PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Death Gothique Septicflesh Ophidian Wheel
Album, date de parution : 1997 - Season Of Mist / Holy Records
Style: Death Gothique
1 2

NOTE : 17/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issue in 2013 by Season Of Mist with 3 bonustracks a new artwork
1. The Future Belongs to the Brave 06:10
2. The Ophidian Wheel 05:17
3. Phallic Litanies 05:53
4. Razor Blades of Guilt 04:59
5. Tartarus 03:34
6. On the Topmost Step of the Earth 06:40
7. Microcosmos 01:32
8. Geometry in Static 05:23
9. Shamanic Rite 05:14
10. Heaven Below 05:41
11. Enchantment 00:49
Bonustracks (Re-Issue 2013)
12. The Ophidian Wheel (Unreleased Mix) 05:17
13. Phallic Litanies (Unreleased Mix) 05:53
14. On the Topmost Step of the Earth (Unreleased Mix) 06:39
Total playing time 51:12

modifier l'album  imprimer cet article
217 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent
72 avis 1 17/20
Chronique
17 / 20
    BEERGRINDER, Dimanche 02 Mai 2010 parlez-en à vos amis  
Découvert et lancé par Philippe Courtois et Holy Records, Septic Flesh s’est érigé en fer de lance du si particulier Death Metal grec en compagnie de Nightfall au milieu des 90’s. Le génial Esoptron avait confirmé tout le potentiel aperçu sur Mystic Places of Dawn et apporté une notoriété méritée dans l’underground au groupe emmené par Spiros Antoniou. Cette fois le duo se voit renforcé par un second guitariste Christos, qui n’est autre que le frère de Spiros, ainsi que du sessioniste Costas (Nightfall) à la batterie pour mettre en boite ce troisième full lenght au Praxis studio. Ainsi naquit Ophidian Wheel (1997), deuxième chef d’œuvre des helléniques, pas le dernier…

Comme l’album précédent, le concept de ce troisième opus est centré sur l’antiquité et le savoir ancestral de la civilisation grecque, mais en allant plus loin : Ophidian Wheel opère dans l’universalité à l’image de cette étrange pochette cosmique signée une fois de plus Spiros himself. The Future Belongs to the Brave débute sur les mêmes bases qu’Esoptron : un Death Metal simultanément subtil, mélodique, puissant et avec un côté mélancolique sous-jacent, sorte de croisement improbable entre Brutality et Katatonia. On apprécie le bon travail de Lambros Sfuris sur la production, compacte mais pas trop, donnant un côté imposant à leur musique.
Seulement le trio nous a réservé une surprise dans ses bagages, l’autoproclamée « Horde of the Dreamlord Write » a embauché la soprano Natalie Rassoulis pour placer son magnifique chant lumineux qui tranche judicieusement avec le guttural de Spiros « Dragon voice » Antoniou. Mais là où des jeunes écervelés auraient profité de l’aubaine pour truffer le disque de chant lyrique, Septic Flesh utilise les talents de la jeune femme avec parcimonie, renforçant d’autant plus son impact lors des apparitions. Qu’elles soient apposées au chant clair de Sotiris sur l’atmosphérique Phallic Litanies, sur les passages épisodiques du puissant The Future Belongs to the Brave ou avec son superbe solo sur Geometry in Static, les interventions de Natalie sont toujours judicieuses et remarquées.
La présence de la chanteuse classique apporte une différentiation intéressante avec le disque précédent, toutefois c’est loin d’être le seul atout de Ophidian Wheel. Sotiris (maître de conférence en histoire dans la vie) est vraiment un compositeur d’exception qui sait donner une âme à sa musique, notamment sur The Ophidian Wheel, titre éponyme très Heavy dans la construction, et appuyé par ce diable de Spiros dont le chant a quelque chose de grandiose et calmerait la majorité des growleurs brutal Death.

Malgré une facette nostalgique omniprésente, Septic Flesh sait parfaitement doser entre brutalité et élégance, le morceau le plus direct de l’album Razor Blades of Guilt (le seul composé par Spiros) symbolise bien cette dualité avec un départ très violent et une suite beaucoup plus pesante et atmosphérique à la moelle très Doom. L’homogénéité du concept doit aussi aux arrangements et interludes parfois bizarres, comme Tartarus aux allures d’un opéra reprenant un classique de la tragédie grecque…
Le morceau le plus fantastique de la galette, celui qui représente la quintessence du style de Septic Flesh est sans conteste Geometry in Static liant riffs mélancoliques et blast-beat avec une facilité déconcertante. Septic Flesh c’est l’art d’allier les extrêmes : la voix de grizzli de Spiros avec celle fine et cristalline (elle est si bonne…) de Natalie, et bien entendu la furie Death Metal avec l’art ancien et le savoir de sages. Le côté solennel de la musique de Septic Flesh atteint son apogée sur Shamanic Rites, sorte de rituel hypnotique rythmé par les guitares tantôt délicates tantôt tranchantes de la paire Spiros / Christos et par les incantations de Natalie et Sotiris entraînés dans une transe de savoir et de sagesse.

Ophidian Wheel confirme ainsi brillamment le fabuleux Esoptron avec un disque du même acabit et même un chouia plus abouti, montrant la singularité et l’inspiration de la scène grecque. Même en ces mornes années pour le Death Metal, quelques combos étaient toujours là pour faire avancer le style, et le mener vers des terrains encore inexplorés :
« The Future Belongs to the Brave », oui et Septic Flesh fait assurément partie de ceux là.

BG




4 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Metal your head !’ Contact - Liens
Follow us :