PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Death Technique Quo Vadis (CAN) Defiant Imagination
CD, date de parution : 2004 - Distribution Fusion 3 / Skyscraper Music
Style: Death Technique

NOTE : 18/20
Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Silence Calls the Storm
2. In Contempt
3. Break the Cycle
4. Tunnel Effect (Element of the Ensemble IV)
5. To the Bitter End
6. In Articulo Mortis
7. Fate's Descent
8. Dead Man's Diary
9. Ego Intuo et Servo Te

modifier l'album  imprimer cet article
122 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 €88,95
 €27,66
50 avis 2 18/20
Commentaire
    Stench, Mercredi 31 Août 2005 parlez-en à vos amis  
Dans la pile de cds qui me restaient à écouter traînait celui d’un groupe parfaitement inconnu, et c’est d’abord la pochette qui a attiré mon attention. Énigmatique, impossible de définir quel style se cache sous cette illustration étrange. En feuilletant le booklet, je suis tombé sur l’information qui m’a convaincu d’écouter ce groupe de toute urgence : la basse est tenue par Steve DiGiorgio en personne ! Comme tout ce qu’il touche se transforme en or, et vu son CV impressionnant (Death, Sadus, Testament, etc.), l’erreur était impossible, ça devait être bon. Mais ça… la claque attendue s’est vite transformée en une paralysie complète : bouche bée, incapable du moindre mouvement, terrassé par ce qui parvenait à mes oreilles, je me sentais un peu comme un archéologue découvrant le graal. Il est presque impossible de décrire ce disque sans abuser des superlatifs ! Death métal lent ou mid tempo très mélodique pour la base solide de l’édifice, dans la lignée du « Symbolic » de Death, mais dont se dégagent une multitude d’influences, d’ingéniosités, de virtuosités, tant dans les solos que dans la mise en place. Un passage presque progressif en break central de « Silence calls the storm », une touche de clavier pour aérer un autre passage, des riffs techniques, d’autres mélodiques à foutre le frisson, des plans qui touchent au génie (les lignes enchanteresses de « Tunnel effect » par exemple), des audaces (l’intro de « break the circle », qu’un Satriani ne renierait pas, le duo violoncelle/piano de « In articulo mortis », la basse dans « Dead man’s diary » etc. !), bref, une foison de surprises, et surtout l’impression de découvrir une perle, sentiment que je n’avais plus ressenti depuis une bonne dizaine d’année. Un disque qu’il faut absolument écouter, en laissant de coté ses à priori, qu’on soit fan de death ou non, qui incarne tout ce qui me fait aimer le métal avec un grand M. Il y a peu je disais qu’il serait impossible de revivre les émotions provoquées par les découvertes de mes albums de chevet il y a vingt ans… je me suis trompé, et je remercie Quo Vadis de m’avoir fait à nouveau ressentir çà !




4 Commentaires
Commentaire
17 / 20
    Julien, Lundi 12 Septembre 2005 parlez-en à vos amis  
Quo Vadis ou comment le Death mélodique suédois rencontre la fougue canadienne. Et croyez moi ça fait mal très très mal. C’est le première fois que j’écoute un album du groupe mais après cette écoute je n’ai qu’une seule envie tout découvrir de ce groupe fantastique.

De prime abord, je me suis dit « tiens un disque perdu de Dark Tranquillity » tant le chanteur a le même timbre de voix que Mikael Stanne. Il faut reconnaître que si l’on tend pas l’oreille on dirait une super copie de DT. Mais voilà si vous avec l’ouïe fine, vous avez reconnu Monsieur Steve DiGiorgio à la basse et là ça change tout. Pour mémoire il a joué dans des groupes pas très connus comme Death, testament, Iced Earth entre autre. Au lieu de se contenter de doubler les notes afin de grossir le son, il fait un véritable chantier derrière donnant une profondeur incroyable à la musique.
La présence de breaks très calmes et mélodieux donnent du répit a l’auditeur. La présence d’une la basse au son très rond lors de ces breaks est vraiment savamment dosée et apaiserait les pleurs d’un nouveau né. Non, idée géniale d’avoir fait appelle à Steve…..
Comme je viens de vous le dire ce disque est tellement riche que l’écoute du disque en entier et même en boucle (j’avoue c’est ce que j’ai fait).

Donc foncez sur cette bombe atomique qui se doit de figurer sur votre étagère à CDs.

Un must du genre !!!!!!!!!!




1 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘metal beat.’ Contact - Liens
Follow us :