PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   
                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Liste des groupes Heavy Progressif Queensrÿche American Soldier
CD, date de parution : 31 Mars 2009 - Atco / Rhino Records

NOTE SOM : 11/20
Toutes les notes : 13/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
1. Sliver
2. Unafraid
3. Hundred Mile Stare
4. At 30,000 Ft.
5. A Dead Man's Words
6. The Killer
7. Middle of Hell
8. If I Were King
9. Man Down !
10. Remember Me
11. Home Again
12. The Voice

modifier l'album  imprimer cet article
74 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique Album précédent

 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
 buy
19 avis 2 13/20
Chronique
    Darklau, Samedi 04 Avril 2009 parlez-en à vos amis  
A dire vrai, Queensrÿche est une véritable institution, une référence en matière de Heavy Progressif et les années 80 ont été largement dominées par la bande de Geoff Tate et Chris De Garmo en ce qui concerne le secteur heavy prog.
"Toujours plus loin, toujours plus haut", telle aurait pu être leur devise en ces années bénies tant ces musiciens talentueux nous ont offert des heures magiques à la pelle et des sonorités innovantes à chaque album.

Quant est-il aujourd'hui ? Le génial guitariste et compositeur Chris De Garmo a quitté le groupe depuis longtemps. Et depuis, Queensrÿche a vogué de galère en galère, multipliant les échecs artistiques et commerciaux. Même l'ambitieux Operation Mindcrime deuxième du nom sorti en 2006 en a finalement déçu plus d'un. D'aucun s'attendait à l'époque à un sursaut d'orgueil de la part des génies qui avaient pondu le plus grand album concept de métal prog de tous les temps (Operation Mindcrime "premier du nom"). Malheureusement, tous avaient du déchanter. La redite n'était pas à la hauteur de l'original. L'inspiration n'était plus la même.

Queensrÿche n'avait donc pas le vent en poupe au moment de sortir ce nouvel album intitulé très patriotiquement American Soldier. En fait, qui les attendait encore au tournant ?
Même pas moi, je l'avoue.
La question que je me pose est la suivante : ce nouvel opus va-t-il suivre le même chemin que ses tristes prédécesseurs, c'est à dire : tout droit aux oubliettes ?
J'ai donc appuyé sur la touche play pour y répondre.

Le premier titre pourrait presque me faire douter. Même si le refrain est un peu ennuyeux, un riff de guitare intéressant vient faire remonter les enchères et me faire espérer quelque chose de meilleur pour cet album. Mais c'est à peu près tout ce qu'on peut en retenir.
Le deuxième titre "Unafraid" vient vite me gâcher le plaisir. Ici Queensrÿche s'éloigne bien trop loin du heavy metal et propose une sorte de pseudo métal atmosphérique expérimental qui ne fait pas dans le rythme cadencé malgré son refrain bien structuré.
"100 Mile Stare" continue sur la même lancée ou sur la même pente (descendante) oserais-je dire. On sent pourtant les efforts du groupe en matière de composition originale. Pour ça, on ne peut rien leur reprocher. Mais les amateurs de métal costaud passeront leur chemin. Queensrÿche a donc choisi une voie moderne résolument tournée vers le rock alternatif voire le pop rock légèrement teinté de Porcupine Tree à certains moments.
Après une intro un peu mollassonne, "Thousand FT" me remet un peu de joie métallique au cœur, avec des accords lorgnant vers les compositions de Empire. Mais tout cela semble un peu trop haché par des passages plus mous qui viennent freiner le bel élan des guitares. Finalement, le morceau n'arrive pas à décoller vraiment.
"Dead Man's World" n'a guère plus de poids que Unafraid et n'accroche pas plus mes oreilles déjà presque endormies.
The Killer ne tue personne non plus, malheureusement.
J'en viens alors à me dire que là, c’est la fin des haricots.
Mes oreilles n’attendent déjà plus la petite étincelle qui me fera bondir comme au bon vieux temps de The Warning ou Rage for Order. Je suis déjà blasé et dire cela à mi-album, ça sent mauvais pour la suite.
"Middle of Hell" est une ballade qui a l'air de se traîner tant la musique est langoureuse et poussive. Rien à voir avec un titre comme "Della Brown" sur Empire. Ce dernier avait quand même le don de faire naître mille et une images dans l'esprit de l'auditeur mais ici, plus rien. Le vide. Inquiétant.
En fait, presque tout l'album semble frappé du même mal : l'absence du pouvoir d'évocation. Et ce n'est pas "If I Were King" qui changera la donne. En fait, ce titre est bâti sur la même structure que Thousand FT. Donc même critique.
Et là, boum patatra, ENFIN, un vrai riff de nom de dieu de derrière les fagots. "Man Down" déboule de la meilleure façon qui soit. Il faut dire qu'après tout ce qui précède, c'était presque inespéré. Un beau solo digne de ce nom vient s'ajouter à un chant plus rageur et volontaire. Par tous les saints, pourquoi Queensrÿche n'a-t-il pas plutôt suivi cette voie-là pour composer son nouvel album !
Mais la pression retombe de nouveau sur Remember Me, Home Again et The Voice, et j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ces ritournelles poussives.

Evidemment, le groupe a évolué avec le temps. Album après album, il a construit un style propre et s'est éloigné de la musique de ses débuts.
La recherche d'ambiances semble devenue la priorité de ce groupe, quitte à faire un album presque exclusivement constitué de ballades atmosphériques parfois bien insipides. Bref, cet album manque cruellement de punch, la force de frappe qui avait fait le succès du groupe est bien révolue.
Il faudra faire avec, qu'on se le dise.

Là-dessus, je vais me repasser un petit "Revolution Calling"...




22 Commentaires
Spirit of Metal Webzine © 2003-2014 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :