour le premier album longue durée du aujourd'hui mythique Tsjuder. Un trophée bien mérité quand on connaît le monstre, leur fameux slogan « No Synthesizer, No Female Vocals, No Fucking Compromise » scandé à chaque quatrième de couverture et leur black thrash foudroyant, résultat d'une envie d'en découdre carrément hors-concours par rapport à la plupart des productions similaires. Norvégiens, grimés, faux prophètes, enculeurs d'agneaux catholiques et décidément de terribles musiciens, leur carrière fut couronnée de trois missiles intemporels : Kill for Satan, Demonic Possession et le testament Desert Northern Hell ainsi que d'un DVD, Norwegian Apocalypse, qui restera dans les annales du genre comme l'un des tous meilleurs lives video de l'histoire du black metal. Le groupe passa ainsi les portes du mythe en splittant peu après la sortie de son dernier et meilleur album.

Premier témoin du talent des 3 seigneurs, Kill for Satan voit le jour après un petit bouquet de démo qui n'aura pas vraiment mis le feu aux poudres. Signé dès lors chez Drakkar Production leur assurant une meilleure distribution, ce brûlot met immédiatement cartes sur table : Parfaitement soutenu par un thrash énergique ciselé à la perfection, ce black metal très brutal dévaste tout sur son passage. Le groupe ayant sans aucun doute trouvé inspiration chez Immortal première période , accouplant cyniquement Pure Holocaust avec Hell Awaits, produisant un résultat digne d'un obus à schrapnels incandescents. Ca commence sur un Daemon Gate martial où l'on est piétiné sans préavis par des rythmiques cinglantes, titre d'ouverture lancé à pleins pots. Passant de speederies et blasts lobotomisateurs aux mids lorgnant timidement vers un groove que n'aurait pas renié Tom Gabriel sur To Megatherion, les riffs de l'engin de mort puent une hégémonie macabre ressucitant un tempérament bestial dormant jusque là au fond de notre âme. Aucun d'entre eux n'est à jeter, mariant leur tranchant acier avec ces harmonies impériales et occultes. Ces refrains soulignés par un Nag à l'organe vocal détruit par la cruauté, les 5 premier titres sont une pure thrash-blackerie dont l'absolutisme n'a d'égal que cette formidable exploitation instrumentale que les musiciens n'ont pas mise de côté. Draugluin, un as de l'art du riff à la fois malsain et aiguisé. Anti-Christian décidément ultime par sa capacité à bonifier son jeu agressif par des breaks au feeling incroyablement entraînant, développant un jeu pouvant atteindre un degré de complexité incontestable, tout en restant 100% viscéral. On s'en enchantera encore et encore.

C'est à partir de là que le groupe fait encore plus fort. Après Unleashed, un interlude distordu de manière dérangeante, ces dégénérés du bulbe nous gratifient d'un combo de trois hymnes cultissimes, à ranger aux côté de certains Transilvanian Hunger, Unsilent Storms in the North Abyss ou même Raining Blood par ce thrash proche des maîtres du genre, qui en leur temps apportèrent une couleur diabolique à leur musique.

Ouverture avec Kill for Satan, son riff d'intro lourdingue charge une Grosse Bertha de moments de violence pandémoniaque, de lourdeurs embuée d'un halo fiévreux et féroce et d'un refrain, mes amis ! Écouté une fois, gravé pour toujours ! King of kings is born !
On ne lâche pas du lest avec Sodomizing the Lamb. Quand je vous parlais d'enculeurs d'agneaux... Mais qu'est ce qu'elle se prend dans le derrière, la pauvre bête. Notez qu'avec ce mid tempo enivré d'un arpège composé par Belzébuth en personne ( attention la nuque ! ), encadré de ces matraquages convulsifs, elle doit plutôt prendre un sacré pied ! Coquin de mouton, va !
Et on termine sur un Beyond the Grave, thrashant sec, son groove malsain et énergique et ses changements de rythmes épaulés de riffs fatalistes et obsédants parachèvent cette tuerie sans équivalent.

« Mais par les cornes du sacro saint Azazel ! Ce truc est un massacre ! Mais pourquoi cette production si calamiteuse ? »

Vous l'aurez compris, le point noir de Kill for Satan reste sa production, probablement un compresseur réglé abusivement sur la batterie. Car si un son raw s'adapte généralement très bien avec la plupart des œuvres de black, Tsjuder semble avoir voulu jouer avec une certaine clarté. On ne peut pas leur reprocher ça, au vu de leur thrasherie réclamant un minimum de relief dans le mix, mais ici, ce couple caisse claire – grosse caisse se voit amputé de toutes les harmoniques pouvant lui donner un minimum de corps. N'en ressort alors qu'un claquement plastique pas du tout dans l'esprit ( bien que cette conception plutôt froide pourrait en séduire quelques-uns ). La guitare acérée dans les aigus tente de rattraper cette erreur mais le master parle de lui même, cette texture sonore fait décidément tâche.
On notera tout de même une réverbération caverneuse sur l'ensemble sauvant les derniers meubles de l'inondation.

Sans ce défaut finalement important, Kill for Satan méritait un 17 pour avoir gravé cet enfer sur une galette d'aluminium. Ce taux d'efficacité, d'occultisme et de prouesses provoque à chaque écoute un véritable séisme dépassant allègrement les 9 degrés sur l'échelle de Richter. Premier full-length, premier véritable méfait, premier monument. Tsjuder marquera dès lors sa domination sur la scène. Encore aujourd'hui, malgré le split-up, l'esprit du groupe vole largement au dessus de la masse.

Eternals Hails.


7 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

ArchEvil - 23 Fevrier 2010: On pourra dire ce que l'on voudra, ensencer toutes les production les plus puissantes au monde, Tsjuder ça reste ultime et indéboulonnable. LE black thrash comme il devrait être, sans relents païens gays, autres atmosphères niaises version BM patriotique mais ayant un fameux quota en recherche instrumentale à tous niveaux, sa petite patte originale et sa conception personnelle et surtout de putains de zicos dont l'excellence n'a d'égal que l'attitude.

Voilà, je me suis libéré de ce que je maintiens depuis que j'ai découvert le groupe.

Encore une fois : HAILZ !
New_Littlebigwolf - 01 Mai 2010: J'ai pas vraiment écouté l'album mais tu parles de "relents paiens gays", désolé mais cet album, meme s'ilpeut etre bon musicalement, a l'air complètement niais rien qu'au titre typé sataniste rebelle a 2 ronds, les mecs sont toujours pas sorti de l'adolescence !
ArchEvil - 01 Mai 2010: Tsjuder applique les codes du BM, après chacun voit bien midi à sa porte. Perso je préfère mille fois cette imagerie, quitte à ce qu'elle paraisse bas du front, à celle de la plupart des groupes de vikings et autres pagan. Puis quand tu lis les interviews de Nag, le gars se fiche pas mal de l'image qu'il peut donner.

Puis l'histoire de l'adolescence, tu repasseras, une pléthore de groupe arborent une imagerie pareille, sont ils restés juvéniles pour autant.

Ecoute le CD, après tu donneras ton avis ( et il y a de fortes chance qu'il puissen changer )
New_Littlebigwolf - 07 Mai 2010: Mouais bofbof honnêtement cet album, chant médiocre, basse presque inaudible, j'arrive tout de meme a discerner quelques bonnes idées, mais c'est tellement mal enregistré et surtout très mal mixé qu'il faut vraiment tendre l'oreille...... Désolé de casser l'ambiance mais je n'ai pas apprécié l'album. De toute facon dans Tsjuder pour moi rien ne vaut Desert Northern Hell. Enfin bon on est pas obligé d'avoir les memes gouts a 100%, sinon chronique passionnée et bonne comme d'habitude meme si je ne suis pas vraiment daccord avec elle.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Svartevolf

16 Fevrier 2007
Qui a dit que les Norvégiens ne font pas de brutal black ? Certes, la production de Tsjuder est loin d'être celle de Marduk, le son se rapprochant plus d'un album de true black de par sa froideur, sa haine et sa misanthropie profonde mais musicalement il s'agit quand même d'un black metal très brutal et très très rapide (ça me rappelle parfois Setherial, période "Hell Eternal"). La guitare est très agressive, la batterie se rapproche plus d'une MG42 que d'un instrument de musique et flirte parfois avec le mortier, la voix est très haineuse elle aussi et les riffs sont tranchants, démoniaques et vraiment malsains... donc true black dans les ambiances mais brutal black pour la musique, un mélange détonnant et pas déplaisant du tout. Tsjuder est un grand groupe et il est bien loin de la mode claviers, chants féminins et autres niaiseries. Il fait du black metal pur et dur, sans concession, et il le montre. Ce groupe devrait donc plaire autant aux fans de true black que de Bbutal black.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ ishamael

15 Mai 2009
Tsjuder fait parti des groupes de Black Métal Nordique à afficher son dégout total des claviers et du "courant symphonique et commerciale", pourtant si en vogue de nos jour. Ces norvégien ont d'ailleurs inventé un slogan très évocateur : " No Synthethizers, No female voice, No fucking Compromises ! " . De quoi titiller la sensibilité de toute personne ouverte au True Black....
Penchons nous donc sur leur première opus complet, répondant au doux nom de Kill for Satan. La poésie du Black Metal.... Mais c'est aussi pour ça qu'on l'aime passionnément !

La pochette est très réussi, représentant un cavalier apocalyptique chevauchant pour faucher des âmes innocentes, le magnifique logo du groupe en fond, tout en croix inversées et tête de serpent. Les amateurs de heavy ou de death ont déjà passés leur chemin. On se doute que ce disque sera une ode à la destruction. Parlons en justement.

La production est claire, les guitares peu grésillantes, la batterie puissante, la voix démoniaque appelant à manger du chrétien. Tsjuder c'est aussi ça, un complet rejet de la religion chrétienne, une ode à la haine du curé et de ses compatriotes. Les paroles sont d'ailleurs assez clair à se sujet: "Raping christianity, You shall die ! " . A ne pas mettre dans toutes les mains !

Passons à la musique. Une petite intro scandé, on se prend directement une énorme claque dans la tête par un blast furieux à faire trembles les murs ! Et c'est loin d'être fini. Le morceau continue sur la même lancée entre roulement furieux de batterie et voix déchainée tout droit sortie de la tombe, le tout effectué avec une rapidité impressionnante. La voix est grave et grasse, les riffs de guitare rapides et tout aussi grave, la batterie enchainent les blast avec une rapidité impressionnante. Ici pas de mid-tempo, que des rythmes à en faire pâlir Marduk ou Dark Funeral ! La maîtrise des instruments à ce niveau de rapidité est impressionnante ! Les morceaux s'enchaine mais la rage ne disparait en aucun cas, nous percutant la tête, réveillant notre esprit sombre. Le meilleur exemple est le morceau "Raping Cristianity" d'à peine 3 minutes, d'une violence et d'une martialité incroyable, nous exhortant de tuer des chrétiens ou qu'ils se trouvent. Conseil à prendre au deuxième de gré bien entendue. S'en suit un morceau instrumentale nous emportant dans une ambiance glauque de salle de torture, ou des cris nous déchirent les oreilles. Interlude de courte duré, le roulau compresseur Tjsuder revenant au galop pour finir ce qui a été commencé. L'album passe comme une fusée, même si celui-ci n'est pas bien long, environ une trentaine de minutes. On en sort avec les oreilles bourdonnantes, et l'esprit rempli de haine envers le monde.

On peut donc dire que l'on se trouve en présence de Black Metal extrêmement brutal, mais avec une production True Black, apportant un sentiment de haine et de puissance immense aux compositions. Un disque d'excellente qualité !
Pour fans de Marduk, Dark Funeral, Averse Sefira....





1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Tsjuder


Autres albums populaires en Black Metal