Volition

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Protest The Hero
Nom de l'album Volition
Type Album
Date de parution 29 Octobre 2013
Labels Razor and Tie
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album27

Tracklist

1. Clarity 05:32
2. Drumhead Trial 04:28
3. Tilting Against Windmills 04:12
4. Without Prejudice 04:15
5. Yellow Teeth 04:08
6. Plato’s Tripartite 05:22
7. A Life Embossed 05:33
8. Mist 05:52
9. Underbite 03:45
10. Animal Bones 04:37
11. Skies 06:23
Total playing time 54:07

Chronique @ Eternalis

10 Novembre 2013

Après un très léger coup d’arrêt, ils repartent de plus belle dans leur marche en avant.

Découvrir un nouvel opus de Protest the Hero, c’est un peu comme plonger la tête dans les entrailles d’une formule mathématique initialement imbuvable et incompréhensible qui va prendre sens au fur et à mesure jusqu’à même devenir, pour les plus téméraires, complètement logique et cohérente.
C’est la découverte d’un nombre incroyable d’informations toutes les secondes, d’une complexité proche de la démence, de changements d’humeur aussi brutaux que constants, d’une beauté poétique insolente et d’une sensation d’assister à la naissance d’un élément nouveau à chaque minute.

Souvenez-vous en 2008, ces canadiens avaient sorti un "Fortress" amené à devenir rapidement culte dans le milieu du mathcore, d’une technicité totalement affolante avec des guitaristes complètement fous et un vocaliste allumé et génial en la présence de Rody Walker pouvant passer d’un growl death metal à un chant hurlé criard en passant par des intonations mélodiques d’une justesse mélodique incomparable. L’album a rapidement pris une renommée internationale et les canadiens ont enchainé les concerts pour promouvoir ce deuxième opus qui reste pour le moment leur plus gros carton commercial.
S’ensuivit un "Scurillous" attendu de tous mais passablement décevant car l’effet de surprise et l’engouement incroyable du précédent opus. Toujours aussi technique et incisif, l’album montrant moins d’inventivité et on revint très rapidement à un "Fortress" qui semblait déjà indépassable.

A l’heure de "Volition", il faut avouer que le groupe est à une période cruciale de sa carrière. Celle où il doit démontrer qu’il n’était pas le groupe d’un seul album, qu’il ne s’essouffle pas déjà et que sa créativité est encore présente. Force est d’admettre que les canadiens remportent le défi haut la main tant ce quatrième album dépasse de la tête et des épaules son prédécesseur, tout en évoluant sur de nombreux aspects musicaux pour proposer une nouvelle dimension à Protest the Hero. Définitivement plus mélodique tout en étant toujours très technique et complètement allumé, on remarque assez rapidement que le chant clair de Rody Walker s’est considérablement étoffé et qu’il abandonne progressivement son registre extrême afin de le réserver à d’infimes pulsions d’agressivité ne faisant que renforcer la brutalité de ces instants. Le changement de batteur ne semble pas avoir modifié les bases du combo puisque l’on reste toujours sur des bases très déstructurées, des dizaines de riffs différents par morceau et surtout des lead de guitare servant de mélodie comme s’il en pleuvait.

"Clarity" ouvre le bal avec grâce et fureur puisque le niveau technique est d’emblée orgasmique. La production n’a jamais été aussi claire et puissante, d’une infinie précision et d’une ampleur sans précédent. On le remarque déjà sur les quelques breaks atmosphériques où chaque instrument ressort avec une grande précision, tout comme les toms et la caisse claire de Mike Leradi qui profite d’une dimension impressionnante. On tient ici, pour une fois, un riff central qui se débride lors des couplets mais qui revient à intervalle régulier, comme un repère. La composition se brise et se syncope parfois pour faire profiter des growls de Rudy, plus brutaux que jamais, peut-être moins aliénés mais plus graves. Puis arrive ce bridge admirable qui permet de retrouver une mélodie déjà présente sur "Sequoia Throne" (le fameux « We Are, We Are Still Life ! ») repris en chœur par des interventions féminines et les nombreuses facettes vocales de Rody.

Comme d’habitude, les morceaux sont tellement denses et complexes qu’il devient difficile de sortir la tête de l’eau lors des premières écoutes et encore plus de distinguer les titres les uns des autres. Impossible néanmoins de ne pas s’arrêter sur le formidable "Without Prejudice" qui se pare de mélodies vocales sensationnelles et d’harmonies d’une beauté fulgurante, sans tomber dans le lyrisme exagéré ni même baisser singulièrement le tempo. Le travail des guitaristes est colossal et permet au morceau de ne jamais tourner en rond, le nouveau batteur se fendant de breaks très techniques. "A Life Embossed" renoue avec le Protest The Hero très furieux et débridé des débuts mais se permet des instants de lumières et de grâce entre les couplets les plus violents, très symptomatiques de la nouvelle approche vocale extrême de Rody, bien plus death metal et caverneux qu’avant.
A l’inverse, une composition comme "Plato's Tripartite" se montre beaucoup plus mélodique et posé, travaillant sur les arrangements et les harmonies plutôt que l’impact sonore et la démonstration technique. Il s’agit probablement là d’une porte de sortie vers la future évolution d’un groupe qui ne pourra infiniment (même si c’est toujours aussi bon) faire la course à la technique et à l’injouabilité de son répertoire. "Skies" permet d’ailleurs une superbe conclusion au disque puisqu’il s’ouvre sur une magnifique mélodie vocale en chant clair avant de rapidement presque de la vitesse (cette rapidité dans les riffs restent incroyable) mais de conserver cette approche très poétique que l’on retrouve de manière plus prononcée sur l’album (nous en avions déjà eu un avant-gout avec les quelques intermèdes au piano de "Fortress"). Il s’agit d’ailleurs du plus titre de l’album, comme un prisme de toutes les facettes des canadiens, une sorte de paroxysme de leur style, malgré le fait qu’il ne s’agisse pas du meilleur morceau de "Volition".

Il est difficile de savoir si cet album permettra à Protest the Hero d’aller encore plus loin et d’enfin s’ouvrir les portes d’une renommée à plus grande échelle qu’ils méritent amplement. Après un très léger coup d’arrêt, ils repartent de plus belle dans leur marche en avant, bien que les fans de la première heure garderont toujours en tête que "Fortress" semble inaccessible dans sa qualité et surtout a su sortir au bon moment, celui où le metalcore commençait à s’essoufler et qu’émergeait cette nouvelle scène très technique pleine d’ambitions, avant même que TesseracT ou Periphery ne montre le bout de leur nez. Des précurseurs d’un nouveau son que Volition assoit définitivement. En espérant qu’ils passent par notre contrée pour profiter de la déferlante en live !

11 Commentaires

8 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

 
Karacall - 12 Novembre 2013: Yeah, merci pour ta chronique :)
Et une découverte de plus dans le vaste univers du métal.
ça fait trois jours que je les écoute, et, malgré la rapidité des morceaux, cet album ne parvient pas à me "casser les oreilles" à force de réécoute.
Ils sont fort !
Molick - 12 Novembre 2013: Tout à fait d'accord avec la chro ^^
samolice - 12 Novembre 2013: Merci beaucoup pour la chro. Comme j'ai beaucoup l'album précédent, plus mélodique, qui n'a pas plu à tout le monde, je me dis que celui-ci devrait le faire aussi. Et puis j'adore cette pochette. Sans rire.
 
ironfloyd186 - 01 Fevrier 2016: D'après ce que j'ai pu comprendre du début de ta chronique, est-ce qu'on peut comparé Scurrilous à "So far, so good, so what," de Megadeth ?
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Protest The Hero


Autres albums populaires en Metal Progressif