Scarsick

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Band Name Pain Of Salvation
Album Name Scarsick
Type Album
Date de parution 19 Janvier 2007
Style MusicalMetal Progressif
Membres possèdant cet album101

Tracklist

1. Scarsick 07:08
2. Spitfall 07:17
3. Cribcaged 05:56
4. America 05:04
5. Disco Queen 08:22
6. Kingdom of Loss 06:41
7. Mrs. Modern Mother Mary 04:14
8. Idiocracy 07:04
9. Flame to the Moth 05:58
10. Enter Rain 10:03
Total playing time 1:07:47

Commentaire @ Bakounine

10 Fevrier 2008
Lorsqu'un groupe comme PoS sort un album, une question se pose: Quelle innovation va-t-il y avoir ? vers quels nouveaux horizons musicaux Gildenlow et sa bande vont-ils nous emmener ?

Il y avait eu le symphonique avec Remedy Lane, ses chœurs, ses guitares folk, dans ce Scarsick, l'ambiance est très typée Neo/Fusion allant jusqu'à la pop et la techno parfois.

Dès le premier titre: Scarsick, on sent bien cette nouvelle trajectoire adoptée par nos petits gars: l'intro à la basse, très samplée, coupée par un cri poussé par Gildenlow, fait immédiatement penser à Korn. Le chant de Gildenlow devient plus puissant, tout en gardant une certaine mélodicité que n'ont pas les chanteurs purement néo, surtout dans le refrain, à l'ambiance très psychédélique. Ce morceau grandiose s’achève en apothéose, avec les cris poussés par Gildenlow, devant les chœurs.


Autant le premier titre était typé Korn, autant le deuxième, Spitfall, est typiquement fusion/rap, avec les 4 notes au piano, répétées de façon entêtante, tout au long du morceau, et le chant "rappé" de Gildenlow, qui sait décidément tout faire. On sent l'influence de Rage Against The Machine dans cette chanson (c'est la première fois que j'entends "FucK You" dans une chanson de Pain of Salvation). Ce morceau reste quand même assez mélodique notamment dans le refrain, avec le chant doux. Le riff de guitare au milieu du morceau soutenant le chant rappé est plein de virtuosité et d'innovation.


Un bruit de bébé commence le morceau suivant, entamé par un son de guitare folk-rock très typé années 1970, suivi par le piano, la voix de Gildenolw rentre alors, très chaude, et grave, rappelant les chanteurs de blues-rock. Ce morceau contraste énormément avec les deux suivants, car il est plus rock que néo-metal, mais il ne manque pas d’intérêt, même si c'est loin d’être mon préféré.

Ensuite, voici venir America, chanson aussi très axée rock, mais rock engagé, avec des paroles fortement axées anti-rêve américain, avec une "pause publicitaire" au milieu du morceau et des paroles assez parodiques, "Nous sommes l'Amérique, Dieu bénisse l'Amérique" devenant vite "malade de l'Amérique, malade de l'Amérique".
Ne pouvant pas vraiment être classée dans le metal, cette chanson rock alternatif reprend l'air connu du film West Side Story (Merci Exheria), qui faisait une éloge du système et du rêve américain, est vraiment excellente. Mon coup de cœur de cet album!


Après s’être payé la tête du système américain, PoS se paye celle de la disco des années 1980 avec Disco Queen, la musique parodiant celle des boites de nuit avec les chœurs purement années 70, dans le style Boney M et les paroles du début du morceau
correspondant à une drague d'un soir : "tu m'as accroché à la piste de danse". Mais au bout d'un certain temps, se déchaine, dans la violence, avec un viol... sans augmentation de la violence de la musique.
L'idée est sympathique et le refrain extrêmement délirant, mais cette chanson de 8 minutes 22 traine parfois en longueur et se répète. Dommage, avec 1 ou 2 minutes de moins, elle pourrait être excellente. Le clavier sur cette chanson est vraiment délire néanmoins.

Ensuite, voilà la première chanson douce du CD, nommée Kingdom of Loss. Commencée par des interférences, il s'agit d'un morceau où s'enchainent paroles parlées dites par Gildenlow avec un effet genre radio, et un refrain chanté en duo par Gildenlow et une chanteuse. On peut entendre à un moment des mandolines, et le solo de guitare de la fin est bien sympa. au final, un morceau très mélodique et moderne.

Ensuite vient Mrs Modern Mother Mary, morceau aux consonantes pop-techno, avec un refrain quand même un peu rock. Bizarrement, je n'arrive pas vraiment à accrocher à cette chanson que je trouves plate et sans grand intérêt. Le bémol de cet album...

Le morceau qui suit, Idiocracy, débute par une intro de batterie, et est très progressif. Des samples dans tous les sens, y compris dans la voix de Gildenlow, et dans les sons de guitare. On retrouve sur ce morceau la mandoline si chère à Gildnlow, ainsi que des grosses guitares, parfois. Très futuriste, ce morceau est extrêmement intéressant sur le plan de la composition, et figure dans mon top 3 des morceaux de cet album. ce morceau me fait à vrai dire aussi penser un peu à Gorillaz pour la voix à certains moments, très expérimental et original.

Ensuite vient Flame to The Moth, morceau aux intonations arabisantes, utilisant des gammes mineures harmoniques (pour les musicos, présents...) avec parfois des grosses guitares, et toujours ces samples. Gildenlow se remet à crier, le refrain par contre, sonne bien plus européen que le reste du morceau et certains moments sont vraiment planants. J'aime beaucoup.

Enfin le morceau se finit par Enter Rain, morceau de conclusion, doux et subtil très long (10 minutes) avec un refrain magnifique, et une omniprésence des chœurs. Le morceau augmente progressivement en intensité, avant de décroître, et s’arrête brusquement sur le son d'une alarme puis d'un orchestre très doux, presque silencieux. Une fin magnifique, pour un album magnifique.

Finalement, PoS a bien changé, évolué dans son style, mais il reste un groupe de grands musiciens avec un compositeur inspiré (Daniel Gildenlow) et une esthétique toujours intacte. Cet album déplaira sûrement à certains fans de la première heure par les nouveautés qu'on y trouve, mais il reste un excellent album aux titres excellents (à part Mrs Modern Mother Mary ...)
A mettre entre toutes les mains.

Bonne Bourre

Bakounine

10 Commentaires

3 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...

Phage - 04 Novembre 2009: Album completement énorme ! Merci pour la chro' !
bojart - 01 Mai 2012: J'ai beaucoup apprécié cet album, très original et finalement, c'est pas ce qu'on attend d'un groupe de prog'? Moi j'accroche à ce disque!
Albireo - 06 Octobre 2013: D'accord avec Misanthrope : 50% à jeter et ce qui reste est loin du génie des premiers albums. J'ai arrêté de suive le groupe depuis...
keketomax - 20 Mai 2014: Pas faux Misanthrope, j'ai rien compris à cet album... très chelou!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Pain Of Salvation


Autres albums populaires en Metal Progressif