PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Metal Industriel Samael Passage
CD, date de parution : 19 Août 1996 - Century Media
Produit par : Sorychta Waldemar
Style: Metal Industriel
1 2

NOTE SOM : 16/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issue in 2007 by Century Media with 6 bonustracks.
1. Rain 04:00
2. Shining Kingdom 03:37
3. Angel's Decay 03:37
4. My Savior 04:08
5. Jupiterian Vibe 03:22
6. The Ones Who Came Before 03:42
7. Liquid Soul Dimension 03:41
8. Moonskin 03:56
9. Born Under Saturn 04:18
10. Chosen Race 04:07
11. A Man in Your Head 03:43
Bonustracks (Re-Issue 2007)
12. Exodus
13. Tribes of Cain
14. Son of Earth
15. Winter Solstice
16. Ceremony of Opposites
17. From Malkuth to Kether
Total playing time 42:11

modifier l'album  imprimer cet article
331 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €5,05
 buy
85 avis 3 17/20
Chronique
18 / 20
    Matai, Lundi 22 Mars 2010 parlez-en à vos amis  
L'ultime transition

En cette année 1996, qui aurait cru un jour que les blackeux de Samael changeraient d’orientation musicale après avoir sorti trois albums de black pur et dur...
On s’en était vaguement douté avec l’arrivée de l’EP « Rebellion », où les claviers commençaient à peine à prendre de l’importance, mais avec « Passage » c’est décidé : cet instrument fera partie de la musique.

« Passage » porte décidément bien son nom. C’est le Passage du groupe vers une musique plus sombre et mélodique, le Passage vers quelque chose de plus artistique et recherché, le Passage vers une orientation musicale un peu plus industrielle, le Passage vers une musique plus magistrale qu’elle ne l’a jamais été.
« Passage » peut aussi être une symbolique en rapport avec la lune, qui orne la pochette très cosmique de l’album : les différentes phases du satellite, passant d’une pleine lune à un croissant, ou une nouvelle lune, bref, encore des Passages…

Ceci dit, l’intégration de claviers pourrait signifier qu’un autre membre pourrait intégrer le combo, et bien pas du tout. Le groupe reste à trois, Vorph au chant et à la guitare, Mas à la basse, mais Xy, lui, se décharge, on peut dire, de sa batterie pour la remplacer par une boîte à rythme, afin de mieux prendre le contrôle de ses claviers. C’est que ça nous fait deux changements majeurs alors. J’avoue qu’à la première écoute, la batterie électronique peut faire un drôle d’effet, les battements partant un peu dans tous les sens ou étant un peu trop amplifiés. Mais au final on s’y fait et c’est ce qui fait, en partie, le charme de cet album.
En effet, cet opus a un charme fou, et c’est un euphémisme. « Passage » est si fort dans les compositions, les arrangements, les mélodies et harmonies, les parties agressives et sombres qu’on ne peut qu’être ensorcelé par cette musique limite apocalyptique, triste et froide.

Fort de son style imposant, « Passage » est en réalité une réelle descente dans un monde oppressant, grâce au chant si tranchant et grave de Vorph, aux riffs si percutants et accrocheurs de sa gratte, et aux claviers si omniprésents et imposants de Xy : piano, orgues, chœurs, etc. Oppressant par la noirceur de la musique entre autres, ce qui détonne tout de même avec la mélodicité qui s’en dégage. Un titre comme « Rain » est comme une invocation au déluge… pas vraiment un déluge d’eau mais de guitares enragées entre autres et de claviers si merveilleusement arrangés pour apporter un côté plus mystique. Une voix tantôt parlée, tantôt criée, et très charismatique dans les refrains.
Alors que « Moonskin » est l’exemple même du titre rempli de grâce, de fraîcheur mais aussi d’émotion, les vocaux de Vorph, extrêmes et mélodiques à la fois, apportant beaucoup à la chanson, ainsi que les guitares, grasses, et le clavier, indispensable (et ce refrain, si beau, si puissant…), « Angel’s Decay » est un vrai chef d’œuvre en matière de tristesse et d’anéantissement. Même si l’intro à la boîte à rythme est assez casse pied, l’ambiance faite aux claviers et au piano est envoutante et déconcertante : noire, pesante, surtout à la lecture des paroles, forte en signification (un homme racontant à son ami sa terrible tragédie…).

Ne dénigrant pas pour autant leurs origines, Samael peuvent aussi nous composer des titres aux structures black tels que « My Savior », assez rapide, où le chant a toute son importance, et où le tranchant de la guitare est plus mis en avant, ou « The Shining Kingdom », dans la même veine.

Bon je tiens à le signaler, pas d’amalgame ou d’incompréhension à l’écoute de « A Man in Your Head »… même si une des phrases du titre (ou dirais-je, LA phrase…) semble ambiguë (« Ein Volk, Ein Reich, Ein Führer »). Pas une propagande mais une façon de dénoncer une certaine oppression, notamment les voix qui s’insinuent dans les têtes des gens, les manipulant et les privant de leur liberté… et tout ceci soutenu par une musique assez sombre, avec en fond, des orgues et des chœurs, style impérial.

Un chef d’œuvre du genre, sans doute l’une des plus belles réussites de Samael. Leur musique, à cheval entre black, indus et sympho, ne passe vraiment pas inaperçue tant elle est difficile à décrire. Ces termes ne sont en effet pas suffisants, quelque chose d’autre se dégage de leurs compositions : le talent, le génie, la force novatrice d’un groupe qui ne cesse de nous impressionner. Ecouter « Passage » c’est comme commencer un voyager dans les méandres d’un univers décadent et terrible, dans les méandres d’un monde décimé par la tristesse, la torpeur, mais aussi l’espoir…




9 Commentaires
Chronique
16 / 20
    Paganwinter, Mardi 22 Juin 2010 parlez-en à vos amis  
Samael, dans son incontestable marche en avant vers le renouvellement, marque ici le premier gros tournant de sa carrière, le Passage, vers sa nouvelle identité, bien que celle-ci reste encore et toujours évolutive. Ledit Passage vers le Metal symphonique, voir électro, était annoncé timidement sur leur mini estampillé Rebellion, mais nul n’aurait alors envisagé le virage cinglant que le groupe allait négocier.

Il ne faudrait pourtant pas y voir une quelconque régression ou modernisation inutile aux œuvres du groupe, mais simplement un nouveau pas, et une nouvelle preuve que non seulement Samael se cherche systématiquement mais qu’ils réinventent quasiment l’eau tiède à chaque sortie. Cette fois-ci illustrée par l’insertion quasi-permanente de nappes de claviers et de Passage électro plus ou moins timide, si l’on ne tient pas compte des titres supplémentaires proposé en bonus sur la réédition, la révolution interne du groupe se veut parfaitement cohérente et cette fois-ci, on pourrait alors penser que le groupe a trouvé son credo.

Finis donc les instrumentalisations minimalistes propres au Black Metal Raw proposées à leur début, finis également les excellentes rythmiques d’usage sur Ceremony Of Opposities, là c’est par l’utilisation de riffs hachés, à forte tendance moderne, que Samael comble l’auditeur. Ambiance cosmique, gloire à notre satellite naturel et inspiration venant non pas des temps immémoriaux, mais qui semblent venir tout droit d’un futur marqué sous l’impulsion d’une certaine science fiction, vers l’esprit de la conquête de l’espace, l’exploration de l’inconnu. Le même genre de concept sera d’ailleurs repris, conceptuellement, par les non moins célèbres norvégiens d’Arcturus, quelques années plus tard.

Riffs parfois dissonants, parfois simple et rythmiques, percussions incisives et vocaux formidablement puissants, le tout sous le joug omniprésent des compositions aux claviers. Le clavier, parlons-en, utilisé de manière archi-polyvalente, nous dessert un nombre incalculable de mélodies et de tentatives d’approches baroques ou néo-spirituels, sans compter évidemment sur les apparitions de musique électronique, façon techno d’antan. Bref, si vous n’avez pas compris, Samael essaie un peu près tout, sans pour autant, ce qui constitue l’intérêt, tourné au ridicule ou lorgner vers la surenchère.

A force de persister, le groupe valaisan (eh oui, presque des voisins) remet une fois de plus l’ouvrage sur le métier et prouve qu’évolution ne rime aucunement avec précipitation et tentatives infructueuses, du moins dans leur cas, partiellement isolé, il faut le dire.

Ceci-dit, je ne suis pas forcément un adepte assidu de cet album, pour des raisons cette fois-ci de goûts, là ou tout est uniquement personnel. Etant pourtant ouvert d’esprit, je ne peut que saluer la performance du groupe et me réjouir de la suite, même si, à ce jour, tout est déjà écris.

Paganwinter




0 Commentaire
Commentaire
18 / 20
    Kivan, Jeudi 01 Janvier 2004 parlez-en à vos amis  
Cela faisait déjà pas mal de temps que je voulais vous parler de ce qui semble être le meilleur album de Samael à ce jour.
Samael fait une musique puissante et belle, mais complexe à décrire, sorte de metal apocalyptique qui pourrait s’apparenter à du black electro atmosphérique, juste histoire de donne une idée par rapport aux styles existants. Mais en fait ce genre de débat est puéril, car la musique de Samael sort de toutes catégories.
Elle est dotée de beaucoup de synthé, utilise une boite à rythme à la place d’une réelle batterie, sauf sur certains Passages, et un chanteur à la voix soit clair, soit un peu black…
Cependant, la force de Samael n’est pas dans cette énumération de caractéristiques, mais plutôt dans cette énergie, cette violence, cette haine qu’ils arrivent à communiquer à travers chacun de leurs titres, avec des crescendos et des accélérations tout en puissances, des mélodies très entraînantes, et Vorph (le chanteur) a ce timbre de voix si charismatique, si profond, si maîtrisé qu’il parvient parfaitement donner une âme, un caractère à chacun de ses titres.
En écoutant cet album, on ne peut s’empêcher de scander les refrains d’un poing rageur tant c’est magnifiquement orchestré !!!
Une œuvre incroyable, le chef d’œuvre de ce groupe, pour un style unique entre tous.




0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think different, think metal.’ Contact - Liens
Follow us :