Unnatural & Wrong

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Oblivion Machine
Nom de l'album Unnatural & Wrong
Type Album
Date de parution 29 Septembre 2008
Labels Irond Records
Style MusicalCyber Metal
Membres possèdant cet album6

Tracklist

Re-issue in 2011 by Molot Records
1. Morbid Fuckin' Death
2. Antigod
3. Karma
4. Alternative
5. Machine
6. Blight
7. Epitaph to the Multiplied
8. Absurd
9. Everything Is for Nothing
10. Euthanasia

Acheter cet album

Oblivion Machine


Chronique @ Matai

24 Fevrier 2012

Très froid et synthétique, Oblivion Machine ne lésine pas sur le côté sec de sa musique

C'est en 2005 que naquit Oblivion Machine sous l'impulsion des deux frères Konstantin et Alex, dans le but de jouer un metal peu ordinaire en s'aidant d'éléments électroniques. Après s'être entraînés à effectuer des riffs traditionnels mais efficaces, le duo partit sur Moscou et trouva une aide précieuse pour compléter son line up, le bassiste EXILE. C'est à ce moment là qu'Oblivion Machine prit forme et la nouvelle formation commença à jouer sur scène avant de s'intéresser à un premier album, « Unnatural and Wrong », en 2008.

La Russie fait partie de ces pays actifs en matière de cyber metal et Oblivion Machine ne déroge pas à la règle. Mélangeant un death metal synthétique à des éléments industriels futuristes, le trio joue une musique relativement froide et déshumanisée, mettant en valeur une ambiance sombre et artificielle. La productions semble avoir été faite de façon à ce que les instruments soient rigides et à l'arrière goût d'acier, si bien qu'on a rapidement l'impression d'être dans un monde machinisé, perverti, en proie à des soucis externes. Ce n'est pas pour rien que le groupe a choisi un bunker militaire pour tourner le clip « Antigod ».

Ce morceau représente bien l'univers d'Oblivion Machine, mélangeant riffs death efficaces, growl et blasts sous couvert d’éléments cybernétiques du plus bel effet et de touches mécaniques continues. Puis c'est « Karma », restant sur la même longueur d'onde, qui nous offre un cyber death hypnotique et parfois arabisant avec cette touche inattendue de sitar en duo avec des samples électroniques.

Par certains points, ce « Unnatural and Wrong » se rapproche des débuts du groupe Hi-Tech et leur « Nova » sorti la même année. Leur appréhension d'un death cyber se rapproche, avec cette empreinte technologique omniprésente et ce côté implacable, bien que parfois répétitif. La faute à des titres longs, tels que « Alternative » ou « Machine » avec ces semblants de voix synthétiques et manipulées.

Et puis « Blight » change d'horizon pour nous propulser vers un ensemble instrumental et spatial, futuriste, planant. Les claviers se taillent la part du lion parradés de riffs death contrôlés et morbides quoique posés, avant de changer de cap vers quelque chose de plus brutal avec un « Absurd » sans pitié et décapant, où apparaît en guest le chanteur de Fetal Decay (brutal death – Russie), nous gratifiant de cris porcins. Là encore, on tombe dans quelque chose de plus expérimental avec ces sons électroniques à la limite du robotique et ces riffs qui arrivent à devenir saccadés.

Oblivion Machine ne livre pas un album facile d'accès mais arrive à créer une musique particulière, synthétique et très froide, loin de ce qu'on peut entendre mais proche du cyber death qui tend régulièrement à être dénué de toute humanité, grâce à une production qui ne reste pas centrée sur le gros son mais sur l'aspect immatériel. Un opus à découvrir pour les amateurs du genre, malgré son manque de modulation.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
Share to Facebook Share to Myspace Share to Twitter Stumble It Email This More...
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Oblivion Machine


Autres albums populaires en Cyber Metal