PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Metal The Long Escape The Warning Signal
Album, date de parution : 11 Mai 2015 - Auto-Production
Style: Metal

ajouter les paroles de l'album
NOTE : 15/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. The Noise
2. Seas of Wasted Men
3. Awakened Ones
4. Million Screens
5. Digital Misery
6. Carnival of Deadly Sins
7. Crashdown
8. The Search
9. Homo Weirdiculus
10. Slave
11. World Going Down
12. The Last Crying Man

modifier l'album  imprimer cet article
1 membre possède cet album
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
1 avis 1 15/20
Chronique
15 / 20
    LostPhoenix, Vendredi 28 Août 2015 parlez-en à vos amis  
Un Signal venu brouiller un Metal Progressif travaillé et sombre.


Après "The Tryptich", les quatre parisiens de The Long Escape nous reviennent quatre ans après avec "The Warning Signal". Doit-on voir un symbole dans ce chiffre, ou juste un laps de temps suffisant pour créer et enregistrer douze titres qui composent cette alerte digitale ? Des lignes et harmonies qu'il ne faut pas avoir peur d'écouter plusieurs fois, pour le plaisir certes, mais surtout pour en décrypter toutes les nuances (de gris ?).

L'album débute sur un "Seas Of Wasted Men" qui déploie toute la force du groupe. Une composition variée et ultra-complémentaire au niveau des instruments. Le Metal progressif dans toute sa splendeur. Une mélodie originale coupée par des riffs accrocheurs d'une complexité abordable, sans aller jusqu'au Djent, et des rythmes bien travaillés et loin d'être paresseux.

La voix de Kimo est claire dans son ensemble, mais il n'hésite pas à changer de ton pour appuyer les textes et la mélodie. On appréciera quelques passages "Rob Zombiesque", notamment sur ce premier titre de l'album haut en couleurs. Ces variations sont vraiment caractéristiques dans "Awakened Ones", où il est difficile de compter le nombre de métamorphoses dans son timbre, pour un titre que je qualifierais d'hallucinant. Dans "World Going Down", il nous crie toute sa détresse. Il paraît plus à l'aise dans un registre grave, à la limite du Growl, plutôt qu'aux frontières des aigus.

Les titres penchent souvent vers le "Toolien", avec des mélodies aux rythmes torturés, mais aussi des accalmies relatives qui permettent à nos oreilles de mieux percevoir les différentes variations derrière l'alarme qui gronde. "Awakened Ones" est parmi ceux-ci. Mais je m'attarderais plus sur "The Search" qui nous offre une intro basse/batterie ambiante à souhait. Puis la saturation de la guitare vient couper la plénitude comme une scie grisâtre qui pourrait défigurer la beauté d'une forêt verdoyante. "World Going Down" plane dans cet univers qui n'a rien de réjouissant. Son intro aux tonalités technologiques est foudroyée par cette même tronçonneuse. Mais cette guitare acérée est tout de suite relayée par un air lancinant et un chant puissant qui va nous emmener vers les tréfonds. Le pont placé au centre de ce titre est un pur bonheur, la rythmique saturée soutenue par le tintement des cymbales puis la basse qui virevolte dans notre lobe frontal achèvent notre raison d'être, dans une montée imparable. Pas étonnant que ce titre ait été choisi comme le single de l'album.

"Digital Mysery" permet de se poser sur l'Artwork du CD aux semblants assez simples. Le titre reflète bien cette opposition entre la lumière naturelle et l'ombre de nos vies cachées sous les nuages. Doit-on comparer le triangle renversé du premier album et celui de ce second opus ? De ce côté là, aucune certitude, mais le parallèle avec un triangle avertissant du danger me semble d'une terrible évidence. Les lignes numériques dessinant les blocs de béton et s'effaçant à l'approche du soleil seraient-elles un message (caché) d'espoir ?

Des titres comme "Crashdown" nous attaquent avec une rythmique hyper-énergique, puis la guitare nous embarque dans une série de notes tortueuses. Enfin, on glisse sur une mélodie aux intonations alambiquées, comme la voix qui va même jusqu'à évoquer des airs de Faith No More. "Slave" surfe sur les même flux, où les instruments et la voix se mêlent tour à tour: étonnant !

Nous voilà déjà arrivé devant les cris du dernier homme dans cet univers sombre. C'est le regard tourné vers le sol que s'engage cette fin inéluctable avec "The Last Crying Man". Ce titre avance une mélodie calme, toujours appuyée par la guitare tournoyante et obsédante comme Le signal en toile de fond. Mais c'est sans compter sur la détermination de cet être, qui veux nous montrer sa hargne face à ce monde gris et froid comme l'écran virtuel d'une vie perdue. Le refrain nous martèle l'esprit pour que le message reste logé entre nos deux oreilles au plus profond de notre boîte crânienne.

Alors que le premier album était plutôt dans un registre Metal Alternatif avec des chants à la Breaking Benjamin (qui persistent par moment), ce deuxième opus ajoute un dose de progressif pour brouiller les ondes de notre esprit. Pour autant, les titres conservent des schémas classiques et des durées moyennes, allant de 3 à un peu plus de 5 minutes. Malgré tout, on ne doit pas perdre de vue les sonorités Néo avec un ensemble basse/batterie efficace, et des faux-airs de Korn (aussi présents dans "The Tryptich"). Certains rythmes lourds les rapprocheraient de leurs compatriotes de Klone lorsque la hargne s'empare de la voix, sans pour autant atteindre le Death Atmosphérique.

"The Warning Signal" a peut être moins de fougue et de jeunesse que "The Triptych", mais la direction de cet album n'est pas la même et la technique musicale y est plus aboutie. Le groupe a pris le temps de nous délivrer une musique juste et dont toutes les lignes se rejoignent avec un certain style. Cette progression dans le jeu est une bonne chose pour les amateurs de groupes Français qui savent avancer avec exactitude et originalité. Ce message à l'humanité est homogène sur toute sa durée. Les titres s'enchaînent et nous préviennent que la détresse est bien là. Les cris et les crash nous alertent sur le devenir bien sombre de notre société.

Bravo Messieurs, vous venez de nous délivrer un verset musical à l'image de notre monde, froid et numérique. Vous nous avez brossé un paysage du bout de vos instruments, parfait et sans sourciller. Espérons que ce deuxième volume n'est pas le dernier, que vous n'êtes pas les 4 cavaliers de l'apocalypse (mais plutôt Néo, Morphéus et ses acolytes), et que votre âme insufflera dans votre future musique un message dirigé vers un avenir plus serein...si vous y croyez.




0 Commentaire

Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Metal your head !’ Contact - Liens
Follow us :