Profane

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Svart Crown
Nom de l'album Profane
Type Album
Date de parution 22 Avril 2013
Produit par Caste Francis
Enregistré à Studio Saint Marthe
Style MusicalBlack Death
Membres possèdant cet album55

Tracklist

1.
 Manifestatio Symptoms
 01:30
2.
 Genesis Architect
 05:04
3.
 Intern. Virus. Human
 04:41
4.
 In Utero: A Place of Hatred and Threat
 05:05
5.
 Until the Last Breath
 04:55
6.
 Profane
 04:41
7.
 The Therapy of Flesh
 06:13
8.
 Venomous Ritual
 03:39
9.
 Ascetic Purification
 02:13
10.
 Revelation: Down Here Stillborn
 05:15

Durée totale : 43:16


Chronique @ Darksaucisse

04 Fevrier 2016

Svart Crown passe avec brio le cap du troisième album avec ce Profane malsain et prenant !

Svart Crown groupe de death black français originaire de la région niçoise et ayant déjà sorti deux albums : Ages of Decay en 2008 qui proposait un death aux relents black et Witnessing the Fall en 2010, dans la même veine que son prédécesseur, mais accentuant le coté sombre et brutal, au risque toutefois de manquer d'originalité et de rester encore un peu trop attaché à certaines influences (Behemoth beaucoup, Immolation un peu) sans en atteindre la qualité, nous revient 3 ans après la sortie de ce second opus avec Profane, à la pochette aussi malsaine que son contenu !
Ainsi donc, troisième méfaits des français, Profane se veut plus mature, avec des compositions aux structures plus complexes, alternant entre passages brutaux et passages plus lourds et pesants, le tout dans une ambiance sombre et malsaine à l'image de l'artwork sur lequel figure une esquisse de femme enceinte, nue, se tenant le ventre (à l'aspect nécrosé), le regard vide et oppressant ! Certaines influences ressortent néanmoins toujours un peu, l'ombre de Behemoth rode toujours et à cela s'ajoute celle de Deathspell Omega dans les parties les plus dissonantes... D'autant que niveau production, on n’est pas loin des prod' en béton de la scène polonaise, avec un son lourd, puissant et très clair !

L'album mélange savamment death et black, plus encore que sur le précédent opus en y ajoutant une atmosphère malsaine, oppressante même par moments à l'image du morceau In Utero : A Place of Hatred and Threat démarrant sur une introduction glauque et malsaine avec cette voix de femme paniquée, terrifiée avant le déferlement de violence qui s'ensuit ! Et en parlant d'intro, celle de l'album Manifestatio : Symptoms est des plus réussis avec sa lourdeur et sa rythmique entêtante qui aurait d'ailleurs mérité d’être poussée plus encore pour en faire un véritable morceau ! Mais tant pis, l’enchaînement avec le très bon Genesis Architect s'établit à merveille avec un départ sur un riff dissonant, jouissif comme on les retrouvera un peu partout sur l'opus ! Intense et furieux, le titre se finit sur une rythmique répétitive et prenante poussant plus encore l'aura oppressante de l'album comme sur d'autres morceaux : In Utero une fois encore ou le final de Revelatio : Down Here Stillborn !

Les ambiances, véritables plus valus de l'album sont diablement bien développées ! Si on le trouvera moins direct que son prédécesseur et donc perdant par moment en efficacité, ce qu'il perd en brutalité, il le gagne en intensité ! Écoutez donc Until the Last Breath avec son départ tout en lourdeur, à la fois calme et rampant, qui monte lentement en puissance avant de vous péter à la tronche ! Les parties brutales moins nombreuses sont ici plus intenses, plus violentes ! Et le morceau Intern. Virus. Human. ne démérite pas non plus de ce point de vue là !

Et ce Profane n'en oublie pas d'incorporer quelques mélodies, disséminées à droite à gauche de façon parfois subtiles comme sur Genesis Architect, Profane ou Until the Last Breath ! Ah et quand je dis mélodies, je ne parle pas de quelconques mélodies mielleuses mais de mélodies sales et dissonantes afin de coller au propos de l'album : le morceau éponyme en est d'ailleurs peut être le meilleur exemple avec sa ligne mélodique couplée aux vocaux de JB dans la partie centrale ! Tiens et parlons-en du chant ! JB, crache ses tripes et hurle sa haine de sa voix éraillée, sale et rocailleuse, bien plus maîtrisée que sur le premier album Ages of Decay et participe grandement à l'ambiance malsaine de l'album. Il se surpasse même largement sur In Utero (le morceau de l'album en ce qui me concerne) ! D'ailleurs, ceux qui connaisse le premier album auront sans doute remarqué le clin d’œil au morceau The Deadly March avec le riff de In Utero à 2,23min, repris de ce titre !

Évidemment, cet album n'est pas parfait et quelques petites faiblesses pourront être relevées à droite à gauche comme l’enchaînement de l'instrumental Venomous Ritual qui, comme son nom l'indique pose une ambiance ritualiste, sans grande originalité (mais ça ne dénature pas trop dans l'ambiance de l'album) et de Ascetic Purification brutal, énervé et de courte durée, qui à eux deux n'auraient pu faire qu'un, afin de ressortir un peu plus du lot... Ascetic Purification passant bizarrement relativement inaperçus malgré sa brutalité... Enfin cela dit ils restent tout de même de bonnes factures ! De même, malgré un gain d'identité et une maturité plus affirmée, le groupe reste encore influencé par des groupes tels que Behemoth...

Svart Crown passe donc ici avec brio le cap redouté, parfois fatidique du troisième album avec ce Profane malsain et prenant, plus mature, complet et intense que les précédentes réalisations, et qui nécessitera plusieurs écoutes pour le digérer comme il se doit et en capter toutes les subtilités ! Reste alors plus qu'au groupe à se détacher plus encore de certaines influences toujours bien ancrées dans leur musique afin de nous offrir qui sait un quatrième opus encore meilleur...

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
LeMoustre - 04 Fevrier 2016: Absolument d'accord avec toi sur ton analyse de ce disque. je lui préfère son prédécesseur, plus brut, mais c'est purement subjectif. Beau papier pour un groupe carré et très efficace sur scène, qui plus est avec un certain charisme.
Darksaucisse - 04 Fevrier 2016: Merci pour le retour ! Ça fait plaisir venant d'un habitué des chros de qualités !
Pour le précédent je pense que c'est justement ce côté plus brut qui ne m'a pas aidé à accrocher et du coup à en ressortir quelque chose de particulier, si ce n'est cette brutalité plus accrue...
Et oui, en live le groupe est impec' !
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Svart Crown


Autres albums populaires en Black Death