PORTAIL : SPIRIT OF METAL | SPIRIT OF ROCK           Français
login :
Inscription   Pass perdu ?   

                       
Liste: # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Liste par genre  
Do you want to change your language ?
    English     Français     Deutsch     中文     Português     Español     русский     Polski
Close
Prostitute Disfigurement Deeds of Derangement
Album, date de parution : 18 Août 2003 - Comatose Music / Morbid Records / Displeased Records
Style: Death Brutal

ajouter les paroles de l'album
NOTE SOM : 14/20
Toutes les notes : 17/20 Vous devez être membre pour déposer une note
Tracklist
Re-Issue in 2008 by Displeased Records
Re-Issue in 2011 by Comatose Music
1. Insides to Expose
2. Swollen
3. Deformed Slut
4. Postmortal Devirginized
5. Deeds of Derangement
6. She’s Not Coming Home Tonight
7. Repulsive to Kill
8. G-B Massacre
9. Cum Covered Stabwounds
10. Screaming in Agony
11. Skinned & Sodomized

modifier l'album  imprimer cet article
51 membres possèdent cet album Album suivant
ajouter une chronique/commentaire Album précédent
14 avis 1 17/20
Chronique
14 / 20
    grogwy, Lundi 30 Janvier 2017 parlez-en à vos amis  
La Hollande, l'autre pays du...Brutal Death Metal

A la différence de ses compatriotes de Last Days Of Humanity et Inhume, les Néerlandais de Prostitute Disfigurement évoluent non pas dans un Grindcore saupoudré de Death Metal, mais dans un Brutal Death Metal teinté de Grindcore, ce qui n'est pas la même chose.

Formé en 1998 à Veldhoven sous le nom d'Abhorrence, le groupe se sépare en 2000 pour se reformer en 2001 sous le nom de Prostitute Disfigurement.
Cette même année, les Néerlandais signent sur le minuscule label Dismemberment Records, et enregistre leur premier album "Embalmed Madness".
Sur ce disque, le groupe s'inspire principalement des Américains de Mortician en interprétant un primitive Death/Grind.

Cette ressemblance est d'autant plus flagrante, qu'à l'instar de son modèle Prostitute Disfigurement n'a pas de batteur, et utilise une boite à rythmes.

Il faudra attendre la fin de l'année 2001 pour que le groupe se dote d'un vrai batteur.

Signés en 2003 par le label allemand Morbid Records (Haemorrhage, Obscenity), les membres de Prostitute Disfigurement se rendent en février 2003 aux studios Excess (Rotterdam) enregistrer "Deeds of Derangement", qui sortira six mois plus tard.

Si sur ce second méfait Prostitute Disfigurement s'éloigne de son Death/Grind originel, c'est pour se rapprocher d'un Brutal Death Metal dans la lignée de Deeds of Flesh et Disgorge.
Cette orientation se confirme dès le premier morceau "Insides to Expose", sur lequel les guitaristes Niels Wijk et Roel Van Kruysdijk exécutent d'excellentes et très fluides parties de guitares, appuyés par la puissante section rythmique de Patrick Oosterveen (basse) et Tim Bazen (batterie).
Ce mélange de brutalité et de rapidité sera présent tout au long du disque, que ce soit avec le virulent "Swollen", l'assourdissant "Deeds of Derangement", ou encore "Cum Covered Stabwounds" et ses dissonants solos.
L'autre point fort de Prostitute Disfigurement, ce sont les borborygmes de Niels Adams proches de ceux de Hans Smits (Last Days Of Humanity) qui donnent une coloration Goregrind aux différents titres.
Cependant, et de manière à varier (légèrement) son style, le vocaliste n'hésite pas à ajouter des parties criardes sur "Postmortal Devirginized" et "She's Not Coming Home Tonight".
Aidé par une production claire et dynamique, ainsi que par la durée raisonnable du disque (trente deux minutes), Prostitute Disfigurement nous offre avec ce tonitruant "Deeds of Derangement" un appréciable album de Brutal Death Metal qui, aux côtés des "Feasting on Blood" (2000) de Severe Torture et "Perceptive Deception" de Disavowed (2001) démontre la qualité des nouvelles formations natives des Pays-Bas.

Par la suite, Prostitute Disfigurement quittera Morbid Records pour rejoindre Neurotic Records (Corpus Mortale, Visceral Bleeding).
Au sein de ce label les Néerlandais enregistreront en 2005 le très bon "Left in Grisly Fashion", un album dans la veine de "Deeds of Derangement", puis trois ans plus tard, l'excellent "Descendants of Depravity" sur lequel Niels Adams abandonne ses singuliers borborygmes, moins compatibles avec la nouvelle orientation plus technique du groupe.





0 Commentaire
Spirit of Metal Webzine © 2003-2017 ‘Think. Feel. metal.’ Contact - Liens
Follow us :