Deathmass of the Gravedancer

Liste des groupes Black Death Brutal Throneum Deathmass of the Gravedancer
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Throneum
Nom de l'album Deathmass of the Gravedancer
Type Album
Date de parution 28 Juin 2007
Enregistré à Art Studio Oho
Style MusicalBlack Death Brutal
Membres possèdant cet album12

Tracklist

1. The Witnesses 03:18
2. No One Fears the Union 01:57
3. Rotten to the Core 05:01
4. Order of Destruction 02:15
5. Baptism of Fire 02:37
6. Thou Deepest One 03:14
7. Necronomicon (Imperator Cover) 05:35
8. Memories (Pandemonium Cover) 05:44
9. Outro 01:36
Total playing time 31:17

Commentaire @ wodulf

05 Janvier 2013

Encore du grand Throneum

Ce quatrième album de Throneum, bien qu'enregistré en septembre 2005, ne sortira que deux ans plus tard, en juin 2007. En fait, le groupe sera retourné en studio un mois seulement après la sortie de Pestilent Death. C'est pour cela que je trouve que Deathmass of the Gravedancer et Pestilent Death sont deux disques assez proches dans l'esprit.
On y sent toujours un même Throneum qui n'a rien perdu de sa rage au ventre et nous balance un death metal toujours un peu proto sur les bords qui s'influence de tout un tas de groupes des années 1988 /90. Dans les moments les plus rageurs ("The Witnesses", "Baptism Of Fire"), on pense toujours à une sorte de mélange entre du vieux Merciless et Necrovore. Sur le morceau "No One Fears The Union", le groupe franchie d'ailleurs allègrement la limite du grindcore à la Assück. Sinon, outre un "Rotten To The Core" qui pue le Deicide à plein nez, quand Throneum lève un peu le pied ("Memories"), c'est surtout du côté de Asphyx que le groupe va lorgner.
Encore du grand Throneum.
Notez pour terminer que le groupe sur cet album se retrouve en duo (Tomasz / Morbid), Marek étant retourné dans les rangs d'Anima Damnata et Thunderbolt. Les parties de basse ainsi que les deux ou trois solos de guitare de l'album sont joués par un musicien de session du nom de Necrosodom.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Miskatonic - 20 Novembre 2017:

Petite coquille dans le texte Raph, Marek = Necrosodom. Et j'avais même pas capté que ce type là était aussi le guitariste vocaliste des deux derniers Azarath, en plus d'être bien sur le leader de Anima Damnata. En tout cas, un putain d'album, même si un peu court pour le coup, car en otant les deux covers de 11 minutes en fin de galette, le skeud ne fait plus que 20 minutes, outro comprise, soit la durée d'un EP confortable. Du coup, je pige mieux pourquoi il est sorti deux ans après Pestilent Death, apparaissant un peu comme les chutes de l'album précédent. Mais quelles chutes ! Du putain de death (/thrash) urgent, crade et raw, qui blast à t'en retourner la tête, avec un chant hurlé bien vindicatif, qui rappelle effectivement Necrovore et tout le proto death de la fin des années 80. Ça m'évoque Abhorer aussi, vite fait. On a vraiment l'impression d'écouter un truc qui date de 87, par là. Les riffs sont bien evil et accrochent méchamment malgré leur apparente simplicité, et les deux covers sont excellentes.

    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Throneum


Autres albums populaires en Black Death Brutal