Ghost

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Scarlean
Nom de l'album Ghost
Type Album
Date de parution 01 Janvier 2016
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1. Prelude 01:30
2. Am I This One 05:20
3. Need no Refrain 04:10
4. Between the Line 05:30
5. Miracle Lovers 04:15
6. Get Away from Me 04:30
7. Under a Boring Rain 05:36
8. Lifetime 04:54
9. It Makes Me Mad 04:55
10. Try Like Everyone Tries 03:58
11. Forsaken by Love 04:56
12. Tales for the Fool 06:00
13. Get Away from Me (acoustic live session) 05:02
Total playing time 1:00:38

Chronique @ LostPhoenix

06 Mai 2016

Une musique claire et puissante, obscure et poignante.

Après un premier EP (démo de sept titres) sorti en 2013, nos jeunes Français de Scarlean reviennent avec « Ghost » en ce début d'année 2016. Pour ce premier album fort de treize titres, seuls les membres fondateurs, Alex (chant) et Geo (guitare) restent pour former le cœur du groupe, autour duquel viennent s'attacher Arnaud (guitare) et Sylvain (batterie). Mais aussi Jay (Basse), avec qui ils créent un studio d'enregistrement pour faciliter la production de leur musique aux inspirations très diversifiées.

« Prélude » est l'entrée dans ce monde empli de brumes noires et d'ombres blanches. Les notes d'un instrument qui plane entre violon et violoncelle entament le voyage, rythmées par un tambour et des percussions sur une nappe synthétique. Mais voilà déjà que le doux sifflement d'une guitare annonce, dans une continuité parfaite, la première rythmique de « Am I This One ». L'attaque du feu caché par les volutes de fumée va vous prendre à la gorge sans détour. Ce titre nous annonce que Scarlean a trouvé, dans ce méandre, son style, et leur schéma narratif reprit sur plusieurs titres : une guitare puissante qui attaque d'entrée de jeu, puis à l'arrivée du chant, le calme s'installe, et la tempête reprend de plus belle sur une mer déchaînée. « Between The Line » est également caractéristique de cette musique et démontre que les textes et les nuances ont une grande importance dans ce monde où les variations vous jouent des surprises inattendues.

Des titres aux fortes influences de Korn dans le son et dans le flow du chant, jusqu'au micro orné de Metal aux pointes rutilantes. La voix plaignante et prégnante d'Alex imprime le désespoir dans les lyrics et la désillusion dans les paroles. Mais, quand il pousse plus loin vers les limites du growl, comme sur « Under a Boring Rain », le sombre plaisir est significatif. S'il ajoute cet effet strident récurrent, le malaise est bien là, dans cet univers où le noir du Ghost et le blanc des fumées ténébreuses s'agitent.
Mais le fantôme d'une existence perdue, soutenue par une imagerie à l'esthétisme dérangeant, c'est dans le titre phare et dans son clip que vous le trouverez. « Miracle Lovers » et son refrain imparable vous fera plonger des ces limbes qui séparent le gris d'une vie brisée et les mirages d'un trépas aux ombres dessinées sur ce mur de sons brouillés. « Get Away From Me » emprisonnera également votre discernement avec un air qui mettra à mal votre santé mentale.

On a bien là affaire à du Metal dans toute sa froideur et sa splendeur à la fois. A aucun moment la guitare est criarde. Au contraire, cette résonance très grave est dans les sillons des groupes actuels qui avance sur des fonds de sonorités modernes. Le son va vous enfoncer au plus profond de l'âme son empreinte chimérique. Mais attention, il ne s'agit pas de vous écraser avec quelque chose de lourd, mais plutôt de trouver le bon ton qui, au fil des titres, va permettre aux paroles de faire leur chemin dans les méandres brumeux de votre esprit. « Tales for the Fool » est de ces titres qui attaquent avec des guitares tournoyantes et puissantes, une section rythmique basse-batterie qui forment un tissu progressif, prenant et appuyant le chant clair obscur. Cette fois, les variations de tons font corps avec la voix qui passe par différents états ; chantée et très aérienne, puis les effets prennent le dessus pour donner ce quelque chose d'étrange, et repartir vers le flot agité du début. La tension de l'histoire est ici réellement portée à son paroxysme. Le groupe n'hésitera pas à utiliser des samples lourds et sombres comme sur « Try Like Everyone Tries » qui auront pour effet de faire ressortir la guitare aigüe de Geo dans un ensemble de notes captivantes.


Pour finir cette incursion, nous suivrons le chemin du cercle, qui coupe ce triangle au cœur géométrique et piquant, tournant comme un moment de désespoir incessant. « Lifetime » vous amènera à la source de la mélancolie. Tout en douceur, sans que vous ne sachiez pourquoi, l'émotion montera. C'est comme une sorte de malaise ou peut-être une prise de conscience de la noirceur de votre vie, de l'aube de votre mort. Dans ce titre, pas de grosse guitare, point de rage, mais un texte et des arrangements qui vous serrent les entrailles. Si vous êtes curieux de comprendre pourquoi ce titre bouscule vos sentiments, les paroles seront peut-être le chemin de votre salut. Le dernier titre, reprise acoustique de « Get Away From Me », moins ancré dans la sensibilité, fera également son effet. La batterie remplacée ici par des percussions permettent de souligner le travail d'orfèvrerie du batteur tout au long de l'album. En live, sa technique le place véritablement au centre du spectacle. Sans aller jusqu'au chef d'orchestre, son professionnalisme en fait cette colonne d'onyx qui guide la fumée blanche dans les limbes du son orageux de Scarlean.

La production, que l'on pourrait trouver un peu lisse aux premières écoutes, s'avère vraiment excellente. Les différentes nappes rendent l'oeuvre accessible à toutes les oreilles. Le rendu des guitares qui plaquent leurs riffs et leurs accords, la batterie qui vous guide exactement là où elle veut vous amener, et le chant qui, à chaque moment, est un peu plus clair ou bien plus foncé. Certains diront que c'est légèrement en-dessous de ce qui aurait pu être une vague frontale destructrice. Mais un sentiment profond nous laisserait penser que la volonté de s'insinuer plus que de choquer est le but recherché. Par contre, ne vous méprenez pas pour autant. L'intensité des instruments à cordes avancée en live renverse largement la balance en alignant une force qui pénétrera au plus profond de vos tripes. Un univers tout en noir et blanc à l'image de textes profonds. Une musique claire et puissante, obscure et poignante.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Scarlean


Autres albums populaires en Metal Progressif