Ceremony of Opposites

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Samael
Nom de l'album Ceremony of Opposites
Type Album
Date de parution 28 Fevrier 1994
Labels Century Media
Produit par Sorychta Waldemar
Enregistré à Woodhouse Studios
Style MusicalBlack Metal
Membres possèdant cet album312

Tracklist

Re-Issue in 2001 by Century Media with 5 bonustracks (taken from the EP "Rebellion") and a different cover.
1. Black Trip 03:19
2. Celebration of the Fourth 02:53
3. Son of Earth 03:58
4. 'Till We Meet Again 04:11
5. Mask of the Red Death 03:04
6. Baphomet's Throne 03:30
7. Flagellation 03:41
8. Crown 04:06
9. To Our Martyrs 02:37
10. Ceremony of Opposites 04:39
Bonustracks (Re-Issue 2001)
11. Rebellion
12. After the Sepulture (New Version)
13. I Love the Dead (Alice Cooper Cover)
14. Static Journey
15. Into the Pentagram (New Version)
Total playing time 35:58

Chronique @ eulmatt

28 Janvier 2009
1994, année d’effervescence. En Europe, l’agitation vient surtout de Scandinavie, depuis qu’une poignée de combos norvégiens a enfin réussi à faire décoller le black metal, qui végétait dans son antre obscure depuis dix ans, abandonné par ses leaders d’un temps, Bathory et Hellhammer/Celtic Frost.
Ces derniers sont d’ailleurs érigés en diaboliques inspirateurs par les vikings eux-mêmes ; pourtant, l’héritier légitime de Celtic Frost est bien suisse, et se nomme Samael. Renouant avec le fil que Tom Gabriel Warrior avait perdu quelque part dans les méandres de Into The Pandemonium, Samael a d’ailleurs devancé les Norvégiens dans la reconquête du black metal avec le remarquable Worship Him, enfonçant le clou par la suite sur Blood Ritual. Leur rôle déclencheur dans le renouveau du black metal, bien que trop souvent négligé, leur assure néanmoins une crédibilité et un statut à part dans ce microcosme.

Le troisième album de Samael, Ceremony of Opposites, déboule dans un contexte fondamentalement nouveau. Les standards du black metal sont désormais dictés par la Norvège. Mais les Suisses font preuve d’une indépendance artistique à toute épreuve, qui ne sera d’ailleurs jamais démentie au cours de leur carrière. Plutôt que de se raccrocher à cette nouvelle vague toute-puissante, Samael poursuit sa maturation musicale avec une cohérence bluffante. Toujours dans la lignée spirituelle de Celtic Frost, le groupe produit là une oeuvre marquante et décisive.

Le premier élément fondamental de Ceremony of Opposites est son aspect très aéré. Plus directe, plus épurée, la teneur musicale des compositions rompt assez nettement avec le black plus primitif de ses débuts. Continuellement joué sur un tempo lancinant, appuyé par de longues périodes de double pédale, le metal de Samael n’a rien perdu de son caractère solennel. Cependant, c’est au niveau des guitares que la transition est plus marquée. Au travers d’un son sous-accordé, très froid, les riffs ciselés et purs de Vorph contribuent au caractère plus étheré du disque. Il serait exagéré d’aller jusqu’à évoquer une teneur industrielle, mais dans la forme, Samael s’en rapproche fortement. Rajoutez à cela l’apport des claviers de Xy, qui oscillent au fil des titres entre des esquisses discrètes et parfois une présence de premier plan, ce qui permet à Samael d’accoucher de quelques morceaux imparables, au caractère monumental (Baphomet’s Throne et sa théâtralité impressionnante par exemple).
Malgré son évolution indéniable, l’oeuvre de Samael ne perd pas son identité. A ce niveau, la filiation avec Celtic Frost reste toujours aussi évidente. Les thématiques obscures, l’ambiance mêlant ésotérisme et incantation, incarnés dans les vocaux saisissants de Vorph, tout cet ensemble concourt au fait que Ceremony of Opposites ne fait pas d’infidélité notoire aux valeurs du black metal, du moins dans l’esprit.
La synthèse de Ceremony of Opposites est donc cet amalgame novateur, entre l’innovation musicale d’un metal dark/black/indus, froid, sombre et dépouillé, l’atmosphère solennelle et majestueuse qui se dégage des compositions, et la haine glaciale et détachée héritée de son passé black metal. Dix morceaux cohérents et compacts, superbement encadrés par les monumentaux Black Trip et Ceremony of Opposites. Une oeuvre unique dans le parcours des Suisses, qui est bien plus qu’un simple album de transition entre son black metal primitif des débuts et l’innovation électro assumée à partir de Passage. Il s’agit d’un coup de maître, redoutablement immersif derrière ses allures épurées, une forme d’équilibre idéal entre grandiloquence et austérité, puissance massive et inspirations aériennes.

D’ailleurs, c’est grâce à cet album que Samael prend l’envergure d’un groupe majeur. En effet, à l’époque le groupe reste associé au mouvement black en plein essor, et Ceremony of Opposites reste indiscutablement un des albums clés de cette année 94. On peut d’ailleurs s’amuser de cela, car il a fallu que ce soit au moment où les Suisses se démarquent notablement des standards black metal qu’ils en tirent vraiment bénéfice, tandis que l’apport de Worship Him reste encore à ce jour trop négligé. Néanmoins, le fait de profiter de cet élan ne fait pas tout.
Si la stature de Samael prend corps avec cet album, c’est aussi parce qu’il incarne une rupture et que sa puissance –dans tous les sens du terme – puise sa source dans un talent artistique immense, qui force le respect de nombre de metalheads depuis des années.

3 Commentaires

11 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
Eternalis - 28 Janvier 2009: Bravo pour ta chronique, j'aime beaucoup a façon d'écrire.
J'ai tant aimé ta chronique que tu m'as donné envie d'en faire une pour "Reign of light" (qui n'en avait pas réellement)!
Merci!
Eaque - 20 Avril 2011: "Plus directe, plus épurée, la teneur musicale des compositions rompt assez nettement avec le black plus primitif". J'ai un peu de mal avec cette phrase, dans le sens ou les 2 premiers etait encore plus épurés que celui ci, qui marque tout de même une belle evolution avec des riffs bien plus "originaux et complexes". Tu le note pourtant à la fin de ta chro également, alors j'ai du mal à comprendre...Enfin bon, toujours est il qu'il s'agit d'un excellent album, bien personnel et novateur comme dit dans cette bonne chronique également.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Samael


Autres albums populaires en Black Metal