The Art of Rebellion

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Suicidal Tendencies
Nom de l'album The Art of Rebellion
Type Album
Date de parution Juin 1992
Labels Epic Records
Style MusicalCrossover
Membres possèdant cet album315

Tracklist

1. Can't Stop 06:38
2. Accept My Sacrifice 03:28
3. Nobody Hears 05:32
4. Tap into the Power 03:41
5. Monopoly on Sorrow 05:10
6. We Call This Mutha Revenge 04:48
7. I Wasn't Meant to Feel This 07:05
8. Gotta Kill Captain Stupid 03:59
9. I'll Hate You Better 04:16
10. Which Way to Free ? 04:26
11. It's Going Down 04:26
12. Where's the Truth 04:13
Total playing time 57:42

Acheter cet album

Suicidal Tendencies


Chronique @ Lamikawet

08 Novembre 2012

Un album d'une grande richesse

Que pouvait donc proposer Suicidal Tendencies après un Lights...Camera...Revolutions d'anthologie ? Le groupe avait toujours l'habitude de franchir un cap album après album avec un talent qui frisait l'insolence.

L'année 1991 avait vu naître Infectious Grooves, projet fusion qui, dixit Mike Muir, permettait à son groupe d'évacuer les éléments funk de sa musique, histoire de "recentrer" les choses.

The Art of Rebellion, enregistré en 1992 à Los Angeles (pendant les émeutes qui ont suivi l'affaire Rodney King), sort donc la même année et se montre assez surprenant à bien des égards. Il est à noter que c'est le premier opus sans le batteur RJ Herrera, remplacé ici par Josh Freese, talentueux requin de studio.

Dès le titre d'ouverture, "Can't Stop", on remarque que la production est plus moderne, assez massive mais également limpide, mettant bien en valeur chaque instrument.
Musicalement, ce titre montre un nouveau mode d'expression chez Suicidal. Le rythme se veut moins soutenu que par le passé, la rage du groupe est ici plus contenue, moins explosive.
L'approche est beaucoup plus mélodique que sur les opus précédents, impression renforcée par le chant de Mike Muir qui livre peut-être sur cet album sa meilleure prestation vocale.

Mais le plus étonnant est l'apport d'influences musicales très diverses et inhabituelles dans le propos de S.T.
Si certains titres, dans la forme, demeurent plutôt classiques (We call this Mutha Revenge, Gotta Kill Captain Stupid), d'autres s'avéreront plus déroutants pour les fans hardcore malgré une qualité certaine.
C'est ainsi que l'on a droit à des chansons ayant des influences pop/rock (Accept my Sacrifice, Tap into the Power, It's Going Down), d'autres assez entraînants (Where's the Truth, le groovy Which Way to Free ?) et deux ballades : Nobody Hears et Asleep at the Wheel.
Si la première, assez classique, pourrait être comparée à How Will I Laugh Tomorrow dans la forme, la seconde présente des teintes très 70's, limite psychédéliques, pour un résultat tout simplement magnifique (et quel solo de basse !).
De même, un titre comme "Monopoly on Sorrow" mérite au moins une écoute : il démarre en semi-acoustique pour finir sur la fin quasiment thrash.

C'est d'ailleurs la grande qualité de The Art of Rebellion : malgré l'apparente accessibilité de ses titres, ceux-ci sont plutôt fouillés et très travaillés; on découvre toujours quelque chose au fil des écoutes.

Pour ce qui est des musiciens, ceux-ci sont (comme d'habitude) extrêmement talentueux et techniquement irréprochables.
Les rythmiques de Mike Clark se montrent toujours efficaces; les interventions de Rocky George restent magnifiques en termes de mélodie et de virtuosité (on ne vantera d'ailleurs jamais assez les qualités de ce guitariste) et Robert Trujillo démontre sur cet album qu'il est un bassiste d'exception (en particulier sur le susnommé "Asleep at the Wheel").
Quant à Josh Freese, s'il est moins 'frontal' que son prédécesseur, il apporte un groove certain sur la plupart des titres avec un jeu très riche dans l'utilisation des toms et du charleston.

En conclusion, disons qu'avec cet album, Suicidal Tendencies a voulu s'affranchir des règles établies en mêlant des styles à priori incongrus avec son crossover.
Le résultat est un album très riche, inspiré et qui, 20 ans après, n'a pas pris une ride.
Certes, le propos est moins rageur que sur ses prédécesseurs (reproche principal de la part des fans hardcore) mais The Art of Rebellion est un album d'une grande richesse, un monument d'ouverture et de musicalité.

A (re)découvrir d'urgence !!!
18/20


9 Commentaires

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

krashno - 09 Novembre 2012: @Lochness, ton com m'a bien fait rire! Tu payes peut être aujourd'hui ce que tu as fait subir à tes parents avec ton métal;) ... Je ne me moque pas, mon tour viendra! J'ai beaucoup aimé cet album de ST, avec un petit faible pour Nobody Hears, Monopoly On Sorrow dont j'avais une version française (monopole des sanglots) qui était très sympa. Belle chronique qui me donne le sourire en repensant à ma lointaine année de terminal!
samolice - 10 Novembre 2012: Merci pour la chronique Lamikawet.

L'album passe justement en boucle dans ma voiture depuis une quinzaine de jours.
Je suis en tous points d'accord avec ton ressenti, notamment sur deux choses :
le chant parfait de Muir et la production qui est remarquable.
Et merci également à Krashno de m'avoir remis en mémoire la version francaise de "Monopoly on Sorrow" avec l'hillarant accent franglais de Muir. Je n'arrive plus à me souvenir où j'ai entendu cette version (maxi? bonus?).
krashno - 12 Novembre 2012: @ Samolice, Oui, c'est vrai qu'il y avait un petit côté décalé et comique bien involontaire! La première fois que je l'ai entendue, je ne me suis pas rendu compte qu'il chantait en français! J'ai simplement capté un timide " n'a pas le monopole des sanglots". Sinon, cette version était sur un maxi je crois...
lochness - 06 Décembre 2012: héhé!! bien sur que ton tour viendra Krashno!! que du bonheur les enfants!! et vive skyrock!!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Suicidal Tendencies


Autres albums populaires en Crossover