Mandylion

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe The Gathering
Nom de l'album Mandylion
Type Album
Date de parution 28 Août 1995
Labels Century Media
Produit par Sorychta Waldemar
Style MusicalMetal Atmosphérique
Membres possèdant cet album281

Tracklist

Re-Issue in 2005 by Century Media with a second disc included.
DISC 1
1. Strange Machines 06:04
2. Eléanor 06:41
3. In Motion #1 06:56
4. Leaves 06:01
5. Fear the Sea 05:49
6. Mandylion 05:01
7. Sand and Mercury 09:57
8. In Motion #2 06:07
DISC 2 - DEMOS
1. In Motion #1 07:28
2. Mandylion 04:42
3. Solar Glider 04:35
4. Eleanor 06:38
5. In Motion #2 07:18
6. Third Chance 05:53
7. Fear the Sea 06:29
Total playing time 1:36:53

Chronique @ BEERGRINDER

30 Novembre 2010

Un univers sur mesure pour Anneke van Griesbergen

Auteurs de deux albums de Doom / Death relativement avant-gardistes à défaut d’être exceptionnels au début des 90’s, les Hollandais de The Gathering vont donner une nouvelle orientation à leur musique. Niels Duffhues et Martine Van Loon les vocalistes sur Almost a Dance sont renvoyés, et c’est Anneke van Grimbergen (désolé j’ai pas pu m’en empêcher c’est trop drôle) qui prend le poste de frontwoman. Du coup le groupe des frères Rutten va littéralement se métamorphoser : exit le duo vocal bancal, le groupe va désormais s’appuyer sur le talent de la belle Anneke et son chant envoûtant.
Les bataves sont maintenant parfaitement armés pour conquérir le monde grâce à leur signature chez Century Media. Mandylion (1995) est donc un album triplement charnière pour The Gathering, marquant un tournant musical, un succès commercial sans précédent, mais aussi une réussite artistique, pourtant Satan sait que les deux derniers ne sont pas tout le temps liés…

Aux premières notes de Strange Machines, il est bien difficile de reconnaître The Gathering, le chant extrême, les riffs monocordes et le clavier parfois un peu neuneu s’en sont allés, laissant la place à un Doom Metal simultanément puissant et mélancolique. En effet, si on retirait le clavier sur Strange Machines et qu’on y collait Messiah Marcolin au chant, on obtiendrait quasiment un titre de Candlemass ; le plus grand classique live du groupe dans tous les cas.
Mais ce qui a fait le succès de ce disque c’est bien évidemment le talent de la nouvelle arrivante, sa voix si caractéristique : puissante, profonde et aux intonations Pop. D’ailleurs la miss van Griesbergen a aussi pris en main les lyrics, signant l’intégralité des textes de Mandylion, son style sobre oscillant entre rêve, espoir et tristesse colle parfaitement à l’esprit insufflé par la musique. D’ailleurs, que d’émotions dans In Motion #1 (elle est peut-être facile mais je l’ai trouvée avant vous) où les couches successives de chant transportent littéralement, un morceau très addictif avec ce clavier lancinant happant l’auditeur pour ne plus le lâcher.

Toutefois il serait injuste pour les autres musiciens de considérer que Anneke est la seule responsable de la réussite de Mandylion, les plans de basse hypnotiques de Hugo, les compositions guitares de Jelmer et René ainsi que le clavier tout en subtilités de Frank, sont autant d’atouts ayant fait de ce disque le plus grand classique du groupe, apprécié tant par les vieux fans que par les nouveaux adeptes. La production est aussi un facteur important qui peut transformer un disque classique en chef-d’œuvre (et vice versa), enregistré sous la houlette de Siggi Bemm et Waldemar Sorychta (connu pour son travail avec Samael), ce troisième album est doté d’un son parfait pour le style, avec des guitares massives laissant une juste place à la section basse / batterie et bien sûr, une place de choix pour le chant d’Anneke. Cela dit ne nous leurrons pas : son succès soudain et massif, de The Gathering le doit principalement à sa charismatique chanteuse, sachant donner le meilleur en studio et conquérir littéralement le public lors des prestations live.

Certains passages préfigurent déjà de l’évolution future du groupe vers des horizons plus Pop / Rock atmosphérique, notamment au milieu de Fear the Sea avec des guitares en accompagnement au profit de la basse et même carrément absente le temps d’une envolée ésotérique basse / synthé. L’étrange morceau titre avec les cris plaintifs de Anneke en retrait (genre je pleure au loin mon désespoir dans le désert), est lui une véritable invitation à un voyage introspectif.

Gardant le meilleur de l’ancienne époque avec des guitares solides et encore plus inspirées, The Gathering a su tirer partie de sa nouvelle chanteuse avec brio, lui fabriquant un univers sur mesure : moins sombre, mais plus subtil et mélancolique. D’ailleurs on peut quasiment considérer que Mandylion est séparé en deux : une première partie plus Metal jusqu’à In Motion, Fear the Sea en intermédiaire, et la fin plus atmosphérique. Mais ce qui est certain, c’est que l’intégralité de l’album est transcendant, appartenant à la rare catégorie des albums uniques et inimitables, ceux qu’on ne peut copier sans perdre en route une bonne partie de l’aura dégagée autour.
De quel bois Mandylion est-il fait? Doom ? Heavy ? Gothic ? Rock ? Probablement un peu de tout ça, dans tous les cas c’est un très grand album.

BG

16 Commentaires

12 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

BEERGRINDER - 01 Décembre 2010: André Manoukian a dit "même si ya un léger coup de vieux et que ça sent les 90's , on s'en fout"

Putain non! On s'en fout pas, c'est pour moi un avantage décisif hé hé.

Je ne connais absolument pas Dead Can Dance, il m'était donc impossible de faire le rapprochement avec le titre éponyme, voilà qui est réparé.

Pour Pink Floyd même si je n'ai rien dit à ce sujet ça me parait assez évident.

Quand au choix des titres évoqués, j'avais bien un truc à dire sur chacun (dont ce fameux éponyme atmosphérique que tu as parfaitement décris) mais j'essaie au maximum d'être synthétique, je ne voulais pas dresser une liste exhaustive au risque d'être indigeste, ce qui permet aussi de faire vivre la section commentaire.

Et je suis d'accord avec toi, ce disque permet de planer à 15000 sans substances illicites.

Merci de ton intervention Dédé ha ha ha.
Spirithorse - 04 Décembre 2010: Bravo BG pour la chro, comme Steelhardos, "Sand and Mercury" est mon titre préféré, avec les quelques mots de JRR Tolkien en conclusion, les 2 In Motion ne sont pas en reste, l'éponyme me plonge en pleine forêt amazonienne, et Strange Machines me fait remonter le temps, en un mot: voyager. Pour moi il ne fait pas daté, au contraire je lui trouve l'aura des chefs d'oeuvres intemporels.
LeBlaireau - 29 Septembre 2012: Remarquable! Encore une fois après avoir lu une chronique de BG, une chronique sur l'un de ses coups de coeur. J'ai acheté un disque les yeux fermés, et m'en voilà bien conquit.
 
Pomme - 01 Mai 2013: Très belle chronique, et je ne peux pas dire que je n'adhère pas, même si, malheureusement, ce n'est pas grâce à elle que j'ai découvert cet album magique.
Comment ne pas être lévité - et inspiré - par un ensemble aussi... éthérique ?

On s'envole et on n'a pas envie de retomber !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Commentaire @ Toorop

14 Avril 2009
The Gathering est un groupe hollandais créé en 1989 par les frères Rutten. Les débuts sont assez modestes et le groupe officie dans un death/doom classique mais intéressant (je n'ai malheureusement pas écouté leurs deux premiers albums).

Après le premier album plutôt bon ("Always"), premier coup dur, les deux chanteurs (Bart Smits et Marike Groot) s'en vont et les autres membres engagent en urgence Martine Van Loon et Niels Duffhues… quand ils enregistrent le deuxième album ("Almost a Dance"), Niels n'avait encore jamais chanté sur la musique de The Gathering, je vous laisse imaginer le désastre. De plus, les deux chanteurs ne peuvent pas se blairer… bref un album à oublier. C'est à ce moment-là que les membres du groupe font la connaissance d'une jeune et jolie chanteuse à la voix exceptionnelle et qui s'appelle Anneke van Giersbergen. Ca y est, The Gathering a trouvé sa voix et nous livre un album de toute beauté : "Mandylion".

Mandylion est un album de metal atmosphérique mais qui garde encore quelques touches doom des débuts du groupe et c'est ce qui fait sa grande force = un équilibre entre raffinement (la voix d'Anneke est à la fois d'une grande puissance mais aussi d'une grande fragilité) et passages plus lourds (ou rentre-dedans) mais toujours dynamiques.
La présence de la chanteuse est indéniable mais ça n'empêche pas non plus de laisser parfois la musique s'exprimer toute seule… les morceaux ne sont pas envahis par les vocaux d'Anneke et cela permet au groupe de développer des ambiances progressives et planantes toujours très recherchées. Ils n'en font jamais de trop, chaque chose est à sa place, comme si ça coulait de source.

Anneke est arrivée dans le groupe alors que les morceaux étaient déjà composés : elle a apporté ses paroles et, malgré le fait que paroles et musiques ont été créées à des moments différents, les deux se marient très bien.

Mandylion marque le début de la discographie d'un groupe qui ne s'est jamais enfermé dans un genre particulier et se moque des étiquettes mais qui a su évoluer au fil de ses différents albums, au risque de décevoir les fans metalleux de leurs débuts.

1 Commentaire

0 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
steelhardos - 30 Novembre 2010: Bravo pour cette belle analyse d'un album qu'il est peu probable de ne pas aimer tellement il frôle la perfection !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de The Gathering


Autres albums populaires en Metal Atmosphérique