Host

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Paradise Lost
Nom de l'album Host
Type Album
Date de parution 21 Mai 1999
Labels EMI Records
Produit par Lyon Steve
Style MusicalMetal Gothique
Membres possèdant cet album219

Tracklist

1. So Much Is Lost 04:15
2. Nothing Sacred 04:01
3. In All Honesty 04:02
4. Harbour 04:23
5. Ordinary Days 03:28
6. It's Too Late 04:43
7. Permanent Solution 03:16
8. Behind the Grey 03:13
9. Wreck 04:40
10. Made the Same 03:33
11. Deep 03:59
12. Year of Summer 04:16
13. Host 05:11
Total playing time 53:00

Chronique @ Killy

10 Août 2007
Qualifié d'ange déchu du metal à cause de sa soif de mélodies nouvelles et de son envie d'exposer sa tristesse par un autre son que celui des guitares et du son heavy, Paradise Lost rend hommage à un groupe très cher à leur coeur, The Sisters Of Mercy (et non pas Depeche Mode), véritable Icône à leur yeux.
Host est donc un album de Dark Rock électro. Il est difficile pour un métalleux habitué à Icon et Draconian Times de laisser ses oreilles s'orienter vers un tel album. Et pourtant il n'y a aucune honte à aimer cet album tant la musique y est riche.
La production assurée par EMI est tout d'abord impeccable avec une basse très en avant permettant à Steve Edmonson de nous montrer tout son talent. Greg Mackintosh a rangé sa guitare pour se mettre derrière le synthé, nous apportant ainsi une mélodie apaisante tout en étant dépressive. Les guitares ne sont pas absentes pour autant, le son qu'elles apportent est tout simplement différent ; cela n'empêche pas de frissonner sur ces riffs très electro. La batterie de Lee Morris possède désormais un son pop en harmonie avec l'album.

Mais le principal changement vient de Nick Holmes qui rend hommage à son père décédé et qui nous fait découvrir une voix claire, triste et reposante,avec des chuchotements très agréables (Harbour) et parfois quelques montées de colère (le fantastique Behind The Grey avec son jeu de guitare pleurant très fort en émotions). L'implication du chanteur très charismatique de Paradise Lost a rarement été aussi forte tant il a envie de nous faire ressentir ses peines et son désespoir.
Ce son nouveau se ressent donc parfaitement dans une piste comme "Nothing Sacred", véritable joyau de l'album à la compo travaillée. "So Much Is Lost" devient l'hymne de ce nouvel horizon gothique avec un refrain efficace et un tempo lent pour mieux apprécier la piste. "Behind The Grey" permet aux musiciens de lâcher leur tristesse progressivement sous une certaine rage distillée à la perfection. "Permanent Solution" prouve que Paradise Lost possède toujours ce don à laisser ses musiques parcourir notre esprit et rester dans notre tête. Chaque piste possède donc sa propre richesse permettant au disque de ne pas vieillir, ni de lasser l'auditeur.

Etant fan du groupe depuis ses débuts, cet album au souffle nouveau, m'a beaucoup apporté par sa richesse musicale et l'absence de son metal ne m'a absolument pas gêné. Au contraire, Paradise Lost a senti que son Metal Gothique ne devait pas tourner en rond, il fallait donc pour cela aller vers d'autres horizons. Cet album est donc le moins commercial et le plus triste et sombre du groupe ; l'écouter sous un temps pluvieux apporte une sérénité indescriptible dans sa tête, la mélodie des violons l'a remporté avec brio sur la violence des guitares, au grand plaisir des oreilles curieuses et à la recherche d'émotions que le metal n'arrive pas à transmettre tout seul. Oubliez le Metal ne serait-ce qu'un moment et laissez-vous bercer par Host, véritable bijou d'un groupe méritant bien plus de respect qu'il n'en a reçu à l'époque.

4 Commentaires

12 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
eulmatt - 11 Août 2007: Contrairement à ce qu'une bonne partie du monde de métal martelait à l'époque, Host est effectivemment un album anti-commercial, au risque artistique insensé. Paradise Lost avait d'ailleurs largement perdu de sa popularité. Et quelque soit le registre musical, PL reste excellent...
krashno - 05 Fevrier 2011: Merci Kily pour ta superbe chronique. Et comme tu le soulignes si justement, la noirceur et la mélancolie de Host n'a rien à envier à celle d'Icon. Moins metal et donc plus risqué vis à vis des fans de base de PL, Host est une excellente suite au génial One Second.
metaleciton - 09 Juillet 2014: J'ai rarement lu une chronique aussi bonne, félicitation au chroniqueur pour ce super travail.

Ce "Host" est tout simplement un très bon disque de Paradise Lost. Même si le manque de puissance se fait ressentir au début, cet album se démarque de toute la discographie du groupe et donne aux anglais une bouffée d'air frais par la même occasion.

Difficile de choisir des titres qui ressortent du lot, mais pour ma part le très mélancolique "Harbour" est tout de même la grosse perle du disque juste devant "Behind The Grey" et l'énorme "Deep".

Note: 16/20
grogwy - 26 Août 2016: Que rajouter de plus sur ce très surprenant et très agréable "Host", qui n'a déjà été dit ou écrit à maintes reprises.Oui sur ce 7ème album, Paradise Lost n'a strictement, mais strictement plus rien de Metal.Cependant on n'y perd pas forcément au change, car le groupe nous délivre une excellente Electro-pop très influencée par l'album "Ultra" de Depeche Mode sorti 2 ans plus tôt.Bien sur, certains ont parlé de trahison (d'autres groupes et pas des moindres avaient déjà subi ce genre de critique), mais lorsque le résultat est aussi réussi, pourquoi s'en plaindre.De plus en 1999 le mouvement Gothique reprenait du poil de la bête avec des groupes, qui d'ailleurs ne jouaient pas de Rock Gothique, mais plutôt du Metal Industriel (Marilyn Manson, Nine Inch Nails, Rammstein) et il n'était pas rare d'entendre dans les divers soirées parisiennes (Caves Saint Sabin, Caves Lechapelais, L'Indépendance ou La Péniche Concorde) du Paradise Lost ou du The Gathering aux cotés des éternels Bauhaus, Christian Death, Joy Division, The Sisters of Mercy et The Cure, sans que cela n'offusque qui que ce soit.Cependant, conscient d'avoir été trop loin dans l'expérimentation et de ne pas avoir comblé la perte de ses anciens fans par de nouveaux, Paradise Lost fera marche arrière avec "Believe in Nothing", sur lequel les guitares seront plus présentes.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Paradise Lost


Autres albums populaires en Metal Gothique