I.N.R.I

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Sarcófago
Nom de l'album I.N.R.I
Type Album
Date de parution Juillet 1987
Style MusicalBlack Thrash
Membres possèdant cet album183

Tracklist

Re-Issue in 1992 by Cogumelo Records on CD with 2 bonustracks
Re-Issue in 1999 by Pavement Music with a different artwork and 2 bonustracks
Re-Issue in 2002 by Cogumelo Records with 6 bonustracks
Re-Issue in 2013 by Greyhaze Records on vinyl
1. Satanic Lust 03:09
2. Desecration of Virgin 01:58
3. Nightmare 05:38
4. I.N.R.I. 02:06
5. Christ's Death 03:35
6. Satanas 02:04
7. Ready to Fuck 03:26
8. Deathrash 01:35
9. The Last Slaughter 04:37
Total playing time 28:08
Bonustracks (Re-Issue 1992 & 1999)
10. Recrucify 02:27
11. The Black Vomit 02:23
Bonustracks (Re-Issue 2002)
10. Recrucify 02:29
11. The Black Vomit 02:23
12. Satanas (Demo Version) 02:02
13. Nightmare (Live in Argentina) 06:05
14. The Black Vomit (Live in Argentina) 02:22
15. Satanas (Live in Argentina) 02:03
Total playing time 45:32

Chronique @ Arawn

27 Octobre 2005
S’il fallait résumer en un seul mot ce premier album de Sarcofago, l’un des groupes les plus anciens et les plus connus de la scène extrême brésilienne, je choisirai sans nul doute le mot « bestial », tant pour sa sauvage brutalité que pour son côté « possédé par la Bête ».

Inri est très représentatif de cette époque troublée mais oh combien productive de la fin des années 90 où les mouvements black et death prennent leur essor et s’interpénètrent avec le mouvement thrash déjà plus affirmés pour donner naissance à des groupes comme Sarcofago aux multiples influences. En effet, si Inri débute avec « Satanic Lust » par un riff typiquement thrash, c’est pour mieux nous asséner 40 secondes plus tard un violent grind de batterie supportée par une voix death sépulcrale et nous plonger dans une atmosphère de death brutal à la limite du grind death. Cette voix ne tarde pas à se changer en une voix black pour achever de nous perdre alors qu’éclate un solo de guitare cataclysmique digne d’un Trey Azagthoth déchaîné. Et les choses sont loin de se calmer au fil de l’album avec « Desecration of Virgin », « Deaththrash » ou « INRI » dont la brutalité n’a d’égale que leur efficacité et leur brièveté et où le grind de batterie est le rythme de croisière pendant que la guitare est loin d’apaiser les choses. Sarcofago n’est pas la pour faire dans la dentelle, qu’on se le dise, et les ennemis de la violence brute ferait mieux de passer leur chemin !

Mais on ne peut limiter Inri à ce côté brutal à l’influence punk incontestable. En effet Sacrofago y distille une noirceur qui montre déjà une digestion des premières influences black metal provenant entre autre de Venom et Bathory et cela de deux façon. D’abord Sarcofago utilise un vaste panel de vocaux allant du cri sépulcral inhumain proche du rugissement aux hurlements déchirants de damnés sans hésiter également à les superposer pour créer des ambiances particulièrement sombre et inhumaines qu’on retrouve également dans leur titre d’ambiance « Recrucify » mais également dans des titres comme Christ’s Death. Ensuite, on retrouve également dans Inri des riffs soit aux consonances malsaines, soit possédant un côté répétitif lancinant typique du black metal comme dans « The Black Vomit », l’intro de « Nightmare » qui nous prend au tripe dès la première écoute ou la seconde partie de « Christ’s Death » montrant clairement l’influence de black metal.

Sans utiliser d’artifice de clavier, Sarcofago parvient à nous offrir un metal sombre mais surtout sauvage et déchaîné qui représenterait à merveille le déferlement sauvage et furieux des plus noires forces infernales de l’apocalypse. Inri est la personnification musicale de la furie satanique à l’état pure ! Oreille sensibles, s’abstenir.

3 Commentaires

9 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Miskatonic - 18 Octobre 2013: Du black thrash primaire et maléfique mélangeant death et grind dans un fourre tout diaboliquement yvôl !

Le travail sur les vocaux, très riche et varié, allant du guttural profond au cri aigu heavy, en passant par un chant éraillé, écorché, ou littéralement vomit, est impressionnant.

Culte et terriblement influent.
Impnaz100 - 05 Fevrier 2014: Je possedes la réedition sortie chez Greyhaze Records en 2002 avec en bonus la demo The Black Vomit et 3 piste live. Que dire de plus à part que ce disque est monstrueux avec ces effets sur la voix (le debut de Satanas!!) et cette batterie qui t'explose le crane sans s'arreter de blaster. L'intro Recrucify est à glasser le sang
PhuckingPhiphi - 10 Novembre 2015: Je ne sais pas si ça sert à quelque chose d'apporter une correction dix ans après la parution de ta chronique, mais je pense que tu parlais de la fin des années 80 et non de la fin des années 90 ;)

Pour le reste, je viens enfin de recevoir ce CD culte qui constituait un trou honteux dans ma discographie, je m'en vais donc le découvrir de ce pas !

Merci pour la kro.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Sarcófago


Autres albums populaires en Black Thrash