PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Metal Atmosphérique The Gathering How to Measure a Planet ?
Album, date de parution : 1998 - Century Media / Magic Arts Publishing
Style: Metal Atmosphérique

NOTE : 17/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
DISC 1
1. Frail (You Might as Well Be Me)
2. Great Ocean Road
3. Rescue Me
4. My Electricity
5. Liberty Bell
6. Red Is a Slow Colour
7. The Big Sleep
8. Marooned
9. Travel
DISC 2
1. South American Ghost Ride
2. Illuminating
3. Locked Away
4. Probably Built in the Fifties
5. How to Measure a Planet ?

modifier l'album  imprimer cet article
196 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
49 avis 3 17/20
Chronique
17 / 20
    BEERGRINDER, Jeudi 24 Mai 2012 parlez-en à vos amis  
It is time for the galactic cruise

Une fois la mutation opérée sur le fantastique Mandylion, The Gathering a abandonné définitivement le Doom / Death de ses débuts pour se consacrer à un Doom / Gothic atmosphérique qui repose grandement sur les talent et charisme de leur chanteuse Anneke van Grimbergen (je sais, je la fais à chaque fois, mais ça fait toujours plaisir). Nighttime Birds avait confirmé cette voie, tout en s’avérant moins flamboyant et plus intimiste.
How to Measure a Planet ? (1998) annonce lui aussi un bouleversement important, il reprend certes les trames des deux disques précédents, mais en les mixant à des éléments Rock voire Pop, s’éloignant un peu plus des strictes limites du Metal.

Pour accompagner cette nouvelle orientation musicale, le quintet délaisse le Woodhouse des deux précédents disques pour investir le Bauwhaus studio (notez le jeu de mot) de Attie Bauw, Century Media leur accorde même le privilège d’un mastering au Abbey Road Studio (excusez du peu!).
Niveau artwork aussi la révolution est en marche avec une ambiance « conquête de l’espace » symbolisée par des cosmonautes à l’arrière et un étrange télescope (l’histoire ne dit pas si c’est celui de Kevin) à l’avant sur un fond jaune criard. Singulier et surprenant.

La différence au niveau de la production est saisissante, une clarté (presque une pureté) émane de chaque instrument, l’atmosphère aérienne de Frail captive d’entrée, un habile titre d’introduction guidé par la voix éthérée de la belle. Great Ocean Road marque le véritable départ du disque avec l’apparition de guitares saturées, mais qui servent davantage à soutenir les ambiances que de ligne directrice, un titre entêtant avec quelques petits samples mécaniques non sans rappeler Radiohead, une référence d’ailleurs ouvertement citée par le groupe.
L’aspect plaintif de Nighttime Birds s’est atténué au profit de rythmes hypnotiques et d’une musique à la fois subtile et épurée, sans chichis Gothic, à l’image du superbe The Big Sleep. Bien sûr une fois de plus, les compositions sont taillées sur mesure pour Anneke, qui semble désormais au sommet de son art, moins spontanée que sur Mandylion mais encore plus émotionnelle, notamment sur le mélancolique Rescue Me.

Précision importante : How to Measure a Planet ? est un double album de plus d’une heure et demie, ce genre de projet ambitieux peut être risqué, on voit nombre de groupes proposer des pavés indigestes auxquels on aurait mieux fait de retirer la moitié des titres. Heureusement ce cinquième album est tout sauf une pièce artificiellement gonflée, chaque chanson a sa place et le concept global n’est pas prétentieux comme cela peut être le cas dans ce genre d’exercice. Les esprits chagrins objecteront tout de même que les vingt-huit minutes de l’instrumentale éponyme finale n’étaient peut-être pas nécessaires…

Red is a Slow Colour est peut-être la pièce se rapprochant le plus du The Gathering de Mandylion / Nighttime Birds, rappelant le titre Confusion. A l’opposé Liberty Bell est représentatif du nouvel état d’esprit, avec un riffing Rock littéralement façon U2 et un chant plus Pop de Anneke qui maîtrise désormais tous les registres, un morceau dynamique et positif qui fait figure de single de l’album. On signalera également le gros travail aux percussions de Hans Rutten sur Marooned.
Après le long Travel sur lequel les guitares interviennent peu mais efficacement et un final épique taillé sur mesure pour miss van Giersbergen, le second disque est plus atmosphérique, plus introspectif, même si la ligne directrice reste la même.
Il est important de signaler que les deux seuls titres composés par Anneke (Locked Away et My Electricity) n’ont pas à rougir face à ceux de René Rutten, comme quoi la chanteuse / frontwoman charismatique peut aussi se transformer en compositrice talentueuse. Probably Built in the Fifties est sans doute le seul titre à headbang (et encore, on ne se décrochera pas une vertèbre…) de l’album, surtout avec le riff récurrent de fin.

Reste l’OVNI final, cette instrumentale de près d’une demi-heure. Cette intro psychédélique interminable, les envolées de guitares (rares sur ce disque), le chant lointain de Anneke tel l’appel des sirènes, les longues plages atmosphériques, les samples hypnotiques, une bien belle pièce, y compris les oppressantes 14 minutes bruitistes / ritualistes finales.

Qui aurait pu imaginer à la sortie de Always en 1992 qu’un honnête groupe de Doom / Death allait par la suite impressionner le monde grâce à un disque mélangeant allègrement Metal atmosphérique avec des références telles que Dead Can Dance, Sisters Of Mercy et Radiohead ? Qui aurait pu croire à la sortie d’un Almost a Dance, fait de bric et de broc en 1994, que The Gathering allait devenir quatre ans plus tard l’un des groupes les plus populaires qui réunirait d’innombrables fans à l’intérieur mais aussi en dehors de la sphère Metal ? Et pourtant ils l’ont fait !
Bien que le succès commercial de How to Measure a Planet ? soit un cran en-dessous de Mandylion, les Bataves proposent là un album géant, réussissant le tour de force d’ajouter un second chef-d’œuvre à leur discographie.

BG




8 Commentaires
Commentaire
18 / 20
    ZoSKiA, Samedi 28 Juillet 2007 parlez-en à vos amis  
Pour tout fan de musique atmosphérique cet album est pour vous!!

The Gathering nous livre là une petite perle aux multiples influences qui vont changer par la suite, certes, mais bien présentes ici.

Dés les premières notes, la musique nous transporte, le son est plus clair que sur les précédents opus du groupe, mais les compos sont plus mûres et plus planantes. Déjà une nouvelle orientation commençait à se faire sentir.

Chaque titre possède son lot d'émotions et sa personnalité, de la chanson posée atmosphérique "Frail" à la chanson purement rock "Liberty Bell". Le groupe nous fait comprendre qu'il ne sont pas seulement de petits minets (et minette) qui font "du metal atmo". Non, non, ils composent et se font plaisir.

L'ensemble de l'album est cohérent et les chansons s'enchaînent à une allure incroyable pour notre grand bonheur. Le genre de galette que l'on peut écouter tranquillement en fond pour se relaxer... Vous ne verrez pas le temps passer, enchanté par la voix angélique de la petite Anneke que l'on sent plus sûre d'elle au fur et à mesure des albums.

En conclusion, un album du groupe à posséder d'urgence et pour les fans ou collectionneurs, une version deux CD est disponible avec pas moins de 5 titres qui se fondent parfaitement au reste.




0 Commentaire
Commentaire
    zde_free, Vendredi 20 Mars 2009 parlez-en à vos amis  
L'album du changement pour The Gathering, celui qui annonce ce que va devenir progressivement leur musique dans les années à venir.

Autant le dire tout de suite, c'est un incontournable. La musique est très atmosphérique, planante, belle, rarement pêchue (Liberty Bell) et est totalement axée autour de LA voix de Anneke Van Giersbergen. Il n'y a qu'à écouter Travel pour se rendre compte qu'on n'a jamais entendu aussi belle voix. Elle n'est certainement pas la meilleure chanteuse qu'on ait entendue (je parle de la technique uniquement), mais elle n'a pas son pareil pour transmettre les émotions.
Néanmoins, Anneke n'a pas fait l'album toute seule, et les compos font beaucoup plus que tenir la route.

Des envolées lyriques de Great Ocean Road, Red Is A slow Colour, ou encore Travel, des titres plus directs (Marooned, Illuminating...) ou le (très) long titre éponyme, How To Measure A Planet sont tout bonnement des chefs d'oeuvre d'inspiration. Cela reste un album de Metal, même s'il est parfois lointain, contrairement à certains albums suivants, Souvenirs en particulier.
A noter que certains titres sont encore plus mis en valeur dans le Live Superheat (Probably Built In The Fifties notamment). Toute la discographie du groupe est à posséder, de toute façon.

Ce n'est pas très objectif, mais qui a dit qu'une chronique devait l'être ? J'aime cet album, et tout ceux qui y ont prêté une oreille (je n'ai pas de metalleux dans mon entourage, je précise) ont définitivement succombé.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :